Adama Sidibé est le directeur général de ETASI (Etablissement Adama Sidibé), filiale du Groupe Sidibé entreprises. Nous l’avons rencontré le mardi 22 janvier 2019 à la mine de Loulo lors d’un média briefing de Barrick, mine dans laquelle il détient une grande part de la sous-traitance notamment le mining et le halling. L’homme dit employer aujourd’hui plusieurs centaines de personnes (300 à 400), avec une masse salariale qui tourne autour de 200 millions de nos francs par mois. Un véritable acteur de la lutte contre le chômage, l’immigration meurtrière dans la méditerranée etc. Aujourd’hui, Adama est sous-traitant de plusieurs sociétés minières du pays comme Randgold resources devenu aujourd’hui Barrick, Anglogold Ashanti, Endeavour mining, B2Gold, Hummingbird resources.

Cette grande renommée, Adama dit le devoir à Mark Bristow, PDG de Barrick. C’est ce grand opérateur minier bien connu par les Maliens qui l’a formé et aidé, lui comme beaucoup d’autres sous-traitants maliens. C’est pourquoi, il rend un vibrant hommage à cet homme qui a su jouer le rôle qui revient de droit à l’Etat malien. Il appartient à l’Etat de former et de protéger la sous-traitance locale surtout dans le domaine minier. Certains pays comme le Ghana, l’Afrique du Sud voire la RDC l’ont compris. Ils ont trouvé l’arsenal juridique qui protège les sous-traitants locaux. « Pourquoi le Mali ne fait pas autant ? », s’interroge monsieur Sidibé. Interrogation partagée par Mark Bristow, à qui nous avons posé la même question. Ce dernier nous invite à poser la question aux autorités maliennes.

Aujourd’hui, ETASI permet à beaucoup de Maliens d’occuper des emplois que des étrangers raflaient dans le passé ; des grandes sociétés occidentales sont donc remplacées par les Maliens.

Dans la sous-traitance, l’éventail des opérations réalisées est vaste et le marché très segmenté. Il va de la fourniture de matériels et de produits nécessaires à l’activité minière, au transport et à la mise à disposition de personnel en passant par le gardiennage, l’analyse minérale, la logistique, la surveillance environnementale et une foule d’autres prestations.

Ce sont notamment l’excavation et le transport des minerais sur site, des produits finis vers les ports de la sous-région ou des intrants importés. Les opérations en douanes, la logistique, la maintenance, la construction de mines et d’usines ou la fourniture de véhicules, d’équipements et autres matériels pour l’industrie minière sont d’autres créneaux.

Il appartient à l’Etat de former et protéger ses ressortissants pour ces genres d’opportunités. Ce qui n’est pas le cas au Mali, malheureusement.

Fondée en 2001 par Adama Sidbé, ETASI, filiale du Groupe Sidbé Entreprises a commencé ses activités dans le commerce d’équipements de construction et des pièces de rechange et dans les travaux de bâtiments par l’intermédiaire des ventes aux enchères publiques.

A son rythme, ETASI a progressivement orienté ses activités vers les travaux publics et la location de matériaux de construction et d‘engins de chantier. L’entreprise offre aujourd’hui ses services aux sociétés minières, aux entreprises de construction de routes et de construction d’infrastructures et d’irrigation.

C’est en 2006 que ETASI commence effectivement les opérations à grande échelle et elle doit sa réussite grâce à une collaboration forte qu’elle a su maintenir avec des partenaires nationaux et internationaux, et ses activités qui s’étendent sur tout le territoire du Mali.

Abdoulaye Diakité

Malijet

MaliwebEconomieSociété
Adama Sidibé est le directeur général de ETASI (Etablissement Adama Sidibé), filiale du Groupe Sidibé entreprises. Nous l’avons rencontré le mardi 22 janvier 2019 à la mine de Loulo lors d’un média briefing de Barrick, mine dans laquelle il détient une grande part de la sous-traitance notamment le mining...