Sur sept dossiers de  » traite des personnes « , enrôlés au cours de cette session ordinaire, la Cour d’assises a rendu son arrêt, mercredi 15 septembre sur l’affaire de  » trafic illicite de migrants et association de malfaiteurs  » vers les pays du Golfe impliquant dix accusés. A l’issue de dix heures de débats, Mohamed Ibrahim Moussa dit Dicko alias  »Abou Chadi » a pris 5 ans de prison, Dicko Issa Touré et Fatoumata Yattara ont été condamnés à 20 ans par contumace. Zoumana Sangaré, David Dembélé, Mourtada Seydou Sanogo ont écopé à trois ans et Ibrahim Konaté s’en sort avec un an d’emprisonnement avec sursis.

 

Les faits se sont déroulés en mai 2017. Après plusieurs mois de surveillance pour ses activités suspectes, les éléments de la Direction Générale de la Sécurité d’Etat (DGSE) interpellèrent Mohamed Ibrahim Moussa dit Dicko alias Abou Chadi alors qu’il tentait d’embarquer 11 personnes venant des pays différents (Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Guinée Conakry) sur un vol à destination de Koweït, à l’Aéroport International Président Modibo Keïta de Sénou.

Selon l’arrêt de renvoi, Mohamed Ibrahim Moussa dit Dicko alias  »Abou Chadi » était affilié à des réseaux de groupes criminels organisés opérant dans les états cités ci-haut. Le point départ des migrants était le Mali, à destination du Koweït, d’Arabe Saoudite et du Qatar. Ainsi, les fauteurs promettaient aux migrants la gratuité de leur voyage et la garantie d’un emploi décent et bien rémunéré dans les pays d’accueils.

C’est à la suite de leur interpellation par la DGSE que les victimes seront mises à la disposition de la Brigade d’Investigations Spécialisés du Pôle judiciaire Spécialisé pour le besoin d’enquête, qui permettra d’établir la participation de plusieurs autres personnes auxdites activités criminelles, dont Moussa Ibrahim Dicko alias Abou Chadi, qui était à la tête du réseau au Mali. Il s’agit des nommés Zoumana Sangaré, Mahamadou Kébé, Dicko Issa Touré, Fatoumata Yattara, Mourtada Seydou Sanogo, Néné Touré, Ibrahim Konaté, Djénéba Keita, David Dembélé.

En présence de deux parties civiles, victimes des faits, les accusés se rejetèrent les responsabilités de l’affaire. Mais, d’autres finiront par dire la vérité. Le principal auteur, Mohamed Ibrahim Moussa dit Dicko Abou Chadi, avoua avoir des contacts au Koweït, auxquels ils envoyaient des migrants destinés au travail. Le policier David Dembélé a, pour sa part, déclaré avoir confectionné un passeport pour une dame à la demande de M. Dicko.

Zoumana Sangaré avouera, en ce qui le concerne, qu’il travaillait à l’aéroport International de Bamako comme assistant aux personnes à mobilité réduite et a fini par offrir ses services à l’auteur principal. Idem pour Zoumana Sangaré et Mourtada Seydou Sanogo qui ont contribué également à faire des documents de voyage pour  les migrants pour le Koweit.

Quant à Oumou Touré, qui travaillait dans le cabinet de l’ancienne Première Dame, et la présidente des veuves de militaires, Djénébou Kéita, le principal auteur les a utilisées pour parvenir à ses fins de  » trafic illicite de migrants « .

Après les débats qui ont duré près de 10 heures, Djénébou Kéita et Oumou Touré ont été acquittées. Ainsi, Zoumana Sangaré, David Dembélé, Mourtada Seydou Sanogo ont été condamnés à 3 ans d’emprisonnement.

Alors qu’ils avaient bénéficié de l’ordonnance de mise en liberté au cours de l’affaire, le principal auteur, Mohamed Ibrahim Moussa dit Dicko alias  »Abou Chadi » a pris cinq ans de prison. Ce dernier était en prison depuis 2017, Mahamadou Kébé, Dicko Issa Touré et Fatoumata Yattara ont été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle par contumace.

O. BARRY

Source : l’Indépendant

MaliwebEditorialFaits diversJustice
Sur sept dossiers de  » traite des personnes « , enrôlés au cours de cette session ordinaire, la Cour d’assises a rendu son arrêt, mercredi 15 septembre sur l’affaire de  » trafic illicite de migrants et association de malfaiteurs  » vers les pays du Golfe impliquant dix accusés. A l’issue...