Avec une production de plus 50 000 litres uniquement pour le péri-urbain de Bamako, les éleveurs maliens sont confrontés aujourd’hui à un problème de vente de lait. Malgré la baisse du prix par les industriels, le lait local se décompose dans les champs faute de preneur. Un fait qui s’explique par l’importation massive de lait en poudre dans notre pays.

laitiere-vache-peulh

Face à la presse le mardi 13 juin, les laitiers, organisés en association, ont dénoncé l’importation massive de lait en poudre au détriment du lait local et la baisse unilatérale du prix du lait local par les industriels.

Selon Sanoussi Bouya Sylla, président l’Apcam du district et responsable de l’Association, la facture des importations des produits laitiers, notamment de la poudre de lait ne cesse d’accroître. “De 11,3 milliards en 2010, elle est passée à 20,5 milliards en 2014, selon la DNCC”, a-t-il précisé. Pour M. Sylla, cela eu des répercussions sur la production locale qui connaît aussi de l’essor depuis quelques années.

Rien qu’au péri-urbain de Bamako, 50 000 litres de lait sont produits chaque jour par les éleveurs. Plus de la moitié se décompose dans les champs, suivant les explications du conférencier.

“Seul le lait du matin qui ne dépasse pas les 15 litres est pris et du lundi au vendredi. Le lait de l’après-midi, du week-end et des jours fériés reste sous nos mains. Les industriels disent que nous produisons trop de lait pour eux”, a expliqué Sanoussi Bouya Sylla. Il a également dénoncé la baisse de façon du prix de lait par le partenaire privilégie, la société Mali-Lait. Il a informé que Mme le ministre de l’Elevage et de la Pêche s’est personnellement  impliquée pour qu’il y ait un compris entre eux la société. Les négociations vont ouvrir dans les jours qui viennent.

Pour canaliser la production du lait local, les acteurs du secteur plaident pour la création d’une unité nationale de transformation d’ici la fin de l’année. Aussi, ils exigent la réduction du taux d’importation de lait en poudre.

M. Diallo

Par L’Indicateur du Renouveau

MaliwebEconomie
Avec une production de plus 50 000 litres uniquement pour le péri-urbain de Bamako, les éleveurs maliens sont confrontés aujourd’hui à un problème de vente de lait. Malgré la baisse du prix par les industriels, le lait local se décompose dans les champs faute de preneur. Un fait qui...