A la date du 31 décembre 2019, l’Etat du Mali participe aux capitaux de 48 sociétés de la place dans lesquelles il détient des parts allant de 3,32% à 100%. Ces entreprises évoluent dans divers secteurs comme les mines où l’on relève la plus grande présence de l’Etat, l’agriculture et les banques.

 

Certes le secteur privé reste le moteur de la croissance, créateur d’emplois et de richesses, mais l’Etat, en dépit des programmes d’ajustement structurel, reste présent dans de nombreuses entreprises de la place. En effet, en fin d’exercice 2019, l’Etat malien est fortement représenté dans les secteurs de production. Ainsi, détient-il des capitaux à proportions variées dans 48 entreprises.

C’est dans le secteur de l’exploitation minière, notamment l’or, que l’on retrouve cette forte présence de l’Etat. A ce niveau, il participe aux capitaux de 12 sociétés d’exploitation d’or avec des parts moyennes de 20%, excepté à la Société des Mines d’Or de Sadiola (SEMOS SA), où il est à 18% de participation. Parmi les autres sociétés minières, il y a Gounkoto, SOMIKASa (Kalana) SOMILO-SA (Loulo), MORILA-SA (Morila), SOMICO-SA (Ségala), SOMISY SA (Syama), YATELA-SA (Yatéla), Faboula-Gold Sa, Miko-SA, FEKOLA-SA et SMKSA (Komana).

Toujours, dans l’industrie extractive, il contrôle 10% du capital de Diamond Cement-Mali intervenant dans la cimenterie. Contrairement au secteur aurifère, dans les banques, la part de l’Etat dans les capitaux sociaux évolue en dents de scie. Elle est de 3,32% au niveau de la BCS-SA, 10,5 % à la BIM-sa, 13, 87% à la BMSSA, 19, 58% à la BDM-SA et 36, 48% à la BNDA. Pour le Fonds de Garantie du Secteur Privé (FGSP), cette part s’élève à 20%.

L’Etat marque également sa forte présence dans le secteur agricole, au niveau duquel il dispose de 100% du capital social de l’Office du Niger, 100% de l’OPAM, 99, 49% de la CMDT, 40% de la COMATEX-SA, 40% du Complexe sucrier du Kala supérieur (Sukala)-sa, autant à N-Sukala-Sa, 12% de HUICOMA-SA, 20% de l’Abattoir frigorifique de Bamako.

Dans le secteur des transports, il a à son actif 100% du capital des Aéroports du Mali, 51% de l’Assistance Aéroportuaire du Mali (ASAM-SA).

Quant à l’immobilier, ce sont 59, 9% de l’AZI-SA, 50% de l’ACI-SA. Il détient également 39% de la SOTELMA-SA, 49% de Mali Tracteur-SA, 75% du PMU-Mali, 38,5 % de la SONATAM-SA, 20% de EmbalMali Sa.

Autres présences de l’Etat, ce sont 100% de la Pharmacie Populaire du Mali (PPM), de la Poste, des Ateliers Militaires Centraux (ACM), d’EDM-SA, de la COMANAV, de la SMTD, de la SOMAGEP, de la SOMAPEP, de la SOPAFER-Mali SA, de l’Agence d’aménagement des terres et fourniture de l’eau d’irrigation (ATI), de l’Agence de gestion du marché central à poisson de Bamako et l’Usine Malienne des Produits Pharmaceutiques (UMPP).

Il faut souligner que la participation de l’Etat à ces sociétés est assurée par le ministère de l’Economie et des finances à travers la Direction Générale de l’Administration des Biens de l’Etat.

Y. CAMARA

Source : l’Indépendant

MaliwebEconomie
A la date du 31 décembre 2019, l’Etat du Mali participe aux capitaux de 48 sociétés de la place dans lesquelles il détient des parts allant de 3,32% à 100%. Ces entreprises évoluent dans divers secteurs comme les mines où l’on relève la plus grande présence de l’Etat, l’agriculture...