Au regard des données publiées par la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA), au 31 décembre 2020, cent neuf (109) des cent quarante neuf (149) établissements en activité dans l’Union, soit 73,6%, étaient affiliés à trente deux (32) groupes bancaires. Cette population cumule 85,8% des actifs bancaires, 60,4% des guichets, 83,2% des GAB, 84,5% des comptes bancaires de la clientèle, 77,6% des employés et 92,2% du résultat net global provisoire. Ces trente deux (32) groupes bancaires, en activité dans l’UMOA au 31 décembre 2020, proviennent de l’UMOA, du Maghreb, de l’Union européenne (UE), de la Zone monétaire de l’Afrique de l’ouest (ZMAO), de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEMAC), de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et du reste du monde (RDM). Douze (12) de ces groupes bancaires détiennent, chacun, au moins 2% des actifs du système bancaire.

fin 2020, le système bancaire de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA) comptait cent cinquante deux (152) établissements de crédit agréés contre cent cinquante trois (153) en décembre 2019. Cette évolution résulte du retrait de l’agrément de la Banque Internationale du Benin (B.I.BE), à la suite de sa fusion avec la Banque Africaine pour l’Investissement et le Commerce (BAIC) ; du retrait de l’autorisation d’installation de Diamond Bank Bénin, succursale de Côte d’Ivoire, dont les activités ont été apportées à NSIA Banque Côte d’Ivoire ; de l’autorisation d’installation accordée à Bridge Bank Group Côte d’Ivoire, succursale du Sénégal.

Ainsi, au terme de l’année 2020, le paysage bancaire était composé de cent trente et une (131) banques, dont vingt et une (21) succursales, et de vingt et un (21) établissements financiers à caractère bancaire, dont quatre (4) succursales.

Au 31 décembre 2020, cent quarante neuf (149) établissements de crédit (128 banques et 21 établissements financiers à caractère bancaire) étaient en activité parce qu’à fin 2020, les trois (3) établissements de crédit agréés suivants n’avaient pas démarré leurs activités : Bridge Bank Group Côte d’Ivoire, Succursale du Sénégal (Sénégal), Banque de Développement du Mali, Succursale du Sénégal (Sénégal) et Banque de Développement du Mali, Succursale du Togo (Togo). En contrepartie, les établissements de crédit entrés en activité en 2020 sont : Africaine des Garanties et du Cautionnement (Bénin), Mansa Bank (Côte d’Ivoire) et Orange Abidjan Compagnie (Côte d’Ivoire).

A cette date, vingt deux (22) banques étaient inscrites sur la liste des établissements bancaires d’importance systémique (EBIS) au plan national. Il faut comprendre par établissement bancaire d’importance systémique (EBIS), un établissement dont la défaillance, en raison de sa taille, de sa complexité, du volume de ses activités ou de son interconnexion systémique, peut mettre en péril le système financier et l’activité économique de l’UMOA ou d’un Etat-membre.

Précisons aussi qu’au 31 décembre 2020, le système bancaire comprenait soixante cinq (65) banques transfrontalières, soixante trois (63) banques sous régionales et vingt (20) établissements financiers à caractère bancaire, dont cinq (5) transfrontaliers et quinze (15) sous régionaux. Les banques sous-régionales dominent le marché avec 51,3% des actifs bancaires de l’Union. Elles concentrent 38,1% du réseau d’agences, disposent de 53,8% des GAB, détiennent 48,4% des comptes bancaires et emploient 45,0% des effectifs.

Les banques transfrontalières détiennent 47,4% de part de marché. Cette catégorie regroupe 34,0% des agences, 46,2% des GAB, 51,6% des comptes de la clientèle et 48,0% des effectifs. Les établissements financiers à caractère bancaire transfrontaliers concentrent 0,2% des actifs, 1,5% des guichets et 0,6% des effectifs.

Les établissements financiers à caractère bancaire sous régionaux affichent 1,1% des actifs, 26,4% des guichets et 6,4% des effectifs.

