Le siècle est en marche, et le Mali marche avec, malgré un contexte géopolitique et un ordre économique mondial jalonnés souvent de contraintes et de difficultés. La locomotive de cette résilience n’est autre que cette race de jeunes modèles, ingénieux et dynamiques qui se sont lancés dans la sphère de l’investissement ou des affaires par vocation pour certains, par héritage parental pour d’autres. Ils ont contribué fortement à tirer l’économie malienne vers le haut, à dessiner l’avenir heureux du développement économique du Mali et luttent aujourd’hui pour maintenir le pays à flot.

Le fait est incontestable, la stabilité politique est une variable essentielle de la situation économique d’un pays. La crise sécuritaire instaurée depuis 2012, l’absence d’un gouvernement digne de ce nom depuis juin 2020, la révolution populaire parachevée par le coup de force du 18 août et l’embargo imposé par la Cédéao depuis, etc. ne sont pas sans conséquence sur l’économie.

En cette période extrêmement pénible, on ne peut compter que sur les opérateurs économiques nationaux possédant une capacité certaine de réactivité. Ainsi, le pays peut compter aujourd’hui sur la détermination sans faille de sa nouvelle génération d’opérateurs économiques et d’hommes d’affaires très dynamiques qui animent le secteur privé national. Avec eux, le Mali pourrait éviter un ralentissement, voire un arrêt de la croissance économique, car, forts de leur génie, ils font face aux incertitudes du futur.

Ces jeunes loups, dont certains portent avec panache les couleurs du Mali dans le monde, se distinguent par leur créativité, leur ambition et leur succès. Il faut parier sur ces talents qui impulsent la vitalité de notre économie. Ils ont entre 28 et 50 ans. Ils ont créé et dirigent avec maestria de grandes sociétés ou évoluent dans divers domaines d’affaires avec brio. Notons que certains ont bravé tous les obstacles pour s’installer au cœur du fleuron de l’économie malienne.

Ibrahim Diawara, Pdg d’Ibi Groupe

Eau, énergie, télécoms, transport aérien, matériaux, construction… le fondateur et Pdg d’Ibi Group est à la tête de l’une des compagnies les plus diversifiées du Mali.

Le groupe Ibi pèse plusieurs dizaines de milliards de Fcfa (des dizaines de millions d’euros), emploie plus de 600 personnes et est présent dans plusieurs secteurs d’activité. Il a commencé par l’adduction d’eau, l’énergie solaire et les télécommunications, avec Diawara Solar, pour poursuivre dans le transport aérien et l’ensemencement, avec Mali Aero Company, et enfin dans les matériaux, avec Stones qui, depuis 2004, fabrique des pavés, tuiles, carrelages et revêtements de sol. Aujourd’hui, Ibi Group est présent dans cinq pays, à savoir le Mali, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Congo-Brazza, la Mauritanie.

Dans les détails, Ibi Group-sa comporte les activités suivantes : Usines Stones, Builders-Diawara, Solar Malian Aero Company, Belale, Skyers Diawei, Bricoco Gold Mining et Diazon.

Ibrahim Karagnara, jeune opérateur économique

Le nom d’Ibrahim Karagnara renvoie automatiquement aux hydrocarbures, notamment les stations Petro Bama, mais le jeunot n’évolue pas seulement dans le domaine des hydrocarbures. Ses activités se confondent aussi avec les équipements militaires et les engrais. Dans ce cadre, Karagnara est un partenaire du ministère de la Défense et des Anciens combattants et de la Cmdt pour la fourniture et la livraison des produits requis.

Au-delà, le patron de la société Hayat et d’Elite Global Service est aussi et surtout connu pour ses gestes en faveur des couches démunies. Les services sociaux des hôpitaux Gabriel Touré, du Point G et du Mali peuvent témoigner de ses œuvres à l’endroit des malades sans revenu. Il fait aussi moult gestes pour des mosquées, associations de jeunes et de femmes dans les quartiers à Bamako. Il est réputé être un jeune très généreux. Mais cette grande générosité est ternie par l’image de proche du régime d’IBK, notamment son fils Karim Kéita, qu’on lui colle.

Voilà pourquoi, depuis quelques mois, ce jeune opérateur économique est visé par une campagne de dénigrement et de chantages dont le but est de ternir son image. Alors qu’il contribue énormément au développement de son pays avec la création d’emplois. Sans oublier sa contribution à l’économie nationale. Ce sont des milliards de nos francs qui sont versés au Trésor public chaque année par Karagnara. Ce jeune mérite d’être encouragé et soutenu.

