Le monde du rail risque d’évoluer autrement  en 2021. Sa structure mère  commence à envahir le terrain afin de se faire entendre. Une palette de contentieux sera donc à prévoir dans les semaines à venir !

A l’heure de la Transition, la Société de Patrimoine Ferroviaire du Mali (SOPAFER) devient (enfin) visible sur le terrain. Mise en place dans la plus grande discrétion depuis plus d’une année, beaucoup doutaient de la pertinence de cette entité. Seulement, il est loisible de voir en face du grand hôtel de Bamako, les attributs (plaques et référentiels) de la structure dédiée aux questions du rail.

D’autre part, la Direction de la SOPAFER a commencé à envahir le terrain. Plusieurs domaines liés au trafic ferroviaire sont de plus en plus estampillés par des plaques de la Société d’État. Il semble donc que la sensibilisation soit de mise, bien qu’il s’agisse d’un préavis.

Pourtant, l’essentiel des domaines revendiqués par la Société de Patrimoine Ferroviaire du Mali (SOPAFER) sont occupés. Dans la majorité des cas, la voie du rail fait office d’usage d’habitation.

On se souvient qu’en 2011, il y avait eu un couac du côté de Sotuba. La société du rail d’alors avait tenté une série de déguerpissements. Malheureusement, les attributaires des parcelles étaient des militaires et la chasse aux truands du rail est restée lettre morte. Alors qu’un régime militaire est aux commandes, est-il certain que la tutelle des transports obtienne gain de cause ?

Déjà, une polémique existe par rapport au dossier dit des « quatre (04) locomotives ». Longtemps annoncé puis ajourné pour cause de pandémie du COVID-19, l’envoi d’une délégation de spécialistes maliens aux États-Unis sera effectif. Le marché est attribué  pour le moment  à l’Entreprise américaine SATAREM pour un montant de 45.800.000.000 de FCFA qui  risque de voler en éclats.

Cette délégation comprenait sept (07) spécialistes du domaine que sont le Conseiller Technique du département des Transports, Docteur Salah Guindo; le Directeur général de la SOPAFER, Ibrahim Maïga; Diakaridia Sidibé, spécialiste ferroviaire à l’Unité Nationale de Coordination; Modibo Simpara, Inspecteur Dépôt aux Ateliers centraux de Korofina Boubacar Diarra, chef section Thermique; Mathurin Keïta, Chef section Air et Vide et Abdoulaye Diarra, Chef section Mécanique Générale. Ils avaient (…)

Par BAMOÏSA 

NOUVEL HORIZON

MaliwebEconomie
Le monde du rail risque d’évoluer autrement  en 2021. Sa structure mère  commence à envahir le terrain afin de se faire entendre. Une palette de contentieux sera donc à prévoir dans les semaines à venir ! A l’heure de la Transition, la Société de Patrimoine Ferroviaire du Mali (SOPAFER) devient...