Le Comité de pilotage de l’Initiative pour la transparence des industries extractives au Mali (Itie-Mali) essaye tant bien que mal de faire d’être en phase avec les exigences de la norme Itie internationale. C’est fort de cela que lors de la première session du Comité de pilotage Itie-Mali de l’année 2019, tenue le jeudi 21 février 2019, présidée par le ministre Lelenta Hawa Baba Ba, ministre des Mines et du Pétrole et présidente dudit Comité, il a été annoncé que le 28 février 2019, débutera la validation du Mali. Un travail d’Hercule abattu par le tout nouveau Secrétaire permanent de l’Itie-Mali, afin de faire du Mali un bon élève de la norme internationale dans les industries extractives.

Pour rappelle, lors de la deuxième phase du processus de validation du Mali, amorcée en février 2019 et qui a connu son épilogue lors de la 43e session du Conseil d’administration de l’Itie, tenue à Paris en marge de la conférence mondiale 2019 de l’Itie, le Mali a été reconnu comme pays ayant fait des progrès significatifs avec une amélioration substantielle dans la mise en œuvre des exigences  l’Itie. Le Conseil d’administration de l’Itie a reconnu que le Mali a fait  des progrès  au-delà de la norme Itie sur certaines exigences, notamment sur les transferts infranationaux (rétrocession des revenus de certains impôts et taxes dans les collectivités minières).

Lors de cette 43e session du Conseil administration du secrétariat international, l’Itie a entériné l’élection du Secrétaire permanent de l’Itie-Mali audit conseil d’administration avec un vote favorable de cinq pays sur sept au compte du sous-collège des pays francophones de l’Afrique de l’Ouest pour un mandat de  six  ans dont trois ans comme suppléant et trois ans comme titulaire. Que de prouesse pour notre pays, et partant de l’Itie-Mali.
Mais apparemment, toutes ces prouesses semblent mettre en mal certaines personnes. Cela est devenu presqu’une tradition au Mali. Une fois une personne est nommée à un poste de responsabilité, il est du coup sous les feux des projecteurs, car les sorciers, tapis dans l’ombre, ne sont pas prêts à lui faciliter la tâche.

Et pour ce faire, leur arme de dissuasion est la diffusion de fausses informations dans la presse. Et cela, pour que le nouveau nommé puisse être en mauvaise posture et être mal vu au sein de l’opinion nationale. C’est le cas en ce moment du Secrétaire permanent de l’Itie-Mali,  Django Mady Coulibaly. Ils sont prêts à tout faire pour vouloir déstabiliser la structure, en vilipendant, à travers des médias, le nouveau Secrétaire permanent de l’Itie, mais pour quelles fins !

Un rappel des faits est nécessaire pour comprendre les choses. Grâce aux efforts du Secrétariat permanent de l’Itie-Mali et le Comité de pilotage Itie-Mali auprès des partenaires, le Mali va produire trois rapports Itie cette année dont deux au courant du premier semestre et un au second semestre, ça sera une première au Mali. Parallèlement à ça, deux autres études sont en cours dont une porte sur la traçabilité des revenus dans les collectivités minières et l’autre sur les résultats et l’impact de la mise en œuvre de l’Itie Mali. Qui dit mieux ?  Afin d’avoir les conclusions de ces études et les  capitaliser,  Lelenta Hawa Baba Ba, ministre des Mines et Pétrole après consultation et accord des collèges des entreprise extractives, les organisations de la société civiles et de l’administration publique du Comité de pilotage Itie, a envoyé une demande de prorogation de six mois au Secrétariat international de l’Itie pour la publication de rapport Itie Mali. Cette démarche est conforme à l’exigence 8.5 de la norme Itie 2016.

Lors de la session ordinaire du Comité de supervision Itie-Mali, tenue le 19 juillet 2019, Dr Boubou Cissé, Premier ministre, chef du Gouvernement,  a instruit à ce que tous les écarts des flux financiers des entités déclarantes  soient expliqués dorénavant aux centimes près dans les rapports Itie-Mali. Cette instruction a été prise en charge dans les TDR et les trois rapports Itie-Mali en cours d’élaboration répondront à cette instruction du Premier ministre.

Aussi, le Mali est-il à jour par rapport à la production des rapports annuels d’avancement Itie ; ils sont déjà disponibles sur le site web : www.itie.ml et l’on peut les visualiser. Une manière pour les responsables d’Itie-Mali de montrer les efforts fournis pour que le Mali soit et demeure un bon élève au sein de cette institution internationale. Dans ces conditions, le Mali va être suspendue sur la base de quoi ?

Par ailleurs, les deux dernières sessions du Comité de pilotage Itie-Mali, tenues respectivement le 26 décembre 2019 et le 06 janvier 2020, sont largement illustratives pour montrer les efforts que le Mali ne cesse déployer pour la mise en œuvre des exigences de l’Itie et reconnus aussi par le Secrétariat International de l’Itie. Et tout le compte rendu de session du Comité de Pilotage Itie-Mali validé est publié sur le site web de l’Itie-Mali.

Le Comité de pilotage Itie-Mali est composé de trente-trois membres où l’administration publique, les entreprises extractives et les organisations de la société civiles sont représentées et toutes les décisions sont prises de façon consensuelles. Dans ces conditions, pourquoi  diffuser des contrevérités dans les journaux sur le Secrétaire permanent l’Itie-Mali ? Si l’individu est sûr de ces informations, pourquoi il ne fait pas une pétition pour que  les membres du Comité de pilotage Itie-Mali et les agents du Secrétariat permanent de l’Itie-Mali  qui sont d’accord avec lui signent et qu’il fasse publier cette liste de pétition dans les journaux, avec ses informations à lui ?

Une chose est sûre et certaine. Les mensonges ne feront pas dérouter le Secrétaire permanent l’Itie-Mali de la mission exaltante qu’on lui a confiée.

Le chien aboie, la caravane passe !

Affaire à suivre !

ND 

Le Prétoire

MaliwebEconomie
Le Comité de pilotage de l’Initiative pour la transparence des industries extractives au Mali (Itie-Mali) essaye tant bien que mal de faire d’être en phase avec les exigences de la norme Itie internationale. C’est fort de cela que lors de la première session du Comité de pilotage Itie-Mali de...