Ces derniers temps, l’anarchie dans les marchés est devenue monnaie courante. A Bamako et dans les capitales régionales, plusieurs causes sont évoquées pour expliquer les incendies. En cause la responsabilité des élus communaux tout d’abord.

GRAND MARCHE GAO

Le marché de Kayes en fumée au mois de mars

La responsabilité des maires dans la survenance des incendies dans les marchés s’explique par un certain nombre de raisons. Primo, il relève d’eux la bonne organisation des marchés.
Comme on peut le constater, ces dernières procèdent très souvent à une rénovation des marchés pour les rendre plus modernes. Dans cette dynamique, elles démolissent le vieux marché en promettant aux occupants de nouvelles places. Malheureusement, dans la plupart des cas les places sont attribuées à de nouveaux occupants. Ce qui crée des frustrations obligeant les anciens qui vont s’y installer anarchiquement.
Secundo, ce sont les agents des mairies qui collectent les taxes. Ce qui suppose qu’ils sont censés connaître les vrais problèmes des marchés et peuvent y remédier en amont. Les branchements anarchiques sont souvent évoqués comme cause. Tout ceci explique le manque de vigilance et de responsabilité des mairies.
Le cas de Kayes en est une illustration. Ici, la mairie, après avoir loti l’équipement marchand, lui a tourné le dos le laissant dans un désordre indescriptible provoqué par des occupants illégaux. A quoi servent les taxes collectées dans les marchés par les mairies ?
Ben Dao