Le président du Conseil malien des chargeurs (CMC), Ousmane Babalaye Daou, est suspendu de ses fonctions, depuis le 15 avril dernier par les membres du bureau. C’est la principale décision issue de la réunion convoquée ce jour par les deux tiers des membres du CMC.

Ousmane Babalaye Dao président CMC

Ousmane Babalaye Dao président CMC

Dans notre parution du N° 508 du 4 avril 2013, sous le titre « Conseil malien des chargeurs : la gestion de Babalaye décriée », nous affirmons qu’une bonne partie des membres du CMC se préparaient à prendre des mesures contre leur président Ousmane Babalaye Daou. C’est fait, depuis le lundi dernier, Ousmane Babalaye Daou a été suspendu de ses fonctions par les membres du bureau du CMC. Ce sont les deux tiers des membres du bureau qui ont lancé un avis de réunion le 11 avril, conformément à l’article 48 du règlement intérieur du CMC. L’ordre du jour portait, entre autres, sur le fonctionnement du bureau et le courrier du 2 avril des deux trésoriers du CMC

Dans ce courrier adressé au président du CMC, le trésorier général et son adjointe interpellent Ousmane Babalaye Daou sur sa gestion du Conseil malien des chargeurs et particulièrement sur les fonds qui lui sont alloués.

En effet, lors de la réunion du bureau du 1er juin 2011 et dans un souci de gestion transparente et consensuelle des fonds alloués à l’établissement, le bureau du CMC a instruit au Président Babalaye et au secrétaire général de prendre les dispositions pour associer le trésorier général et son adjointe à la gestion des fonds du CMC. La signature de l’un ou de l’autre devrait compléter celles du Président et du comptable. Les chèques du CMC devraient porter, en principe, trois signatures. Le président s’en est exécuté. Il avait envoyé les spécimens de signature des deux trésoriers aux différentes banques disposant des fonds CMC. Ils furent aussi acceptés par les banques concernées.

Mais contre toute attente, le président serait revenu « unilatéralement » sur la décision du bureau en supprimant les signatures des deux trésoriers. Ce qui, selon la correspondance, a permis au président du CMC d’émettre sans la signature des trésoriers du bureau. Trois chèques auraient été émis en mars 2013 pour l’équivalent de 352 000 000 FCFA. « Suite à ces comportements familiers » du président du CMC, les deux trésoriers ont décidé d’informer les membres du bureau  et leur demander d’en tirer les conséquences.

La réunion qui avait été convoquée pour le 12 avril et reportée le 15, s’est finalement tenue à cette dernière date. Six des membres sur sept dont le président Babalaye, étaient présents à la réunion. On notait aussi la présence du Secrétaire général du CMC et d’un huissier de justice (de l’Etude de Me Moussa Berthé), qui a procédé au constat et en a dressé le procès-verbal.

Après les exposés des différents intervenants, il a été décidé à la majorité des membres présents la suspension du président du Conseil malien des chargeurs, Ousmane Babalaye Daou. Avec cette suspension, c’est le 1er vice-président, Modibo Keita, qui aura désormais la charge du fonctionnement du Conseil malien des chargeurs.

Idrissa Maïga