Sékou Djigué, PDG de la société «Rental»

Communément appelé Obama, Sékou Djigué, président-directeur général de la société «Rental», est un jeune opérateur économique très dévoué pour le développement de la Commune de Kalabancoro où il réside en particulier et du pays en général. C’est une référence pour la jeunesse et un homme de rassemblement.

Pour mieux agir pour le bénéfice de sa commune, il a lancé avec la jeunesse un mouvement dénommé «Waati séra». Le mouvement s’est fait connaitre à travers des actions concrètes comme des dons de médicaments au Cscom de Kalabancoro, l’appui aux personnes démunies et malades, les opérations de ramassage d’ordures, de curage des caniveaux et de bitumage des artères, etc.

Issu d’une famille de commerçants, il le devient et exerce dans ce domaine puis enchaine avec le transit, l’électronique et le pétrole.

Malgré des journées chargées et partagées entre son travail et la vie associative, Sékou est aussi un amoureux du sport, avec une passion pour le cheval. Il est propriétaire de plusieurs pur-sang, des chevaux de race améliorée au Sénégal. En raison de son amour pour le cheval, il est membre du bureau de la Fédération malienne des sports équestres (Fmse). Il possède une écurie au Champ hippique de Bamako avec des pur-sang. Aujourd’hui, il sillonne l’Afrique et le monde pour assister et participer à des compétitions sur invitation des organisateurs.

Thierno Bah, Pdg de Fofy Industries

Comme son slogan l’indique, l’équipementier de nos maisons est Fofy Industries, société dirigée aujourd’hui par Thierno Saikou Oumar Bah, un patron qui ne passe nulle part inaperçu. Ce jeune homme dynamique est à la tête d’une boîte créée le 31 juillet 1990 avec un capital de 145 millions de Fcfa. Fofy Industries, c’est six activités clés : la fabrication de matelas mousse en 1990, la fabrication de matelas à ressort en 1996, la fabrication de salons marocains, la fabrication d’emballages de grande contenance en plastique (cuve Mali Sadio) en 1999, la tapisserie (2007), et la menuiserie (2014).

La société dispose de quatre unités de productions : celles de Sogoniko (siège) Bamako, de la Zone industrielle de Bamako créée en 1998, de Kayes créée en 1999, et l’unité de production de Mopti, créée en 2004.

Fofy Industries, c’est un réseau de distribution couvrant toute l’étendue du territoire national avec à la clé plus de 1000 emplois (directs et indirects) créés.

Mama Lah, Pdg de la Société Lah et Fils

Le Pdg de SLF (Société Lah et Fils) cumule les qualificatifs depuis qu’il s’est lancé dans les affaires comme le «Kankou Moussa du pétrole», le «Diamant de la jeunesse malienne», etc.

Connu de tous pour son altruisme, et revendiquant un parc de près d’un demi-millier de citernes, le jeune milliardaire n’en finit pas d’étonner les Maliens avec des investissements de rang. Et pourtant, Mama Lah est cité aujourd’hui dans le milieu des affaires comme un exemple pour la nouvelle génération.

Le seul souci de ce jeune opérateur économique n’est autre que le développement de son pays. Il s’agit de l’amour pour le Mali.

Sadio Bathily, Pdg de Baraka Petroleum

Grand opérateur économique, Sadio Bathily est le président-directeur général de Baraka Petroleum, société considérée de nos jours comme le n°1 sur le marché du pétrole au Mali. Le jeune Bathily a tout un groupe à son lui et évolue dans plusieurs secteurs d’activités tractés par les hydrocarbures. Homme d’affaires philanthrope, il œuvre beaucoup pour la jeunesse malienne, en témoignent ces nombreuses actions en direction de cette couche

Mieux, la  jeunesse de Sogoniko, en commune VI du district de Bamako, n’oubliera pas de sitôt la générosité de Sadio Bathily. Regroupés au sein de l’Association des jeunes pour le développement de Sogoniko (Ajds), les jeunes du quartier ont reçu de Sadio 40 millions de Fcfa pour diverses réalisations qui serviront toute la population. Cette manne financière a été judicieusement investie dans l’aménagement de deux espaces verts, la construction de pavés en certains endroits, des équipements pour certaines mosquées, des forages, un groupe électrogène au Cscom de Sogoniko et la construction d’un terrain de football digne de ce nom.

