Pour la course de la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), Sanou Sarr, natif de Kayes, vice-président en 2013 et membre consulaire de 1998 à nos jours, a officiellement déclaré sa candidature pour remplacer Youssouf Bathily, président sortant, candidat à sa propre succession. Cette annonce a été faite le vendredi 19 février 2021 à l’hôtel Radisson au cours de conférence de presse animée par le candidat lui-même, en présence de plusieurs personnalités du monde des opérateurs économiques, ainsi qu’un parterre des journalistes. Tout de blanc vêtu, le candidat Sanou Sarr, très confiant de sa riche expérience du monde du commerce et d’industrie, a saisi l’occasion, non seulement pour parler des raisons de sa candidature, mais aussi de ses ambitions pour la CCIM.

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, créée en 1906, est un établissement public à caractère professionnel doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Son rôle est l’organisation et la représentation professionnelle des personnes physiques et morales exerçant dans les différentes branches à savoir, industrie, commerce, service, a rappelé le conférencier. De façon générale, selon le candidat Sanou Sarr, la Chambre de commerce et d’industrie du Mali œuvre à l’épanouissement du monde des affaires, et aide le gouvernement à instaurer une prospérité financière et une solidité économique. La chambre répond-t-elle à ces missions assignées de nos jours ?, a-t-il interrogé. La réponse est certainement non ! a t-il dit « Nous assistons à l’extinction de la CCIM car aucune des tâches assignées n’est à hauteur de souhait, soit par méconnaissance ou par l’instauration d’une autre culture. Surtout l’achat des consciences lors des élections et le manque de réponses appropriées aux aspirations des hommes affaires », a déploré le candidat Sanou Sarr. Et de s’interroger, « devrions nous assister à cette descente en gouffre, sans rien faire, sans rien dire, alors que les expériences existent ».

« De tout ce qui précède, j’ai en toute responsabilité d’une part et, vue l’amour que j’ai pour mon pays et le secteur des affaires dans lequel j’évolue d’autre part de me présenter comme candidat au poste du président de la CCIM mandature 2021-2026 », a déclaré officiellement Sanou Sarr. Selon lui, cette ambition noble qui le conduirait à une tâche lourde et exaltante, n’est pas au-dessus de ses capacités. « Une fois élu, je ferai de la CCIM ce que les opérateurs économiques attendent d’elle. Je comblerai leurs aspirations en mettant la chambre dans son rôle », a-t-il exprimé, et de soutenir qu’avec son équipe plurielle, ils vont élever la chambre à la hauteur qui est la sienne, en donnant naissance à des pôles d’innovation qui seront perpétuels dans le temps.

Ambitions et les reformes

Le candidat Sanou Sarr, une fois élu, s’est engagé avec son équipe à faire face à un ambitieux programme et reformes pour le bon fonctionnement du secteur. A cet effet, il s’est engagé à former la jeunesse à une relève assurée. De valoriser nos produits locaux.  D’appuyer les hommes d’affaires à l’accès aux financements moins coûteux, moins contraignants. De mettre en œuvre le PPP au grand bénéfice des fils du pays. De doter la CCIM de nouveaux textes qui répondent aux réalités du monde des affaires, en prenant en compte les recommandations du monde de détaillants en restant à leur écoute.

D’agir dans l’élargissement de l’assiette fiscale, tout en allégeant la charge fiscale sur les hommes d’affaires. De lutter farouchement contre l’achat des consciences lors des élections de la CCIM. D’agir dans une décentralisation des chambres régionales afin qu’émergent les compétences régionales. De veiller à une utilisation judicieuse des ressources de la CCIM. Et de valoriser les élus consulaires avec une identité particulière respectée.

Ne sommes-nous pas méritants d’une confiance de votre part à nous investir prochainement aux commandes de la CCIM 2021-2026 ? s’interroge-t-il. Oui la réponse est votre vote massif pour mon équipe et moi, a-t-il exhorté. Avant d’inviter l’ensemble des élus consulaires de Kayes à Kidal à venir se joindre à lui, afin qu’ils gagnent ensemble ce pari.

AMTouré

Source: Journal le 22 Septembre

MaliwebEconomie
Pour la course de la présidence de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), Sanou Sarr, natif de Kayes, vice-président en 2013 et membre consulaire de 1998 à nos jours, a officiellement déclaré sa candidature pour remplacer Youssouf Bathily, président sortant, candidat à sa propre succession. Cette...