Alors que notre pays s’apprête à vivre deux événements majeurs, à savoir les Journées minières et pétrolières (JMP), du 21 au 23 de ce mois ; et le premier Salon international de l’Artisanat du Mali (SIAMA), du 18 au 26 novembre, les ministres concernés étaient hier face à la presse, dans la salle de conférence du ministère du Commerce.

Abdel Karim Konate empe ministre Commerce porte parole gouvernement

C’était dans le cadre de la traditionnelle conférence de presse du Gouvernement, animée par son porte-parole, Abdel Karim KONATE.
A la suite de M. KONATE qui a présenté les projets de décret pris en Conseil des ministres, son homologue des Mines, Tiémoko SANGARE, a présenté la 7e édition des JMP dont le thème est : ‘’ l’exploitation des ressources minérales intégrée à l’économie nationale comme facteur de développement durable’’.
Selon M. SANGARE, ces journées seront l’occasion d’informer sur les ressources minérales ; favoriser la création de partenariats entre les opérateurs nationaux et leurs homologues étrangers.
Le ministre des Mines a fait savoir que ces JMP comporteront deux dimensions :
La première est relative à un ensemble de conférences-débats.
La seconde concernera l’animation des stands.
Le chef d département des Mines a annoncé que 17 pays ont déjà confirmé leur participation aux Journées minières et pétrolières, parmi lesquels les grands producteurs d’or que sont le Canada et l’Australie.
Selon le ministre SANGARE, ces journées sont surtout une occasion de valoriser le potentiel pétrolier de notre pays. Il argumente cela par le fait que les 4/5 de la superficie de notre territoire contiennent des bassins sédimentaires.
La cérémonie d’ouverture des JMP qui se dérouleront du 21 au 23 novembre, à l’hôtel de l’Amitié, sera placée sous la haute présidence du chef de l’État, Ibrahim Boubacar KEITA, a annoncé le ministre Tièmoko SANGARE.
Parlant de l’orpaillage, il a fait savoir qu’il s’agit d’une activité clé que son département se réserve le droit d’organiser. D’où l’instauration d’une carte d’accès aux sites d’orpaillage, ainsi que de registres de vente et d’achat de l’or.
Il justifie, par ailleurs, ces mesures par quatre défis : l’effet néfaste de l’activité sur l’environnement ; le besoin pour l’État d’avoir des retombées du point de vue de l’économie ; le besoin de préserver l’ordre social, avec les déperditions scolaires ; le défi sécuritaire, parce qu’on ne sait pas exactement ce que finance l’argent de l’or.

60 tonnes d’or fantôme aux Émirats arabes
A cela, il ajoute la prise en compte d’une certaine information selon laquelle 60 tonnes d’or auraient été vendues aux Emirats Arabes. Ce, alors que la production officielle nationale est de l’ordre de 50 tonnes et que les Emirats Arabes ne sont pas la destination de l’or malien.
S’il y a un motif de relative satisfaction pour le ministre, c’est que la mesure de fermeture des sites d’orpaillage (mines traditionnelles) a été observée à environ 85%.
Par rapport à la quantité d’or produite, le ministre reconnaît qu’elle n’est pas connue avec précision d’autant plus que son département ne dispose que des statistiques des mines industrielles qui sont actuellement au nombre de deux en production.
En ce qui est du contrôle de l’État sur la quantité d’or qui sort du pays, le ministre répond sans coup férir que cela est bien connu. Parce que, a-t-il argumenté, toutes les levées d’or se font en présence d’agents des Douanes, de la Direction nationale de la géologie et des mines et de la Gendarmerie nationale.
Selon le ministre SANGARE, l’ambition du Gouvernement est de faire la promotion des petites mines, parce que, souhaite-t-il, les Maliens doivent être des miniers.
Intervenant à son tour, Nina WALET INTALLOU, ministre de l’Artisanat et du tourisme, a annoncé le thème du Salon international de l’artisanat du Mali (SIAMA) prévu du 18 au 26 de ce mois, au Parc des expositions, avec comme invité d’honneur le royaume chérifien du Maroc. Il s’agit de : ‘’artisanat levier du développement durable et facteur de cohésion sociale’’. A ce salon, a fait savoir la ministre, participeront toutes les régions du Mali et les pays de la sous-région.
L’objectif, selon Mme Nina WALET INTALLOU, est d’offrir un cadre d’expression aux artisans ; exprimer une reconnaissance à l’endroit de ces artisans nationaux qui s’illustrent dans d’autres salons internationaux ; valoriser le travail des artisans et les faire mieux connaître.
Au menu des activités de cette première édition du SIAMA, la ministre annonce des ateliers ; des conférences ; des formations ; des expositions-ventes des meilleurs produits du Mali et d’ailleurs.
Ce sera également l’occasion de faire des démonstrations des techniques de production ; des défilés de mode qui mettront en compétition de jeunes stylistes en vue de valoriser le coton malien qui n’est localement consommé qu’à environ 2% et encourager la population à consommer malien.

Le PM à Mopti et Tombouctou
Le message de solidarité de la nation
Selon le ministre porte-parole du Gouvernement, Abdel Karim KONATE, la visite du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, dans les régions de Mopti et Tombouctou, a été faite sur instruction du Président de la République avec comme principal message : la solidarité de la nation tout entière aux populations éprouvées par l’insécurité. Le PM a mis à profit l’occasion pour crever l’abcès en invitant ses hôtes à signaler tout individu inconnu ou tout comportement suspect. Ce, d’autant plus, a-t-il martelé, les terroristes sont très souvent des gens connus de la population, qui ne devraient pas bénéficier de couverture.
Les préoccupations des populations étaient relatives à des difficultés de déplacement, et à la mauvaise pluviométrie qui nécessite une aide de l’État. Elles ont salué les FAMA dont le dévouement pour la sécurisation des personnes et de leurs biens est incontestable.
Les militaires de leur côté ont donné l’assurance que tant que les autorités auront le souci de les mettre dans les conditions, ils accompliront leur mission jusqu’au bout.
À propos de Soumpi, qu’est-ce qui s’est réellement passé ? M. KONATE a expliqué que la délégation du PM n’avait pas encore quitté Mopti quand elle a reçu un message faisant état de l’explosion d’un véhicule des FAMA qui venait sécuriser la zone où devait se poser l’hélicoptère transportant la délégation. C’est alors, qu’en toute responsabilité, le Premier ministre a décidé de surseoir à la visite, le temps de permettre aux autorités de prendre en charge les blessés.

Par Bertin DAKOUO

info-matin

MaliwebEconomieAbdoulaye Idrissa Maiga,ibrahim boubacar keita
Alors que notre pays s’apprête à vivre deux événements majeurs, à savoir les Journées minières et pétrolières (JMP), du 21 au 23 de ce mois ; et le premier Salon international de l’Artisanat du Mali (SIAMA), du 18 au 26 novembre, les ministres concernés étaient hier face à la...