Aujourd’hui, Sadio Bathily contribue beaucoup à la lutte contre le chômage puisqu’il a créé de nombreux emplois à travers ses stations-services. Ce jeune opérateur économique participe aussi au développement du Mali à travers le payement de taxes et des impôts.

Sadio Bathily a été récompensé à plusieurs reprises par des structures pour ses efforts à l’économie nationale et à la création d’emplois.

Mamadou Yara, Pdg du Groupe Yara

Il est le président-directeur général du Groupe Yara. Ce fils du géant Babou Yaranangoré gère l’une des sociétés qui emploient le plus au Mali à travers ses cinq filiales que sont Yara Oil, Yara Agrochimie, Yara Gold, Yara Bazin et GIM-sarl. C’est dire que le jeune Yara évolue dans des domaines aussi divers et variés que le pétrole, les engrais, les mines et le commerce.

S’agissant de Yara Oil, ce jeune très ambitieux est en train de révolutionner les différentes Stations à Bamako et à l’intérieur du pays. Mamadou Yara est aujourd’hui prêt à tout surtout quand il s’agit du Mali.

Boureima Doumbia, Pdg de la Société Aminata Konaté

Parti de rien, le Pdg de la Société Aminata Konaté (SAK) est sans conteste l’homme le plus présent dans les foyers maliens à travers sa gamme de produits «Bara Musso», la première industrie culinaire 100 % malienne. Une véritable satisfaction pour toutes les familles maliennes. Jeune innovant, il diversifie ses produits et se lance en 2019 dans le thé, le lait et bien d’autres produits consommés à grande échelle.

Aujourd’hui, à travers sa société, il a permis à beaucoup de jeunes d’avoir de l’emploi.

Cyril Achcar, Pdg du Groupe AMI

Ce jeune qui a fait ses études dans l’Hexagone rejoint en 2000 le Mali pour intégrer le groupe familial AMI (Achcar Mali Industrie). Au sein de sa principale filiale les Grands moulins du Mali (GMM), Cyril Achcar gravit tous les échelons : magasinier, directeur commercial, directeur administratif et financier et directeur général adjoint jusqu’en 2004. La même année, une refonte des statuts le propulse directeur général de toutes les filiales du groupe.

Outre la gestion des Grands moulins du Mali (GMM), qui produisent chaque année près de 100  000 tonnes de farines, Cyril Achcar a développé les cultures de contre-saison dans le pays, et aussi le blé.

C’est pourquoi aujourd’hui, l’entreprise est active dans plusieurs secteurs d’activité. A savoir la farine de la marque Bélier (avec une capacité de production de 120 000 tonnes par an) commercialisée au Mali et dans la région ; l’alimentation animale sous la marque Bu Nafama avec une capacité de production de 100 000 tonnes par an ; le riz sous la marque Riz Malo avec une capacité de production de 30 000 tonnes par an ; et la farine infantile Vitablé avec une capacité de production de 3 600 tonnes par an.

L’effectif des GMM est évalué à 192 personnes en cette année 2020. Doté d’une forte personnalité, Cyril est propulsé président de l’Organisation patronale des Industriels du Mali (Opi).

Adama Traoré, Pdg de Danaya Business

Adama Traoré est le Pdg de Danaya Business-Sarl et une dizaine d’autres sociétés qui interviennent dans divers secteurs d’activités économiques, notamment les équipements militaires et autres. Il contribue fortement au développement économique du pays à travers des gestes forts en faveur de nos Forces armées et de sécurité. Preuve concrète : le jeudi 30 juillet 2020, dans la cour du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, la société Danaya Business a remis du matériel d’habillement aux forces de sécurité intérieure du Mali. Cette dotation d’équipements de protection, d’une valeur de près d’un milliard de Fcfa, s’inscrit pleinement dans le cadre de la responsabilité sociétale de l’entreprise Danaya Business.

Le don est composé de 10 000 tenues blues chevrons avec casquettes et 10 000 tenues camouflées, d’une valeur totale de plus de 940 millions de Fcfa. Ce n’est pas une première. Par le passé, Danaya Business a fait des dons à la police et à l’armée dans le cadre du partenariat. L’objectif est de faciliter la tâche aux porteurs d’uniforme dans leur mission de sécurisation des populations et de leurs biens.

