Du 10 au 12 Mars derniers, le nouveau Président Directeur Général de l’Office du Niger M. Abdoul Karim Konaté communément appelé Empé s’est rendu la semaine dans les zones de production. La visite qui a enregistré la participation de l’ensemble du staff technique avait pour objectif de recueillir les préoccupations des exploitants agricoles, de partager avec eux sa vision de l’entreprise et en fin de réactualiser les termes du contrat social entre l’office du Niger et les producteurs

La visite a commencé par l’étape du Macina qui a regroupé à Kolongotomo, les zones de production de Kolongotomo et de Ké-Macina.Après avoir rendu les civilités aux représentants de l’Etat qui en contrepartie lui ont assuré de leur accompagnement, le PDG et sa délégation ont rencontré le monde des producteurs dans la grande salle de conférence. Les deux Zones totalisent plus de 15000 chefs d’exploitations repartis entre 106 villages se partagent 23200 ha environs.En plus du phénomène « petit paysan »(superficie économiquement non viable), le Macina souffre d’une crise récurrente d’eau.En effet les besoins en eau dépassent largement les capacités du réseau d’amener. Conçu pour irriguer tout au plus 1500ha, le distributeur qui dessert Macina doit de nos jours, satisfaire aux besoins hydriques de plus de 10.000ha. La situation devient encore critiquepar ces temps de dérèglement climatique où la pluie qui devrait épauler l’installation des cultures se fait attendre et arrive quand on en a plus besoin. Si bien que sècheresse et inondation cohabitent à Ke-Macina. De soncôté, Sossé- Sibila, l’ancien casier de l’office riz qui est revenu à l’office du Niger en 2011 attend toujoursle réaménagement de ses 3000 ha pour passer de la submersion contrôlée à la maitrise totale de l’eau. Certes les études sont disponibles, mais la réalisation traîne le pas. L’eau n’est pas le seul problème ; il y a des mauvaises pratiques qui consistent à percer le réseau pour se servir individuellement et les branchements clandestins ; des pratiques qui se font au détriment de tout le système.

Espoirs certains pour Ké-Macina

A la suite du Délégué Général qui renouvelé la loyauté et la disponibilité de l’ensemble des exploitants à l’accompagner dans sa mission, le PDGa introduit ses propos par rappel de la vison politique du Chef de l’état sur le secteur agricole. L’agriculture dira-t-il est une préoccupation des plus hautes autorités de la république qui veulent en faire la locomotive de la croissance économique Les efforts déployés par l’état (l’allocation de à au secteur de 15% du budget national, les subventions des intrants et du matériel pour la mécanisation) en sont des preuves palpables.

Pour le PDG l’office du Niger est un maillon essentiel pour traduire dans les faits cette volonté politique affirmée par le Président de la République. Le potentiel en terre et en eau de surface contraste avec la réalité en termes de production nationale agricole, de sécurité et de souveraineté alimentaire du Mali. La mission à lui confiée revient à donner un coup de fouet aux actions déjà entreprises pour faire de l’office pôle de prospérité à l’entrée du Sahel.

Revenant aux questionnements des producteurs le PDG assure que les études de faisabilité de l’ensemble du réseau primaires depuis le Point A seront bientôt lancées et les fonds nécessaires (800 millions) sont disponibles. Aussi10 milliards en promesses fermes du Premier ministre attendent pour le démarrage des travaux une fois les études validées. Cette réponse durable de l’état à la crise de l’eau du Macina qui vient appuyer les solutions à cours termes prévues dans les Programmes Annuels d’Entretien (PAE) des zones auxquels il faut ajouter les travaux pouraméliorer le mieux-être des populations.

Toutefois le PDG en s’engageant a invité les autres à jouer leur partition avant de se montrer inflexibles sur certains points comme le payement régulier de la redevance et le traitement à réserver aux auteurs des pratiques néfastes sur le réseau hydraulique.

Le PDG a rappelé la dévolution de la redevance (l’entretien du réseau et le fonctionnement de l’entreprise) Son non payement a-t-il martelé signifierait l’arrêt de l’entretien du réseau secondaire et par ricochet de la production sans oublier celui du fonctionnement de l’office. S’agissant de ceux qui attentent au réseau pour quelque motifs que ce soit en violation de la procédure à suivre, ils seront poursuivis conformément aux lois et règlements en vigueur. Par ailleurs le PDG à convié les producteurs et le conseil rural à élargir la base du dialogue dans le respect réciproque.