Au 31 décembre 2020, cent neuf (109) des cent quarante neuf (149) établissements en activité dans l’Union, soit 73,6%, étaient affiliés à trente deux (32) groupes bancaires. Cette population cumule 85,8% des actifs bancaires, 60,4% des guichets, 83,2% des GAB, 84,5% des comptes bancaires de la clientèle, 77,6% des employés et 92,2% du résultat net global provisoire. Le nombre de groupes bancaires en activité dans l’UMOA, détenant chacun au moins 2% des actifs du système bancaire, est ressorti à douze (12), comme en 2019. (Voir tableau). Constitués de soixante seize (76) unités, ces principaux groupes représentent 75,7% du total des bilans et 54,2% des guichets, contrôlent 76,8% des GAB, détiennent 78,0% des comptes bancaires de la clientèle et emploient 68,2% des agents du système bancaire. Ces entités cumulent 86,8% du résultat net global provisoire du système bancaire.

Vingt (20) autres groupes de moindre envergure, détenant moins de 2% des actifs chacun, font également partie du paysage bancaire. Il s’agit, par ordre d’importance, de BGFIBANK (3 établissements, avec 1,9% de part de marche) ; Bridge Bank Group (1 établissement ; 1,2%) ; Tamweel Africa Holding (2 établissements ; 1,1%) ; Libyan Foreign Bank (4 établissements ; 1%) ; Groupe BDK (2 établissements ; 0,9%) ; Citigroup (2 établissements ; 0,7%) ; Standard Chartered Bank (1 établissement ; 0,6%) ; Banque pour le Commerce et l’Industrie (2 établissements ; 0,5%) ; Standard Bank (1 établissement ; 0,3%) ; Afriland First Group (2 établissements ; 0,3%) ; SUNU (1 établissement ; 0,3%) ; Atlantic Financial Group (1 établissement ; 0,3%) ; Mansa Financial Group (1 établissement ; 0,3%) ; TLG Finance (4 établissements ; 0,2%) ; First Bank of Nigeria (1 établissement ; 0,2%) ; Guaranty Trust Bank (1 établissement ; 0,1%) ; Crédit Libanais (1 établissement ; 0,1%) ; African Guaranted Fund (1 établissement ; 0,1%) ; Orange Abidjan Participations (1 établissement ; 0,1%) ; African Lease Group (1 établissement ; 0%).

Ces vingt (20) groupes contrôlent trente trois (33) établissements de crédit de l’Union, totalisent 10,1% des actifs, 6,6% des implantations et 6,4% des GAB. Ils détiennent 6,6% des comptes bancaires de la clientèle et emploient 9,6% des effectifs. Leur contribution au résultat net global du système bancaire de l’Union se situe à 5,4% au 31 décembre 2020.

Les trente deux (32) groupes bancaires, en activité dans l’UMOA au 31 décembre 2020, proviennent de l’UMOA, du Maghreb, de l’Union européenne (UE), de la Zone monétaire de l’Afrique de l’ouest (ZMAO), de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (Cemac), de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) et du reste du monde (Rdm).Les groupes bancaires de l’Umoa, constitués des établissements dont les maisons mères sont installées dans l’UMOA, sont au nombre de onze (11) : Burkina (CBI), Côte d’Ivoire (Bridge Bank Group, Nsia Banque, Sunu, AFG, MFG), Mali (BDM), Sénégal (Banque de Dakar), Togo (ALG, Ecobank, Oragroup). Ces entités, qui totalisent 36,4% de part de marché, détiennent trente huit (38) unités dans l’Umoa, représentant 24,5% des agences et 33,8% des GAB. Elles emploient 27,2% des effectifs, concentrent 30,7% des comptes bancaires de la clientèle, 34,1% des dépôts et portent 33,1% des crédits à la clientèle. Elles réalisent 40,0% du résultat net global provisoire.

Avec une part des actifs de 28,0%, les sept (7) groupes bancaires du Maghreb (Libye (Bsic, Libyan Foreign Bank), Maroc (ABI, Attijariwafa bank, BOA), Mauritanie (BCI), Tunisie (TLG Finance) présents dans l’UMOA disposent de quarante deux (42) entités, représentent 28,1% du réseau d’agences, 28,6% des GAB et emploient 30,7% des effectifs. Ils détiennent 33,6% des comptes de la clientèle, 27,9% des dépôts et portent 29,4% des crédits octroyés.

