Dès leur première heure de prise du pouvoir par la force, Assimi Goïta et acolytes avaient commencé les dissimulations et les tractations dans les procédures, pour se créer un gouvernement de transition partagé entre les militaires et les groupes armés.

Les Maliens se sont tellement habitués à vivre d’illusions et dans l’illusion qu’ils s’attaquent à toute idée contraire à la leur. Ceux qui sont malintentionnés sont ceux qui cachent leur feuille de route en maintenant le peuple qui a été écarté dans des va-et-vient. Même IBK n’avait pas atteint ce niveau de bricolage répétitif et forcé. Le pays sombre, et l’avis des Maliens ne compte pas.

C’est lorsque tout le monde sera affaibli totalement que beaucoup vont chanter leur regret. À ce moment, même la communauté internationale nous dira que c’est nous qui avons accepté, comme nous avons accepté officiellement la présence des forces étrangères qui sont positionnées déjà tranquillement et assistent aux massacres des maliens.

La dissolution forcée du M5RFP est dans le même cadre. Certains demandent à Mahmoud Dicko de parler dans un jeu auquel il est un acteur principal. On peut toujours continuer à faire semblant de ne pas comprendre.

Touré Abdoul Karim

 

Source: ledemocratre Mali

MaliwebEditorialPolitique
Dès leur première heure de prise du pouvoir par la force, Assimi Goïta et acolytes avaient commencé les dissimulations et les tractations dans les procédures, pour se créer un gouvernement de transition partagé entre les militaires et les groupes armés. Les Maliens se sont tellement habitués à vivre d’illusions et...