Les présidents des six communes de Bamako et plusieurs régions de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko ont annoncé, au cours d’un point de presse tenu hier, la destitution d’Issa Kaou N’Djim de son poste de coordonnateur général. Mais ce dernier est loin d’être ébranlé par ce coup de force puisqu’il bénéficierait du soutien de la majorité de son comité exécutif et surtout de son parrain et beau-père qui a pris soin de prendre ses distances avec les « rénovateurs  » de la Cmas.

 

Après avoir subi un cinglant revers suite à la démolition de sa maison dans la zone aéroportuaire et malgré ses affinités avec les militaires de la Transition,  Issa Kaou N’djim vient d’être désavoué par plusieurs présidents de la Cmas. Ils ont décidé qu’il ne parlera plus en leur nom. « Après avoir constaté avec amertume les agissements incongrus, les maladresses, les négligences et les désintérêts à ciel ouvert vis-à-vis de l’imam Mahmoud Dicko, nous avons décidé que le coordinateur général de la Cmas, Issa Kaou N’Djim, ne parle plus au nom de la Cmas”, ont-ils déclaré.

Les raisons de cette décision sont multiples. En effet, les présidents locaux signataires de cette déclaration reprochent au coordinateur d’avoir violé le préambule du statut et règlement intérieur du mouvement en militant au sein d’une nouvelle plateforme, de sceller des alliances malencontreuses, incompréhensives et revanchardes pour atteindre ses propres objectifs. Les mots tenus contre celui qui faisait la pluie et le beau temps dans le camp de l’imam Dicko de Badalabougou sont durs.

« Son incapacité et son irresponsabilité » à faire face aux démissions en cascade, son manque de courtoisie vis-à-vis de ses camarades, sa prétention à s’ériger en maître absolu de leur mouvement et son indifférence avérée face au déclin inexorable de la Cmas, ses déclarations improvisées et incessantes sont autant de griefs qu’ils ont soulevés.  Lesquels, selon leur déclaration, sont de nature à scandaliser et à discréditer la Cmas et son parrain devant l’opinion nationale et internationale.  « Je n’arrivais plus à lever la tête parmi mes semblables à cause de l’image que le coordonnateur général a infligé à notre mouvement », lâchera le président d’une coordination.

Plusieurs déclarations isolées des membres de la Cmas ne sont pas tendres avec le bouillant Issa Kaou N’Djim qui a été l’un des acteurs importants de la contestation contre le régime d’IBK.  Elles lui reprochent toujours la gestion clanique de la Cmas, l’absence de restitutions des décisions prises entre la base et le sommet. « On ignore comment il a été nommé membre du CNT et sa décision de chasser le M5-RFP du siège de la Cmas a été faite sans consultation des membres encore moins le parrain Imam Dicko », a déploré Aboubacar Camara, ajoutant que son « imprudence dans les déclarations » a jeté du discrédit sur la Cmas et l’imam Mahmoud Dicko. Certains ont même fait leur mea culpa en exprimant leur désir de travailler avec le M5-RFP pour instaurer de la bonne gouvernance.

Joignant l’acte à la parole, la délégation des signataires de la déclaration s’est, au terme de cette rencontre avec la presse, rendue au domicile de l’imam Mahmoud Dicko pour lui remettre un mémorandum dans lequel ils lui demandent de ne plus reconnaître Issa Kaou N’Djim comme le coordonnateur général de la Cmas.  Une assemblée générale est convoquée ce vendredi au siège de la Cmas à Bamako par rapport à la destitution d’Issa Kaou N’Djim de son poste de coordonnateur général de la Cmas. Le lieu où ce dernier avait chassé le comité stratégique du M5-RFP après avoir rallié les militaires du CNSP. Aux dernières nouvelles,  le départ de Kaou Ndjim est très loin d’être acté. On nous dit que son mentor et beau-père se serait désolidarisé de la décision prise puisqu’il n’a pas été informé au préalable.  Et Issa Kaou, hier d’une conférence de presse à son domicile  à Lafiabougou, a revendiqué le soutien du comité exécutif de la Cmas et de l’imam avec qui il « est en phase » jusqu’à ce que celui-ci le désavoue publiquement.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebEditorialSociété
Les présidents des six communes de Bamako et plusieurs régions de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko ont annoncé, au cours d’un point de presse tenu hier, la destitution d’Issa Kaou N’Djim de son poste de coordonnateur général. Mais ce dernier est loin d’être...