Dans la salle de conférence du ministère de l’Economie et des Finances, le comité de pilotage du fonds national pour le développement de la statistique , a tenu les travaux de sa 3ème réunion vendredi. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre du Plan de la  Population et de l’Aménagement Territoire, Adama Tiémoko Diarra, avec  à ses côtés le représentant de l’UNFPA, Mantala Traoré.

Examen du rapport des activités  et de gestion financière des ressources de 2008. C’était en gros les deux points inscrits à l’ordre du jour des travaux de cette 3ème réunion.

Dans son intervention, le ministre Diarra a  rappelé que le développement de la statistique occupe une place de choix dans le programme de développement ‘’ Ensemble pour la Paix et le progrès’’ du Président de la République à travers l’axe 2 de ce programme  visant la promotion d’une économie inclusive.

Selon lui, le renforcement des systèmes d’information et des capacités statistiques est indispensable pour la recevabilité et le suivi des politiques publiques. «  C’est pourquoi, le gouvernement du Mali a créé un compte d’affectation spécial dénommé Fonds National pour le Développement de la Statistique (F.N.D. STAT) conformément à la charte africaine de la statistique » a-t-il déclaré.

Par la suite, il fera savoir que cette charte est un instrument élaboré par l’Union Africaine pour permettre aux structures en charge  de la production statistique dans les Etats membres de produire des statistiques fiables, pertinentes et comparables. Toute chose, précise-t-il, qui facilite le suivi de critères de convergence dans le même espace économique.

En plus, il a souligné que les informations statistiques sont utilisées dans le suivi des politiques et stratégies de développement aussi bien nationales que continentales et internationales comme le CREDD et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

Dans cette dynamique, le ministre Diarra dira que la production de données statistiques relevant des prérogatives régaliennes et souveraines d’un Etat, nécessite la mobilisation d’importants moyens financiers, souvent dans un délai très court. «  Ce qui justifie la mise en place d’un fonds d’affectation spéciale permettant de capitaliser des ressources financières pouvant être rapidement mobilisées pour faire face à des opérations d’envergure et souvent couteuses » a-t-il affirmé.

Pour le ministre du Plan de la  Population et de l’Aménagement Territoire, ce fonds est destiné à financer, entre autres, les opérations spéciales de recensement et d’enquêtes, la mise à jour du schéma directeur de la statistique, la formation des lauréats aux concours d’entrée dans les écoles de statistique, les études et recherches ayant un impact sur le système statistique national et la diffusion des statistiques publiques.

Il dira que ce fonds est partiellement alimenté par une subvention budgétaire indexée sur la redevance statistique à hauteur d’au moins 20%. « En 2018, le compte a été abondé à hauteur de 2,9 milliards de FCFA, essentiellement affectés à la réalisation de deux opérations majeures : le 5ème recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH5) et le Recensement Général des Unités Economiques (RGUE).

Par ailleurs, il a précisé que le fonds national pour le développement de la statistique est géré par un comité de pilotage chargé  d’examiner et d’adopter les programmes d’activités  à financer sur les ressources du fonds, d’examiner et adopter les rapports annuels des activités financées.

Par Moïse Keïta

Source: Le Sursaut

MaliwebEconomie
Dans la salle de conférence du ministère de l’Economie et des Finances, le comité de pilotage du fonds national pour le développement de la statistique , a tenu les travaux de sa 3ème réunion vendredi. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre du Plan de la  Population...