L’ouverture du congrès de l’Association des Commerçants Voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne (ACOVMADIA), a eu lieu, samedi dernier, au Centre Djoliba. On notait la présence du représentant du ministre de l’Industrie et du Commerce, du représentant du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, du représentant du maire de la commune III, du représentant du président de la CCIM. Les parrains étaient Mme Simpara Saran Traoré et Aboubacar Samassékou. Plusieurs groupements de commerçants étaient représentés. C’est au son de l’ensemble instrumental du Mali que s’est tenue l’ouverture du congrès, dans une salle qui a refusé du monde.

Mme Bagayoko Aminata Sanogo a souhaité la bienvenue en commune III, au nom du maire, empêché. Elle a soutenu que ces assises contribuent au développement du pays. Moussa Sakho, secrétaire général de l’ACOVMADIA a indiqué que c’est suite à l’augmentation des 3 % des tarifs douaniers en 2014  et aux difficultés d’obtention des visas chinois en 2016, que l’association a été mise sur pied. Il a remercié le ministère du Commerce, à travers Abdel Kader Konaté dit EMPE, qui avait créé une commission de visa au sein de la CCIM et dont ils ont été membres. Il a déclaré que des résultats ont été engrangés en peu de temps, mais que les défis restent énormes, notamment en termes d’infrastructures et d’équipements marchands. Il a estimé qu’il faut rompre avec les syndicalistes et s’inscrire dans un contexte  portant sur les   préoccupations de leur secteur. Il a décliné un programme qui consiste à renforcer les différents  partenariats, éduquer les commerçants dans le domaine du droit et du civisme,  créer un site web, pour mieux communiquer, organiser régulièrement des rencontres d’information et de sensibilisation, élaborer un répertoire des Commerçants Voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne et renforcer la capacité des commerçants en gouvernance,  management  et plaidoyer.
Abdel Aziz Mariko, le représentant de la CCIM a soutenu que la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali est la maison des commerçants. Il a ajouté que la multiplicité des associations est une bonne chose, car, elle permet à chacun de s’exprimer, pour le développement et la rentabilité  de  ses activités.  Le Syndicat des Commerçants Détaillants du Mali a exprimé le souhait d’avoir des sites fixes. Il a demandé au gouvernement de penser aux équipements marchands. Le Parrain, Aboubacar Samassékou  a prodigué des conseils au président et à l’association. Il a  recommandé d’œuvrer pour l’unité et de s’écouter, pour arriver à une vision commune. Le commerce, a-t-il dit, contribue à hauteur de 65% du budget national et ce sont les commerçants qui assurent les recettes de l’Etat.
Ibrahima Maiga, le président de l’ACOVMADIA a déclaré à la presse que depuis 2014, plusieurs associations se sont regroupées au sein de l’Association des Commerçants Voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne, pour défendre leurs droits. Il y a beaucoup de défis, a-t-il reconnu. C’est le dédouanement qui est la  première cause de la mort du commerce, a-t-il assuré. Le représentant du ministre de l’Industrie et du Commerce les a rassurés de leur accompagnement. La forte mobilisation témoigne, a-t-il dit, de l’importance de l’évènement qui a pour objectif, la croissance économique. Il a confirmé que 80% de la population active s’attèle à cette activité, qui est un   maillon économique important. Il a  recommandé aux commerçants de rester dans un cadre formel, avant de déclarer ouvert le premier congrès de l’Association des Commerçants Voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne.

 

  B.D.

Source: Journal Canard Déchainé

MaliwebEconomie
L’ouverture du congrès de l’Association des Commerçants Voyageurs du Mali et de la Diaspora Malienne (ACOVMADIA), a eu lieu, samedi dernier, au Centre Djoliba. On notait la présence du représentant du ministre de l’Industrie et du Commerce, du représentant du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale,...