Depuis la mise en place du gouvernement de transition, nous assistons à des nominations en cascade des forces de défense et de sécurité.  Le Conseil des ministres de ce mercredi est la preuve que les forces de défense et de sécurité ne veulent plus rester dans les casernes pour mieux assurer leur mission régalienne de défendre les personnes et de leurs biens. Ils sont de plus en plus attirés par les postes administratifs. Comme si elles voulaient restaurer un pouvoir militaire en place.

 

De plus en plus, les militaires qui ont renversé le régime d’IBK en août dernier, laissent apparaître leur volonté de tout contrôler, et non d’assurer une bonne transition dont les objectifs sont de restaurer la sécurité, d’organiser les élections, … Cette volonté de militariser la transition démontrée par les nominations à chaque conseil des ministres des officiers et sous-officiers dans les différents départements ministériels, mais aussi au poste d’administrateurs civils ( gouverneur et préfet). Le Conseil des ministres de mercredi 25 novembre 2020 a vu la nomination de plus de vingt (20) éléments de forces de défense et de sécurité. Il s’agit de 3 généraux, 21 parmi les lieutenant-colonel, colonels, colonel-majors, 1 commissaire divisionnaire et 1 commandant de police.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebEditorialSociété
Depuis la mise en place du gouvernement de transition, nous assistons à des nominations en cascade des forces de défense et de sécurité.  Le Conseil des ministres de ce mercredi est la preuve que les forces de défense et de sécurité ne veulent plus rester dans les casernes pour...