Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’année. Une illustration parfaite pour un des jeunes les plus dynamiques, puissant et fin travailleur  dont les éloges n’en finissent pas pour sa proximité, ses  accompagnements  en faveur de la jeunesse, du développement  et partout ou le besoin d’aide sociale se fait sentir est à la tête de la délégation  régionale du  Malien des chargeurs de Kayes. Avec toujours une ferme conviction de hisser sur la plus haute marche de sa région natale, Boubacar Niang affectueusement appelé « Papa » par ses intimes est un jeune entrepreneur kayesien bien connu dans le monde des affaires au Mali et  portant la casquette d’unité, de pardon  et de paix  n’est plus à présenter à Kayes de  par ses actions concrètes sur le terrain en volant au secours des plus démunis .

 

Discret et courtois, il a accordé un entretien à  Kayesinfos pour faire la synthèse de l’année 2017  pour le CMC de Kayes, les difficultés avant de déballer les grands projets et défis à relever pour l’année 2018.

Kayesinfos : M. le président, nous savons que beaucoup d’activités se sont déroulées durant l’année écoulée pouvez vous nous faire une synthèse de l’année 2017 ?

Boubacar Niang: Merci beaucoup de votre initiative en vous intéressant  à notre secteur d’activité pour en savoir d’avantage. Je profite de votre passage pour souhaiter mes vœux les meilleurs de longévité, de prospérité à tous les maliens, plus particulièrement  chargeurs de Kayes, aux kayesiens et usagers de la route. Effectivement l’année 2017 a été riche, nous avons eu la bonne santé et nous souhaiterions qu’il en soit de même pour cette année 2018. Ceci dit, 2017 a été l’année du CMC parce que nous avons eu à réaliser pas mal de choses dans la suite logique du bilan de 2016. Nous avons participé à la pause de la première pierre du 2ème pont de Kayes, au Forum économique Régional de Kayes , «Conseil Régional-Ambassade d’Allemagne» pour ne citer que ceux-ci.

Il y a aussi la réhabilitation du 1er pont qui est très capital dans la vie du trafic de la région. Le CMC n’est pas resté en marge de tous ces travaux qui en plus de ceux-ci, nous pouvons énumérer  la promotion de l’exportation  de la gomme arabique du pain de singe et des  bétails   qui créent de la valeur pour notre  économie… Etant donné que  la défense des  intérêts du chargeur est une des prérogatives du CMC, nous avons participé à plusieurs rencontres pour plaider et défendre  la cause des chargeurs lors de  ces activités qui parlent  en gros du Trafic International des marchandises.

A travers les pays côtiers comme la Mauritanie et le Sénégal,  nous avons participé à des  missions de prospection avec les acteurs du  port autonome de Nouakchott dans elle but de faciliter toujours l’approvisionnement du pays en produits de première nécessité.  Nous ne parlons pas du port  Autonome de Dakar qui est naturellement lié à Kayes avec qui nous partageons de bonne relation de partenariat   avec la présence d’une antenne CMC à Dakar sous l’auspice de notre Président National Ousmane Babalaye Ndao. Cette antenne a beaucoup contribué à  la fluidité du trafic sur le corridor Dakar-Bamako (assistance et Défense  des chargeurs au niveau du Port, négociations des tarifs compétitifs  auprès des opérateurs du ports…)

Il faut aussi souligner la 4ème session statutaire des pays sans littoral  d’Afrique de l’ouest et du  centre qui s’est tenue à l’hôtel Amitié de Bamako du 09 au 10 novembre 2018 où nous avons participé brillamment avec des propositions et suggestions concrètes telles que les problèmes liés aux achats locaux et  aux péages. Pour résumer, tout ce qui attrait au commerce international du Mali, la délégation régionale du CMC de Kayes y a pris.

Kayesinfos : Pouvez vous nous  parler un peu des difficultés auxquelles vous faites face ?

