La situation actuelle du portefeuille de l’institution financière africaine dans notre pays est jugée non satisfaisante

La Banque africaine de développement (Bad), les acteurs techniques nationaux (public, privé et société civile) et les partenaires techniques et financiers (PTF) ont fait, vendredi, le point d’exécution des projets et programmes financés par cette institution au Mali sur la période 2015-2019. L’ouverture de la rencontre était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Économie et des Finances, Bangaly N’Ko Traoré.
Cette revue technique intervient au moment où une mission d’élaboration du rapport d’achèvement du document de stratégie pays 2015-2019, de la revue de la performance du portefeuille 2019 et de préparation du nouveau document de stratégie pays 2020-2024, séjourne dans notre pays. Approuvé par les conseils d’administration du Groupe de la Bad le 4 novembre 2015, le document de stratégie pays 2015-2019 du Mali devait contribuer à la réalisation de l’objectif du gouvernement en matière de promotion d’une croissance forte, diversifiée et inclusive, a explicité la responsable-pays de la Bad au Mali, Mme Louise Djoussou-Lorng. Le document est aligné sur le Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2016-2018).

LES RESPONSABILITÉS. Cette revue de performance du portefeuille de la Bad permet de déterminer la capacité de notre pays à décaisser effectivement les ressources mises à sa disposition par le bailleur de fonds et cela dans un délai requis, a expliqué Bangaly N’Ko Traoré.
En la matière, le secrétaire général a jugé moins satisfaisante la situation actuelle du portefeuille de la Bad dans notre pays. Plus de 50% des projets du portefeuille sont dans la zone rouge, a-t-il déploré, ajoutant que les responsabilités vont être situées. Car, la persistance de l’insécurité dans les zones d’intervention de certains projets, avancée comme cause de cette contreperformance, ne justifie pas, selon lui, toutes les lenteurs observées dans l’exécution des projets. Les conclusions de cette session technique sont alors vivement attendues pour en savoir les vraies raisons. Aussi, permettront-elles de proposer un plan d’actions réaliste et les mesures d’accompagnement nécessaires visant l’amélioration significative de la performance du portefeuille dans les plus brefs délais. Cette session technique, en plus de présenter le portefeuille de la Bad au Mali entre 2015 et 2019, entend tirer les leçons de la gestion du portefeuille sur la même période. Le but étant de corriger les lacunes constatées et consolider les acquis en vue de l’élaboration du document de stratégie pays 2020-2024, a précisé Mme Louise Djoussou-Lorng.
Techniciens et experts réunis ont focalisé leur attention sur trois secteurs d’intervention au regard de leur poids. Il s’agit du transport routier (31% du volume global du portefeuille), de l’agriculture et du développement rural (27%) et de l’eau et l’assainissement rural (9%).
La responsable-pays de la Bad au Mali a précisé que cette session technique est destinée à préparer la session politique dont la tenue est prévue le jeudi prochain.

Babba B.
COULIBALY

Source: L’Essor- Mali

MaliwebEconomie
La situation actuelle du portefeuille de l’institution financière africaine dans notre pays est jugée non satisfaisante La Banque africaine de développement (Bad), les acteurs techniques nationaux (public, privé et société civile) et les partenaires techniques et financiers (PTF) ont fait, vendredi, le point d’exécution des projets et programmes financés par cette institution...