La nouvelle centrale hybride de Diéma a été mise en service le 28 avril 2016, avec une puissance de 870 kW et une puissance exploitable de 870 kW.  Le parc de production comprend trois groupes électrogènes et une centrale solaire avec une puissance de 600 kW. La centrale dispose deux transformateurs élévateurs de 630 KVA chacun. Pour l’évacuation, la centrale est équipée de deux départs vers la ville dont un en réserve. Le stockage est constitué d’une cuve d’une capacité de 50 m3. Il est à noter que la centrale est raccordée au réseau d’adduction d’eau de la ville. En plus, il existe un bassin de stockage de 30m3 et un système de pompage raccordé à deux châteaux d’eau de 15 m3 chacun sur 10 m de hauteur.

malick alhousseini maiga ministre energie eau

Concernant l’approvisionnement en potable, il est à noter que les installations initiales de Diéma ont été réalisées en 1987 à travers la coopération décentralisée. Ensuite, il a été procédé au renforcement du système existant en 1995 dans le cadre de la mise en œuvre du programme régional solaire (PRS-phase1).

Le système d’adduction d’eau potable de la ville de Diéma a été renforcé en 2007 sur financement de l’Agence française de développement, dans le cadre du projet AEP 21 centres Nioro et Diéma dans la région de Kayes. Le système est géré par l’AUEP de Diéma et le STEFI est assuré par l’operateur 2AEP.

Actuellement, le système de l’AEP comprend : trois châteaux d’eau de capacité respective 50 m3, 30 m3 et 25 m3, 5 forages d’exploitation d’un débit cumulé de 22,5 m3/h, fournissant ainsi un volume journalier d’environ 225 m3 pour une population estimée à 16 000 habitants (projection RGPH 2009), un dispositif de traitement par la désinfection à l’hypochlorite de sodium, un réseau d’adduction et de distribution d’environ 12 000 mètres linéaires desservant environ 200 branchements particuliers et 18 bornes fontaines publiques.

Les principales difficultés rencontrées sont, entre autres : l’insuffisance de la production journalière par rapport aux besoins actuels, suite aux conditions hydrogéologiques locales peu favorables, le sous-dimensionnement des installations existantes face aux besoins actuels et à l’horizon 2035, l’insuffisance en capacité de stockage, et l’insuffisance de la longueur du réseau de distribution. En effet, plusieurs quartiers ne sont pas encore desservis par le réseau existant, notamment la zone de la gare routière.

Pour améliorer les conditions de desserte, sur financement du budget national, il a été entrepris en 2016 des travaux de renforcement de la capacité de production à travers l’équipement d’un forage existant dans le village de Fangoumé d’un débit de 10m3/h, la réalisation d’une borne fontaine, la réalisation d’un réseau électrique sur une distance de 3000 mètres linéaires ainsi que la fourniture et la pose d’un compteur électrique. Des dispositions sont en cours pour l’acquisition d’une pompe immergée adéquate. Ici aussi le ministre de l’Energie et de l’Eau a décidé que ce système intègre désormais le périmètre concédé de la SOMAPEP et SOMAGEP.

A Nioro du Sahel la nouvelle centrale a été mise en service en avril 2016, avec une puissance exploitable de 4 200 kW, un parc de production de trois groupes électrogènes de 1 400 kW chacun. Par ailleurs, la centrale dispose de trois transformateurs élévateurs de 2 000 KVA chacun. Concernant l’évacuation, la centrale est équipée de trois départs vers la ville dont deux en réserve. Le stockage est constitué d’une cuve d’une capacité de 100 m3.

S’agissant des installations d’eau potable, la ville de Nioro du Sahel dispose de 14 forages captant les eaux souterraines de la boucle de Madonga et celles de l’Oued Fakka pour une capacité totale de 2 760 m3/jour. Ces installations ont été mises en service en 1981. L’alimentation des forages en énergie électrique est assurée par le réseau d’EDM SA. En plus, il existe des groupes électrogènes de secours.  La capacité de production maximale actuelle est d’environ 2 900 m3/jour pour des besoins de pointe estimés à 3 200 m3/jour, soit un déficit de 300 m3/jour. Ici, la contrainte majeure constitue le déficit de production. Aussi, l’éparpillement des forages avec des distances variant de 3 à 7 km rend la gestion du système AEP difficile.

Pour améliorer la capacité de production, un forage à gros diamètre d’un débit de plus de 30m3/h a été raccordé au réseau existant. Pour l’instant, il y a équilibre entre l’offre et la demande.

Kolokani a été la dernière étape de ce périple du ministre de l’Energie et de l’Eau. Les populations ont réservé un accueil chaleureux au ministre comme pour exprimé leurs attentes par rapport à la visite. Dans cette ville, il existe trois groupes dont un seul fonctionne avec une puissance de 140 kva pendant une durée de 5 heures par jour (18–23 heures). Le nombre d’abonnés est de 428. Des difficultés sont rencontrées dans le fonctionnement. Le problème d’électrification de la localité se pose avec acuité. S’agissant des installations d’eau potable, la ville de Kolokani est alimentée par un système d’adduction d’eau potable réalisée entre 1999 et 2000.

La situation générale est caractérisée par une offre faible par rapport à la demande de la population se manifestant par une absence d’eau au niveau de plusieurs bornes. Le système de traitement en panne ne garantit plus la bonne qualité de l’eau.

Il est à noter que le centre AEP de Kolokani est sélectionné parmi les 10 centres devant être réhabilités par le programme national de mobilisation des ressources en eau (PNMRE). Il est prévu entre autres le renforcement de la productivité de l’AEP, l’extension du réseau, la rénovation de la station de pompage. A cet effet, 2 forages de 70m3/h et 40m3/h ont été réalisés par le PNMRE en 2016. Pour mettre fin au calvaire des populations, le ministre a décidé que le système d’adduction de la ville soit immédiatement géré par la Somapep et la Somagep. De même l’électricité sera prise en charge par EDM s.a.

 

La rédaction 

MaliwebEconomie
La nouvelle centrale hybride de Diéma a été mise en service le 28 avril 2016, avec une puissance de 870 kW et une puissance exploitable de 870 kW.  Le parc de production comprend trois groupes électrogènes et une centrale solaire avec une puissance de 600 kW. La centrale dispose deux transformateurs...