Discipliner les eaux du Falla

La seconde journée de la visite s’est tenue à NIONO qui a reçu les Zones de production de Kouroumary, N’Débougou et Molodo. La visite de courtoisie rendue aux représentants de l’état a permis à l’hôte du jour de dérouler sa perception de sa mission et de ses attentes. En réponse ces derniers lui ont assuré de leur sincère collaboration. Dans la salle pleine comme un œufs le maire de Niono a dans son allocution de bienvenue souhaité un approfondissement de la collaboration entre l’office du Niger et les collectivités territoriales décentralisées

De la présentions des différentes zones de production par leurs premiers responsables on peut retenir les points suivants :

La forte pression foncière au motif que la progression des aménagements ne suit pas forcement celle de la poussée démographique et surtout du solde migratoire.A l’exception du retail IV bis et dans la zone de Molodo dans une moindre mesure où les aménagements et réhabilitation sont en cours, les exploitants vivent de petits lopins de terres par rapport au seuil viable de trois (3) ha minimum.La vétusté du réseau quiimpacte négativement sur la qualité du service de l’eau et surtout l’état du Falla de Molodo. Cette dépression naturelle qui alimente l’essentiel du système du sahel a besoin d’un traitement de choc en certains endroits. L’affaissement des cavaliers ici et les ruptures des digues de ceinture là mettent à rude épreuve le schéma de l’irrigation. Conséquences des cas d’inondation sont fréquentsdans la zone de KOUROUMARY à cause des débordements du Falla qu’il va falloir discipliner au moyen de travaux appropriés.

La présence de groupe armés souvent non identifiés participent à faire peser une atmosphère d’insécurité sur le sahel avec une dose particulière sur Molodo où des entreprises ont repliés et KOUROUMARYoù les attaques et enlèvement sont monnaie courantes. L’accès à l’engrais de qualité et en quantité ferme la listes des préoccupations des producteurs.

En réponse le PDG a rappelé tout comme dans le Macina le vision politique du président de la république et de ce qu’il attend de l’office du Niger en tant qu’outil privilégié de sécurité et de souveraineté alimentaire pour le Mali. Pour ce faire le PDG entend réchauffer, réactualiser tous les dossiers de projets. En rappelant à chacun son devoir, le PDG a invité les producteurs et l’encadrement à conclure un pacte social reposant sur des valeurs comme l’équite, le respect mutuel, le respect du droit à la différence, le dialogue et la concertation par une grande capacite d’écoute et en fin la participation de plus en plus accrue des tous à la conception, la mise en œuvre et le suivie des plans et programmes.

Pour ce qui le concerne personnellement, il s’est engagé à moraliser la commande publique à l’office à fin d’imprégner une efficience de plus en plus accrue.

Un exutoire pour M’bewani.

La zone de M’Bewani qui a reçu la dernière phase de la visite du PDG partage presque le même quotidien que ses homologues à la différencequ’elle connait de sérieux problèmes d’évacuer ses eaux après usage. Ici les inondations et les noyades de superficies sont monnaies courantes.

En réponse à, la détresse des populations en proie à la famine, l’état malien a décidé d’aménager la zone de M’bewani en 1996 C’était contre certaines réserves techniques bien fondées   car la zone se trouve en hauteur, mais on n’avait pas le choix devant la détresse de tout un terroir tenaillé par la famine suite à la rareté des pluie et l’assaut répété des oiseaux granivores.

Premier aménagement participatif de l’office à cette échelle, M’Bewani a dépassé le succès escompté sur le plan de la mobilisation sociale. Les politiques y ont récupéré pour étendre l’envergure sans prendre en compte le système d’évacuation des eaux à grande échelle. Aujourd’hui il faut un drainage adéquat pour protéger les populations venues de partout et leurs champs. Heureusement que les techniciens ont anticipé la solution durable par la conception du schéma d’ensemble. Mais avant le PAE a pris des mesures pour parer à l’urgence. Comme on le voit les trois jours de terrain ont permis au nouveau PDG de se frotter avec la réalité, d’assener ses attentes

MOC

Source : Infosept

MaliwebEconomie
Du 10 au 12 Mars derniers, le nouveau Président Directeur Général de l’Office du Niger M. Abdoul Karim Konaté communément appelé Empé s’est rendu la semaine dans les zones de production. La visite qui a enregistré la participation de l’ensemble du staff technique avait pour objectif de recueillir les...