Pour avoir appelé dans un tweet à « mettre fin » au régime du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, suite à l’attaque du camp de Boulkessy, l’ex général Moussa Sinko Coulibaly a été interpellé, jeudi, au camp 1 de Bamako.

Suite à l’attaque terroriste qui a visé les camps de Boulkessy et le poste de contrôle de Mondoro (région de Mopti) dans la nuit du 29 au 30 Septembre 2019 et qui a fait officiellement 38 soldats maliens tués, l’ex général, Moussa Sinko Coulibaly avait tweeté : « Ma consternation est grande. La nation est meurtrie par l’incompétence du régime d’une médiocrité à nulle autre pareille. Il est temps de trouver les moyens pour mettre fin à cette gouvernance scabreuse ».

Dans un second tweet, il demandait de « mettre fin à ce régime incompétent pour abréger la souffrance du peuple ». Des tweets massivement repris par les internautes. Ce qui lui vaut aujourd’hui de répondre à l’interpellation de la gendarmerie du camp I de Bamako.

Ces propos d’un ancien membre de la junte qui a fait le coup d’État en 2012 ont fait réagir le chef de l’État dans son adresse de présentation de condoléances aux familles des victimes le 06 Octobre. « Aucun putsch ne prévaudra au Mali, qu’on se le dise. Et je crois que cela n’est pas du tout à l’ordre du jour et nous ne saurons nous inquiéter. Mais je tiens à dire combien cela est absolument ignominieux dans les temps où nous sommes », avait dit le chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta.

Sorti de l’école militaire de Saint-Cyr, Moussa Sinko a été le chef de cabinet d’Amadou Haya Sanogo, l’auteur du coup d’État de 2012. Il a été ensuite nommé ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire de 2012 à 2014. Il a ensuite occupé la tête de l’École de Maintien de la Paix (EMP). A la veille de l’élection présidentielle de 2018, il avait démissionné de son poste puis de l’armée pour se présenter en tant que candidat indépendant. A cette élection, il est arrivé 15ème sur 24 candidats avec un score de 0,9% des voix.

MDS/te/APA

MaliwebEditorialJusticePolitique
Pour avoir appelé dans un tweet à « mettre fin » au régime du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, suite à l’attaque du camp de Boulkessy, l’ex général Moussa Sinko Coulibaly a été interpellé, jeudi, au camp 1 de Bamako. Suite à l’attaque terroriste qui a visé les...