Le nom de ce jeune opérateur économique est cité aussi comme étant un proche de Karim Kéita. D’où cette cabale contre lui depuis quelques semaines. Alors qu’en réalité, ses affaires n’ont rien à voir avec ses relations avec l’un des fils de l’ex-président de la République.

Le parcours d’Adama Traoré est une longue histoire puisqu’il a commencé ses débuts par la vente d’accessoires de véhicules au Grand marché. Il a sué sang et eau pour être ce qu’il est aujourd’hui. Adama mérite d’être encouragé.

 Chine Lah, Barouni Gamby et Hamaye Gamby

D’autres jeunes non moins dynamiques écument la sphère des affaires au Mali. Parmi eux, on peut citer les « diogoramè » Chine Lah, Barouni Gamby et Hamaye Gamby. Ce trio, qui évolue dans le pétrole, le commerce général et le show-biz, est aussi très impliqué dans les activités pour l’unité, la paix et la réconciliation au Mali.

Cheick Oumar Karagnara dit « Super Mano »

Cheick Oumar Aya Karagnara est l’un des frères d’Ibrahim Karagnara. Il gère aujourd’hui plusieurs structures : Petro Bama avec une vingtaine de stations, la boulangerie « Maison du pain », Aya Fournitures… Ce jeune opérateur économique, qui vient de souffler ses 34 bougies, est aussi dans les BTP…

Très discret et humble, Cheick Oumar Karagnara, plus connu sous le sobriquet de Mano, contribue à sa façon au développement de son pays. A travers Cheick Oumar, Petro Bama sponsorise plusieurs émissions sportives et compétitions de football puisque lui-même est un passionné de sports.

Pour la petite histoire, Petro Bama est le sponsor officiel de la Coupe de l’Association malienne de réinsertion sociale à Lafiabougou. Cela prouve que Petro Bama est un partenaire sûr de la jeunesse malienne. Cheick Oumar Aya a la tête sur les épaules et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Un exemple à suivre !

Sidi Dagnoko (Manager de Spirit Mc Cann)

Sidi Dagnoko est le patron de l’agence de communication et Conseil « Spirit Mc Cann ». Il est aussi le président du Groupement professionnel des agences de communications (Gpac) où il a succédé à Moustapha Diop.

Aujourd’hui, l’agence Spirit a fini de prouver qu’elle est le grand professionnel des métiers liés à la communication, au marketing et à l’événementiel.

Spirit au Mali, comme indiqué sur la page d’accueil de son site web, c’est une histoire qui s’écrit depuis plusieurs années. En effet, c’est en 2002 que Spirit a fait son apparition au Mali avec pour objectif de donner à ses clients le meilleur accompagnement dans le domaine de la communication et du marketing.

L’image de Sidi Dagnoko renvoie infailliblement à Spirit Mc Cann, l’agence de communication en tête dans le secteur actuellement au Mali. Cette maison doit incontestablement ce rang à son premier responsable dont le sérieux dans le travail est cité et pris pour exemple dans le monde de la communication, des affaires, du commerce et de l’industrie.

Sidi Dagnoko est un jeune opérateur économique polyvalent avec une présence dans une dizaine de secteurs qui vont de l’agriculture à l’industrie en passant par les services, soit en tant qu’actionnaire soit comme dirigeant.

Dramane Alou Koné dit DAK, Pdg du Groupe Renouveau

Président de la Maison de la presse, Dramane Alou Koné dit «DAK» est également le président-directeur général du Groupe Renouveau qui fait aujourd’hui la fierté du Mali dans le secteur de la presse. Ce groupe est composé de l’Indicateur du Renouveau, de Renouveau TV, de Renouveau FM et dispose aussi d’une imprimerie.

Depuis quelques mois, Renouveau TV est sur le bouquet Canal Plus. En terme d’audience, la chaîne occupe aujourd’hui une place importante dans le paysage médiatique.

En plus, Renouveau TV a signé des contrats de partenariats avec plusieurs structures notamment les fédérations sportives afin de donner de la visibilité au sport malien.

Avec ces quatre structures, le Groupe Renouveau contribue à la lutte contre le chômage avec la création de nombreux emplois.

 

Dossier réalisé par la Rédaction

Source: Aujourd’hui-Mali
MaliwebEconomie
Le siècle est en marche, et le Mali marche avec, malgré un contexte géopolitique et un ordre économique mondial jalonnés souvent de contraintes et de difficultés. La locomotive de cette résilience n’est autre que cette race de jeunes modèles, ingénieux et dynamiques qui se sont lancés dans la sphère...