Le constat est acerbe. Les pays arabes qui profitent bien de la manne pétrolière ont nationalisé leur pétrole. Alors que les pays africains partagent leurs productions avec les multinationales qui leur affectent seulement les 20% de la production. Une révélation faite par le président Pascal Lissouba du Congo.

C’est le Fonds mondial international (FMI) et la Banque mondiale qui ont mis en place des codes miniers dits « attractifs » pour déposséder nos pays en décidant d’un partage inégal de la production au profit des multinationales occidentales. Kadhafi, l’Algérie ont nationalisé purement leur pétrole. Tant que nos gouvernements actuels qui courent derrière le FMI pour conclure un accord d’ajustement structurel à cause de leur endettement imprudent pour financer des « éléphants blancs », qui finirent empêtrer sous le poids de cette dette mal négociée qu’ils n’arrivent plus à payer.

Voilà, comment, ils sont tombés dans le piège du FMI qui est au service des multinationales occidentales ainsi que leurs gouvernements. Il y a un complot mondial contre l’Afrique pour nous maintenir dans la situation de fournisseurs de matières premières, alors nous avons maintenant la situation de la Chine en 1990, quand elle s’est ouverte aux investissements occidentaux, c’est à dire une main d’œuvre abondante et à bon marché dont des millions de diplômés en chômage qui prennent la route de l’émigration.

Si l’Europe ne veut pas être submergée sous des flots de différentes vagues d’immigration, elle doit accepter de délocaliser ses entreprises dans un premier temps ses industries au Maghreb qui vont retenir le flot de subsahariens ainsi que des maghrébins tous candidats à l’émigration vers l’Europe. Les entreprises délocalisées pourront employer les maghrébins et les noirs africains.

Abdoulaye Bah

Source: Le Démocrate 

MaliwebCorruption malienneEconomieEconomie malienne
Le constat est acerbe. Les pays arabes qui profitent bien de la manne pétrolière ont nationalisé leur pétrole. Alors que les pays africains partagent leurs productions avec les multinationales qui leur affectent seulement les 20% de la production. Une révélation faite par le président Pascal Lissouba du Congo. C’est le...