Si voyager sur la RN1 est un calvaire, circuler à Kayes ville est devenu depuis longtemps un cauchemar pour tous les Kayesiens et pour cause mauvais état des différentes voies internes de la ville.

 Kayes, première région administrative et économique, la région fait frontière avec  trois pays qui alimentent le Mali avec leurs ports dont le Sénégal la Mauritanie et la Guinée Conakry. Kayes est  une région très riche en or également.

C’est grâce à cette région que beaucoup de milliards rentrent aujourd’hui dans les caisses de l’Etat et à la fin de chaque mois. Selon les constats il n’existe pas de région qui a eu autant de potentialités politiques, économiques, administratives ou de ressources humaines dont des Présidents, des ministres, des administrateurs chevronnés avec une diaspora aussi battante. Réputée pour sa chaleur, celle la aussi aurait pu devenir une grosse ressource à cette heure du solaire. Bref, au tant de potentialités qui auraient pu hisser la ville de Kayes sur le pelletons des villes les lus enviées aujourd‘hui. Mal chance ou Malédiction ? On ne saurait que dire mais vraiment inexplicable ! A priori on peut dire que Kayes est tout simplement une région abandonnée par ses décideurs politiques et administratifs. Quelques indices d’abandons : circuler à Kayes ville aujourd’hui est devenu un véritable cauchemar, venir à Kayes un parcours du combattant : plus de train voyageur, plus d’avion, mauvais état de la RN1 (Kayes-Bamako), devenue un grand mouroir. Pas besoin de décrire l’état de délabrement continu de la ville, mieux voir une fois que de lire plusieurs fois! Les routes sont impraticables, mal aménagées, salles, les fossés pourris et aucun projet d’aménagement manifeste. Souvent on se demande si marcher n’est pas mieux et plus rapide que sortir en voiture dans laquelle les secousses vous font balancer à gauche, à droite, devant derrière accroché au volant même de la plus neuve des 4×4. Si vous êtes un fan du sport au volant, je vous conseille le chemin allant de la route de l’hôpital à la radio Rurale en passant par les devantures du Conseil de Cercle, du Conseil Régional, de la caisse des Retraités, des sapeurs pompiers et de la direction régionale de l’Assainissement. A l’arrivée, vous vous réjouirez d’avoir le même souffle que votre champion des 4x400m.

Dommage que  c’est sur cette même route que se trouve la crème des services décideurs de l’avancement de la ville de Kayes. En amenant à tout moment des malades à l’hôpital, tous les jours les véhicules de la protection civile sont aussi chez leur docteur mécanicien pour éviter un arrêt cardiaque du moteur. Passons vite, ce tronçon est seulement un échantillon, pas même trop illustrant, de la situation générale des routes de Kayes. Et les routes ne constituent qu’un seul côté se l’iceberg !

Kayes ! Où sont donc passés les chefs politiques,  les associations de jeunes, des femmes, les bonnes volontés ? Et pourtant publiquement on entend dire: « tout projet qui rentre dans le cadre du développement de Kayes, nous ne ménagerons aucun effort pour sa réussite »

En tous les cas aujourd’hui, à la limite disons « pitié pour notre chère Kayes » peut être en lieu et place de « SOS pour Kayes. »  Arrêtons de faire semblant, passons aux actes pour le développement de la ville. Il y a la mairie, certes, mais la mairie à elle seule ne peut tout faire. Chacun doit évaluer tous les jours sa contribution à l’effort de construction et du développement de la région, de la ville !

Je ne peux m’empêcher de lancer un cri de  cœur : « hommes politiques, organisations de Jeunesse, des femmes, chefs de services, ONGs, acteurs de développement, opérateurs économiques, entrepreneurs et autres ensemble et en avant pour l’aménagement, la construction et le développement de Kayes ».

KayesInfos

MaliwebEconomieSociétéKAYES
Si voyager sur la RN1 est un calvaire, circuler à Kayes ville est devenu depuis longtemps un cauchemar pour tous les Kayesiens et pour cause mauvais état des différentes voies internes de la ville.  Kayes, première région administrative et économique, la région fait frontière avec  trois pays qui alimentent le Mali...