Lors de la conférence de presse avec la délégation du FMI, le samedi 3 novembre dernier, Dr Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé plusieurs réformes qui sont en cours pour assainir et stabiliser davantage le cadre macroéconomique du pays. Il s’agit entre de la gestion de dette du pays, de la  mobilisation de recettes et surtout de la question de l’exonération.

Après la note de satisfecit de la mission du FMI, le ministre Boubou Cissé a fait quelques annonces sur les réformes en cours pour améliorer la situation macroéconomique du Mali. Ainsi, annonce-t-il, «il y a des réformes sur lesquelles nous allons continuer à nous focaliser et qui devraient nous garantir cette stabilité macroéconomique dans tout ce qui a été acquis dans le cadre du programme économique et financier du Mali appuyé par l’accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC)». Pour lui, ces réformes devraient être renforcées, consolidées pour le prochain programme en tout ce qui concerne la stabilité macroéconomique, la viabilité financière ou budgétaire même de l’Etat. Toute chose qui conduit à des questions relatives à la gestion de la dette, de la trésorerie.

Aussi, par rapport au défi de la mobilisation des recettes, le ministre Boubou Cissé promet de poursuivre avec les réformes qui ont pris du retard dans le cadre de ce programme. Cela, dit-il «pas parce qu’elles n’ont pas été mises en œuvre mais parce que les résultats escomptés n’ont pas été atteint à 100%». Pour lui, dans le cadre des exonérations, beaucoup de progrès ont été faits. Car, dit-il « «aucun marché n’est exécuté sur le budget d’Etat en hors taxe, contrairement à ce qui se passait il y a un ou deux ans. Tout est en TTC. «La réforme majeure était liée au code des investissements. Le dossier est sur la table du Conseil des ministres. Le projet de loi prévoit que le seuil d’éligibilité auquel les entreprises auront droit pour bénéficier des exonérations doit passer de 12,5 millions de francs CFA à 100 millions de F CFA. Ça va nous permettre de réduire significativement le niveau des exonérations dans certaines entreprises qui étaient dans le code des investissements» a-t-il annoncé. Cela, simplement, parce que des entreprises bénéficient de ces exonérations sans une contrepartie efficace pour le gouvernement. «On a remarqué, généralement, que ceux sur quoi ces entreprises se sont engagées pour pouvoir bénéficier de ces exonérations, de 70% à 80% ne le font pas. Il n’y a pas de création d’emplois, ni de valeur ajoutée. Donc nous allons rehausser légèrement le niveau pour être dans une norme qui est communautaire. Comme chez nos voisins du Burkina Faso, c’est à 100 millions.» Note-t-il.
En outre, le ministre Boubou Cissé a annoncé que d’autres réformes vont se poursuivre dans d’autres secteurs. «La réforme majeure sur laquelle nous nous sommes lancés et qui va être concrétisée pour l’avenir, c’est la mise à jour du répertoire des prix pays.  Parce ce que dit-il  «aujourd’hui, sans doute, ces prix ne sont pas de bons. Cela, nous fera revenir dans des proportions de dépenses beaucoup plus raisonnables que ceux que nous avons observés jusqu’à présent». Toutefois, le ministre reconnaît qu’évidemment, qu’il y a des secteurs fragiles qui présentent des risques budgétaires pour l’Etat sur lesquels il faut accentuer la réflexion. C’est le cas, avoue-t-il «du secteur de l’énergie qui est un secteur important et stratégique pour le prochain programme. La situation de l’EDM étant extrêmement difficile, il y aura des réformes majeures dans ce secteur-là». En outre, annonce-t-il, des réformes majeures ont déjà commencé pour que nos établissements de crédits et financiers soient préparés à y entrer. Bref, selon le ministre Boubou Cissé, les réformes vont se poursuivre dans les secteurs minier, pétrolier, énergétique, de la téléphonie mobile pour permettre à l’Etat d’en tirer le maximum de profits.

Dieudonné Tembely

Source: Infosept

 

MaliwebEconomie
Lors de la conférence de presse avec la délégation du FMI, le samedi 3 novembre dernier, Dr Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé plusieurs réformes qui sont en cours pour assainir et stabiliser davantage le cadre macroéconomique du pays. Il s’agit entre de la gestion...