L’enclavement de la région de Kayes n’est plus à prouver aux yeux des maliens et de la Diaspora. Plusieurs forces associatives, juvéniles et syndicales ont mené d’intenses manifestations pour ces populations qui vivent le calvaire permanent. Si les premières esquisses gouvernementales sont à saluer sur le tronçon Kati-Didiéni, il n’en demeure pas moins que les responsables de cette nouvelle agence veulent une plus grande implication de l’Etat.

 

Lors d’un point de presse, le samedi dernier à la maison de la presse, la direction et ses partenaires ont tenu à expliquer à la presse les circonstances et les ambitions d’Afrikayes-Air. Au présidium, Souleymane Sidibé, Directeur d’Afrikayes-Air. Un vol hebdomadaire sera chaque mardi, AFRIKAYES-AIR. Ce projet ambitieux, pour la mobilité et le désenclavement des kayesiens, regroupe des partenaires stratégiques et historiques. C’est la compagnie Burkina Air qui empruntera la ligne à partir du 26 Novembre 2019 à 08heures.

D’après Souleymane Sidibé, plus de 400 associations et des partenaires engagés soutiennent ce projet. C’est dans le souci de simplifier les nombreuses difficultés liées au déplacement sur Kayes. M. Sidibé dira que c’est sur implication appuyée du secrétaire Général de la présidence, Moustapha Ben Barka que le projet a pu connaitre une évolution rapide : « Nous remercions Ben Barka pour nous avoir soutenus. Quand nous lui avons soumis notre initiative, il a aussitôt fait convoquer tous les responsables qui interviennent dans le secteur de l’aéroport » explique le Président de la société Afrikayes-Air.

Cette nouvelle offre compte simplifier les tracasseries que connaissent la Diaspora et les ressortissants de la première. A cet effet, les démarches et les procédures liées Hadj à partir de Kayes, ce qui offrirait la possibilité aux kayesiens de se rendre au Hadj à partir de l’aéroport Dag-Dag. Pour Fousseiny Sissoko, président du CADERKA (associations pour le développement de la région de Kayes) c’est un début de soulagement. La caderka salue l’initiative de cette agence de voyages et appelle à son accompagnement par tous les acteurs. Malgré le découpage opéré, M Sissoko estime que l’objectif de la caderka reste le même.

Alou Bara Sanogo, représentant d’Air Burkina, ce projet de desserte de Kayes date de quelques années et son aboutissement est un « Nous avons été très heureux d’avoir été sollicités ». Il a promis que le premier vol décollera de l’aéroport international de Bamako ce 26 Novembre 2019 à 8h pour atterrir à Dag-Dag à 8h50mn. Pour une compagnie qui possède

Cinq (5) avions aujourd’hui, M. Sanogo promet qu’en 2020 la flotte d’Air Burkina atteindra 14 avions. Quant à l’aéroport, il a rassuré que toutes les mesures sécuritaires sont requises, avec un Niveau 6.

A cette conférence d’information, il y avait aussi, le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne dont le Président, Mohamed Chérif Haidara est premier secrétaire chargé de l’immigration et l’émigration au sein de la société civile malienne. Ses propos introductifs sont sans équivoques : « Nous ne soutenons aucun candidat et aucun parti. Notre candidat, c’est la diaspora malienne »

Pour le président du CSDM, les cadres de la région et les différents présidents qui se sont succédé ont trahi la région de Kayes. En termes de populations et en termes d’apport, cette région compte et pèse beaucoup. La lutte du CSDM n’était pas seulement pour les airs, elle était aussi centrée sur la liaison entre les 7 cercles de la région. Les rails ne sont pas encore inopérationnels, la route connait une certaine progression mais l’aéroport, poursuit Haidara, nous l’avions demandé et nous voulons que le gouvernement tienne sa place.

Saluant la grandeur des actions, le président du CSDM a félicité et remercié Boubou Cissé : « Boubou Cissé est un homme de parole. Quand il dit quelque chose, il le fait. Nous sommes loin d’être des amis » soutient Mohamed Chérif Haïdara.

A l’instar de certains pays de la sous-région, le gouvernement malien devra payer la subvention sur les billets. En tout cas, cela semble être une exigence du CSDM qui voit un nouvel horizon se dégager. La compagnie Air Burkina, précise M. Haidara, est la seule dans la sous-région qui n’a jamais fermé depuis qu’elle a été créée, c’est un mérite.

Il a encore souligné la persévérance et la détermination de la diaspora kayesienne. Une diaspora civique qui construit des mosquées, des hôpitaux et autres sans tendre la main. Pour Haïdara, il n’y a pas un émigré qui aime son pays plus que les kayesiens.

Une mise en garde a été faite contre le gouvernement. C’est de savoir que le Sénégal est en train d’agrandir l’aéroport de Tamba Counda qui pourrait servir de point d’atterrissage à la diaspora malienne. Enfin, il souhaite que le gouvernement supprime toutes les taxes liées aux vols Paris-Kayes afin que nos compatriotes et leurs familles puissent rendre visite à leurs communautés.

 Figaro du Mali

MaliwebEconomieSociété
L’enclavement de la région de Kayes n’est plus à prouver aux yeux des maliens et de la Diaspora. Plusieurs forces associatives, juvéniles et syndicales ont mené d’intenses manifestations pour ces populations qui vivent le calvaire permanent. Si les premières esquisses gouvernementales sont à saluer sur le tronçon Kati-Didiéni, il...