Conduite par le ministre des Affaire Étrangères et de la Coopération Internationale Abdoulaye Diop, une délégation envoyée par le président Assimi Goïta est arrivée, le lundi 17 janvier, à Conakry par vol. Objectif : remercier les autorités de la Guinée Conakry qui ont, par solidarité aux Maliens, refusé d’appliquer les sanctions « illégales et illégitimes » de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Une délégation malienne, composée de 17 membres, est arrivée en Guinée Conakry hier, lundi 17 janvier 2022.  Après atterrissage sur le tarmac de l’aéroport international Ahmed Sékou Touré de Conakry, la délégation malienne s’est rendue au palais Mohamed V qui est dorénavant le palais présidentiel de la République depuis la prise du pouvoir par le CNRD (la Junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé). C’est là-bas que la délégation conduite par Abdoulaye Diop a rencontré le Colonel Mamadou Doumbouya, relate africaguinee.com.

Selon des informations relayées, l’objectif de la visite était de remercier les autorités guinéennes pour leur solidarité pour avoir refusé d’appliquer les sanctions économiques et financières prises par les Chefs d’État de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union Économique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA).

En plus de transmettre les remerciements du président de la transition malien Assimi Goïta, la délégation malienne devrait aussi discuter avec les autorités guinéennes sur le renforcement de la coopération entre les deux pays.

En marge de l’arrivée de la délégation ministérielle malienne ce lundi 17 janvier 2022 en Guinée, des journalistes de la presse privée ont été sommés de quitter l’aéroport Conakry, par les autorités du Conseil national du Rassemblement pour la Démocratie (CNRD) présentes sur les lieux sans aucun motif. Rapporte africaguinee.com. Le site guinéen ajoute que seules les télés nationales ont été autorisées à couvrir les évènements.

Notons que pour une affaire de chronogramme d’une durée de 4ans proposé par la junte militaire malien, les Chefs d’États de la CEDEAO ont mis le Mali sous embargo. Pour cela, Les autorités de la transition malienne ont décidé de répliquer à la décision prise par les chefs d’État de l’instance sous régionale. Le gouvernent malien, à travers son porte-parole, a dans une déclaration lue à la télévision nationale a qualifié ces sanctions « illégales » et « illégitime ».

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Source: LE PAYS

MaliwebEditorialMalijetPolitique
Conduite par le ministre des Affaire Étrangères et de la Coopération Internationale Abdoulaye Diop, une délégation envoyée par le président Assimi Goïta est arrivée, le lundi 17 janvier, à Conakry par vol. Objectif : remercier les autorités de la Guinée Conakry qui ont, par solidarité aux Maliens, refusé d’appliquer les...