Les Régions de Ségou et de Mopti regorgent de potentialités considérables, en matière de production halieutique. Ainsi, dans l’objectif d’appuyer les acteurs du sous-secteur de la pêche, le Projet d’appui à la filière halieutique (PAFHa) a été créé. Cela pour booster aussi les efforts accomplis dans ce sens.

Les travaux de la 2ème session du Comité de concertation et de suivi dudit projet se sont tenus, vendredi dans la salle de réunion de l’hôtel Indépendance à Ségou. Ont pris part à la réunion, le représentant du ministre de l’Elevage et de la Pêche, Dr Boureima Traoré, le directeur national de la Pêche, Madi Matténé Kéita, le représentant résident de l’Agence belge pour le développement (Enabel), Bart Uyttendaele et celui de la Délégation de Union européenne au Mali, Amaury Hoste. Y étaient également présent, le représentant du gouverneur de Ségou, Issaka Bathily et nombre d’acteurs du sous-secteur de la pêche.
Pour rappel, le Projet d’appui à la filière halieutique s’inscrit dans les objectifs du Programme de renforcement de la sécurité alimentaire (PRORESA).
Il est financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 8 millions d’euros, soit plus de 5,2 millards de Fcfa et mis en oeuvre par l’Agence belge de développement (Enabel). Le PAFHa intervient à Ségou et Mopti où les potentialités de production halieutique sont considérables et entend contribuer à la réduction de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et améliorer les revenus des acteurs par un appui au développement de la filière halieutique. La session avait à son ordre du jour, la validation du rapport de résultats de l’an1 du projet ainsi que la planification opérationnelle de l’an 2. A l’ouverture des travaux, Boureima Traoré a rappelé que les objectifs stratégiques du projet tiennent compte de certains axes prioritaires de la politique de développement de la pêche, à savoir l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions.
L’augmentation de la résilience des systèmes de production face au changement, l’intensification de la pisciculture sous toutes ses formes et la facilitation de l’accès au financement des professionnels du sous-secteur de la pêche restent aussi des priorités pour le PAFHA.
Il a aussi remercié l’UE, l’Agence belge pour le développement pour la mise en oeuvre du projet. Pour le représentant résident d’Enabel, le but de sa structure est d’appuyer les projets de développement, à travers le monde, dans l’optique d’éliminer la pauvreté. C’est dans cette dynamique que l’Agence accompagne le projet pour le développement du sous-secteur de la pêche.
Quant à Issaka Bathily, il a expliqué que le sous-secteur de la pêche contribue, à la fois, à la réduction du déficit nutritionnel et constitue un pôle de développement. Cependant, une des contraintes majeures de la filière halieutique, aujourd’hui, est le conditionnement du poisson frais une fois sorti de l’eau, déplore le représentant du gouverneur. Il a également indiqué que le défi des autorités est d’améliorer l’offre de poisson frais et transformé (fumé ou séché) sur nos marchés et surtout d’améliorer les revenus des acteurs du sous secteur.
En perspective, le projet initiera une action d’ampleur, en partenariat avec l’ONG Care international pour améliorer la durabilité de l’activité de pêche et financera également la réalisation d’espaces de vente, adaptés pour les mareyeuses.
Il convient de noter que le PAFHA accompagne la direction nationale de la Pêche et ses services déconcentrés dans les Régions de Ségou et Mopti. Il apporte aussi un précieux coup de main au Centre de formation professionnelle en aquaculture de Molodo et au programme halieutique de l’Institut d’économie rurale (IER) à Mopti.
La session a fait des recommandations fortes allant dans le sens de la valorisation et de la promotion de la filière halieutique.
Anne-Marie KEîTA

 

Source: Essor

MaliwebEconomie
Les Régions de Ségou et de Mopti regorgent de potentialités considérables, en matière de production halieutique. Ainsi, dans l’objectif d’appuyer les acteurs du sous-secteur de la pêche, le Projet d’appui à la filière halieutique (PAFHa) a été créé. Cela pour booster aussi les efforts accomplis dans ce sens. Les travaux...