Boubacar Niang: C’est d’abord l’état des routes Kayes-Bamako, ensuite Tamba-Kidira qui est  l’une des principales causes du basculement vers Kénieba  compte tenu de la durée des  transporteurs qui  font pratiquement 48 H de route  entre Tamba et Kidira. Il  y a aussi les points de rencontre c’est-à-dire à Diboli ou les formalités et le bouchon peuvent aussi prendre 48H dans l’attente d’une simple formalité alors que l’une de nos priorités est  la fluidité du trafic parce que plus les marchandises  prennent du temps à arriver, plus la perte s’accroit.

Kayesinfos : L’arrêt du trafic aérien au niveau de l’aéroport  de Kayes est un sujet qui est sur toutes les lèvres, où en sommes-nous exactement avec cet arrêt ?

Boubacar Niang: Je ne saurais vous dire grande chose, mais je sais quad même qu’au niveau de cet  aéroport, tout ce qui est comme  infrastructure est  déjà prête. Nous ne sommes  que des chargeurs nous attendons maintenant  les compagnies aériennes. Les chargeurs c’est tout ce qui est  de la gestion du fred des marchandises et autres. Nous tentons toujours à sensibiliser les partenaires en les orientant vers cette zone stratégique. Mais dans  toutes les rencontres auxquelles nous participons nous en parlons sans cesse pour que Kayes revienne à une situation souhaitable avec  la voie ferrée, l’aérien et les routes soient opérationnels. Mais aussi le fluvial avec le port  d’Ambidédi.

Kayesinfos : Quels sont les défis à relever et les grands projets pour 2018 ?

Boubacar Niang: Le niveau macro environnement fait que Kayes vit de part sa position stratégique avec la Mauritanie, le Sénégal  et la Guinée avec les voies ferrées et  l’aéroport. Donc il s’agira pour nous en 2018 de faire du plaidoyer  aux plus hautes  autorités en attirant leur attention sur l’opérationnalisation de l’aéroport, la finalisation des travaux du second pont et la continuité du désenclavement intérieur,  la route Sadiola-Kenieba,  de donner du souffle à la voie ferrée  qui nous soulagera au niveau du transport Dakar-Bamako.  Le bitumage de la route Kayes-Selibabi compte tenu de la distance du port de Nouakchott à Kayes.   La poursuite de réflexion pour des missions d’échanges et de partenariat avec les organismes homologues (Senegal-Mauritanie- Guinee), la poursuite du recensement de Tous les chargeurs de la région. La relance des travaux d’aménagement du port sec d’Abidedi.

Kayesinfos : Où en somme nous avec le basculement du corridor  sud  dans la localité de Kéniéba ?

Boubacar Niang: Il faut reconnaitre que le basculement est effectif depuis maintenant deux ans qui devient de plus en plus intense avec le trafic des conteneurs et des hydrocarbures ciment etc.

Kayesinfos : Quel  message lancez  vous à l’endroit de vos partenaires mais aussi aux populations ?

Boubacar Niang: D’abord c’est de dire aux chargeurs d’être unis pour la santé de l’économie malienne, nous sommes à leur disposition pour tout ce qui est conseils, appui pour la gestion du trafic ou l’approvisionnement du pays ( bout à bout) ou encore les difficultés et les disfonctionnements tout en recensant et faisant  des propositions à l’Etat pour  apaiser toujours la population. Il faut le dire en toute vérité, il y a encore des chargeurs qui ne connaissent pas les prérogatives du conseil malien des chargeurs. Nous réaffirmons à toute la population de notre entière disponibilité pour une stabilité économique profitable à tous.

Un sincère remerciement de la part de la délégation régionale du  CMC de Kayes à l’endroit de kayesinfos qui ne cesse d’accompagner notre structure pour véhiculer tous nos messages. Continuez à toujours informer les populations de Kayes car vous êtes une lampe au pied de nos vaillantes populations de Kayes.

Entretien réalisé par la rédaction de KayesInfos

Par Kayes Infos

MaliwebEconomieInterviewsKAYES
Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’année. Une illustration parfaite pour un des jeunes les plus dynamiques, puissant et fin travailleur  dont les éloges n’en finissent pas pour sa proximité, ses  accompagnements  en faveur de la jeunesse, du développement  et partout ou le besoin d’aide...