Entre Amadou Baïba Kouma et la Maison centrale d’Arrêt de Bamako, il n’y a que son retour sur le sol malien qui semble les séparer. Et pour cause l’interpellation récente et l’emprisonnement de l’ancien Directeur de cabinet du président de la République, Mahamadou Camara, ouvre la voie à l’arrestation et à la mise sous mandat de dépôt de tous les acteurs impliqués dans le scabreux scandale dit de l’«acquisition d’un aéronef et la fourniture aux Forces Armées Maliennes de matériels d’Habillement, de Couchage, de Campement et d’Alimentation (HCCA) ainsi que de véhicules et de pièces de rechange ».

A commencer justement par lui, Amadou Baïba Kouma qui est, à travers sa société GUO STAR, le bénéficiaire de ce marché de plus de plus de 87 milliards de FCFA, plus un avenant qui le porterait à 108 milliards. Si l’on y ajoute l’affaire de l’imitation de la signature du PDG de la CMDT, Baba Berthé, dans le scandale des ristournes détournées au détriment des paysans, alors, les jours d’ABK à l’air libre semblent comptés.

Pour les sportifs, il est le président de l’équipe de football, l’AS Bakaridian de Barouéli ; pour le commun des Maliens, il est un opérateur économique épanoui ; mais pour les connaisseurs des rouages de l’administration malienne, Amadou Baïba Kouma est un maître dans l’art des scandales financiers. Pour preuve, de 2013 à 2019, il se trouve impliqué dans plusieurs scandales dont le montant estimatif donne le tournis avec des pluies de milliards arrachés sur le dos du contribuable malien.

Deux exemples concrets : Amadou Baïba Kouma se trouve au centre de l’affaire du marché d’équipement des Forces armées pour plus de 87 milliards de FCFA et à la fin du scandale de l’imitation de la signature de l’actuel Président Directeur général de la CMDT qui porte sur plus de 9 milliards de FCFA.

S’il a échappé jusque-là à la prison, tout porte à croire que ce ne serait plus pour longtemps. Les indices sont là, solides et infaillibles.

Premier indice : dans l’affaire de la CMDT, son acolyte est en détention depuis septembre 2019 ; la roue est en train de tourner, et elle finira bien par atteindre tous les complices dont le plus en vue n’est autre que Kouma.

Deuxième indice : dans le scandale du marché de fourniture de matériels aux Forces armées et de Sécurité, un « accusé » a été déjà entendu et mis en prison en la personne de Mahamadou Camara, ancien Directeur de cabinet du président de la République. Es autres personnes dont les noms sont cités sont, entre autres, Soumeylou Boubeye Maïga, Moustapha Ben Barka, Sidi Mohamed Kagnassy et, bien sûr, Amadou Kouma. Si le cycle des interpellations a stoppé, c’est à cause de la pandémie à coronavirus.

Mais, ce qu’il faut savoir, c’est que Amadou Baïba Kouma et Sidi Mohamed Kagnassy sont les plus mouillés dans cette affaire ; en témoignage le Rapport du Vérificateur général assorti de contrats et signatures dont nous publions des passages en fac-similé.

Les contrats de tous les scandales !
En octobre 2014, le Vérificateur général de l’époque, Amadou Ousmane Touré, a initié la vérification de la conformité et de la performance de l’acquisition d’un aéronef et la fourniture aux Forces Armées Maliennes de matériels d’Habillement, de Couchage, de Campement et d’Alimentation (HCCA) ainsi que de véhicules et de pièces de rechange. Elle fait suite à une saisine du Vérificateur Général par le Gouvernement en date du 10 juin 2014.
En effet, le rapport dévoile que le Gouvernement du Mali a effectué en 2014 des acquisitions d’un montant de total de 87,77 milliards de FCFA dont 18,59 milliards de FCFA pour l’acquisition d’un aéronef destiné au Président de la République et 69,18 milliards pour des équipements et matériels destinés aux Forces armées.

Un autre passage du rapport précise clairement en ce qui concerne notre héros : « l’équipe de vérification a constaté la présence de deux protocoles d’accord tenant lieu de contrats, signés le 11 novembre 2013, soit à la même date, d’une part, par Sidi Mohamed KAGNASSY et d’autre part, par Amadou KOUMA pour le compte de la société « GUO STAR », titulaire du protocole. Le premier, habilité par la Présidence de la République du Mali, à travers le mandat n°0001/D.CAB-PR du 5 novembre 2013, pour « traiter avec tout fournisseur ou intermédiaire que ce soit, des affaires d’équipement des forces de défense et de sécurité maliennes», n’a aucun lien avec ladite société, comme établi par ses statuts. »

Les fac-similés que nous publions plus bas montrent clairement à quel point Amadou Baïba Kouma, Directeur général de la société GUO STAR, est impliqué jusqu’au cou. Et que, dès qu’il foule le sol malien (il serait hors du pays), sa destination pourrait être la prison centrale de Bamako Coura, parce que, dans le groupe, il semble être le maillon faible sans oublier qu’il est le plus trempé.
La rédaction

Source : Infos soir

MaliwebCorruptionEditorialSociété
Entre Amadou Baïba Kouma et la Maison centrale d’Arrêt de Bamako, il n’y a que son retour sur le sol malien qui semble les séparer. Et pour cause l’interpellation récente et l’emprisonnement de l’ancien Directeur de cabinet du président de la République, Mahamadou Camara, ouvre la voie à l’arrestation...