A fin décembre 2020, ces institutions en provenance du Maghreb contribuent à hauteur de 28,3% à la formation du résultat net global provisoire réalisé par le secteur bancaire. L’activité de ces groupes est dominée par les entités marocaines, avec vingt cinq (25) établissements de crédit affiliés à trois (3) groupes qui figurent parmi les six (6) premiers. Ces institutions concentrent 23,7% de part de marché, 24,3% des dépôts, 25,1% des crédits octroyés à la clientèle et 29,2% du résultat net global provisoire. Elles représentent 22,8% des implantations, 23,3% des GAB, 30,8% des comptes bancaires et 24,7% des effectifs.

Les quatre (4) groupes bancaires européens (France (Bnp Paribas, Société Générale, OAP) ? Royaume Uni (Standard Chartered Bank) avec dix (10) filiales, représentent 13,1% des actifs, 6,8% du réseau d’agences, 14,3% des GAB, 13,8% des comptes de la clientèle et 13,4% des effectifs. Ils mobilisent 15,5% des dépôts et sont à l’origine de 15,7% des crédits accordés à la clientèle. Ces entités ont dégagé 14,9% du résultat net provisoire du secteur bancaire. Leurs activités sont dominées par les trois (3) groupes bancaires français qui totalisent 12,6% de part de marché, 14,9% des dépôts, 15,5% des crédits octroyés à la clientèle et 15,3% du résultat net global provisoire de l’Union. Ils représentent 6,8% des implantations, 14,0% des GAB, 13,7% des comptes bancaires et 13,1% des effectifs.

Avec une part de marché de 3,7%, les groupes bancaires de la Zmao, au nombre de trois (3), proviennent exclusivement du Nigeria (First Bank, GTBank, UBA). Leurs sept (7) unités bancaires en activité détiennent 2,1% du réseau d’agences, 3,4% des GAB, 5,0% des comptes bancaires et 3,8% des effectifs du personnel. Elles mobilisent 3,8% des dépôts et octroient 2,3% des crédits à la clientèle dans l’Union. L’apport au résultat net global du système bancaire est estimé à 5,4%.

Le groupe bancaire originaire de la Cemac (BGFIBank du Gabon), est composé de trois (3) entités bancaires qui détiennent 0,5% du réseau d’agences, 1,0% des GAB, 0,1% des comptes bancaires et 1,0% des effectifs du personnel, mobilisent 2,0% des dépôts et sont à l’origine de 2,2% des crédits à la clientèle. Leurs actifs représentent 2,0% du total des bilans de l’Union. Le résultat net global provisoire de ce groupe représente 1,8% de celui de l’Union.

Les deux (2) groupes bancaires de la SADC, notamment Afrique du Sud (Standard Bank), Ile Maurice (African Guaranted Fund, dont le siège opérationnel est au Kenya), avec deux (2) établissements de crédit, détiennent 0,1% du réseau d’agences et 0,1% des effectifs du personnel, mobilisent 0,3% des dépôts et sont à l’origine de 0,1% des crédits à la clientèle. Leurs actifs représentent 0,4% du total des bilans de l’Union. Le résultat net global provisoire de ces deux (2) groupes est ressorti déficitaire.

Les groupes bancaires du Reste du Monde (RDM) sont au nombre de quatre (4) : notamment Arabie Saoudite (Tamweel Africa Holding), Etats Unis d’Amérique (Citigroup), Liban (Crédit Libanais), Suisse (Afriland First Group). Avec 2,2% de parts de marché, ils détiennent sept (7) établissements, 1,8% du réseau d’agences, 2,1% des GAB, 1,3% des comptes bancaires et 2,0% des effectifs. Ces institutions représentent 2,3% des dépôts et 2,5% des crédits à la clientèle. Elles ont contribué à hauteur de 2,1% à la formation du résultat net global provisoire.

Amadou Bamba NIANG

Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebEconomie
Au regard des données publiées par la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA), au 31 décembre 2020, cent neuf (109) des cent quarante neuf (149) établissements en activité dans l’Union, soit 73,6%, étaient affiliés à trente deux (32) groupes bancaires. Cette population cumule 85,8% des actifs bancaires,...