La production cotonnière au Mali s’annonce particulièrement basse cette année. En cause, des prix aux producteurs peu attractifs et les coûts élevés des engrais. Les superficies emblavées cette année ne devraient pas dépasser 170 000 hectares, contre 735 000 hectares lors de la campagne passée.

 

La campagne 2020 – 2021 devrait enregistrer une chute d’environ 77%, avec 310 000 balles contre 1,35 million en 2019 – 2020, si les conditions météorologiques sont favorables et la pression parasitaire faible, selon le département américain de l’agriculture (USDA).

Même si le gouvernement avait d’abord établi le prix au producteur à 200 FCFA, avant de le ramener à 250 FCFA et de rétablir la subvention pour les engrais, cela n’a pas suffi à convaincre les paysans, qui ont préféré se rabattre vers les cultures vivrières comme le mil, le sorgho et le maïs. Cette situation fait suite à la diminution déjà drastique des exportations de 52% en 2019 – 2020, à 870 000 tonnes, en raison de la baisse de la demande mondiale consécutive à la pandémie de la Covid-19.

Ce qui ramène les stocks à 461 000 balles, selon l’USDA. La reprise ne sera pas pour 2020 – 2021, où les exportations ne seront que de 300 000 balles, soit une nouvelle baisse de 66%. La reprise dans ce secteur semble incertaine, selon les acteurs, en raison des effets dévastateurs de la crise de la Covid-19, qui a entraîné une récession, du chômage et une réduction sensible dans les secteurs de l’habillement et du textile, jugés non prioritaires.

Fatoumata Maguiraga

Journal du Mali

MaliwebEconomie
La production cotonnière au Mali s’annonce particulièrement basse cette année. En cause, des prix aux producteurs peu attractifs et les coûts élevés des engrais. Les superficies emblavées cette année ne devraient pas dépasser 170 000 hectares, contre 735 000 hectares lors de la campagne passée.   La campagne 2020 - 2021 devrait enregistrer...