Très remontés face à l’odeur des déchets  et des eaux polluées stationnées à la devanture  de leurs maisons, les riverains  de la rue menant au dépotoir des déchets  de Lafiabougou  ont  bloqué la route mercredi soir,  pour manifester leur mécontentement contre les autorités de la commune. Pour eux pas question de négocier sans l’évacuation immédiate des eaux ainsi que les déchets. 

Sur les lieux notre équipe de reportage a constaté une  route à moitié coupée par l’eau stagnante et les déchets ainsi qu’une odeur répugnante rependue dans l’ère. L’eau stagne devant les maisons avec les ordures. Il est devenu difficile, voir impossible pour ces habitants de sortir de leur maison sans mettre les pieds dans les eaux décomposées, infectées par les ordures de tout genre.

Accompagné par les jeunes, les riverains ont coupé tous  les accès menant à cette route.

Informés de la situation, les éléments  du 14ème arrondissement se sont  dépêchés  sur les lieux pour tenter  de convaincre  les manifestants à  lever les barrières. C’était sans succès,  une sourdine totale à l’égard de cette proposition des policiers.  Ces derniers étaient obligés de retourner à leur poste. Au moment ou nous quittions les lieux, les manifestants accompagnés par les vieilles personnes ont juré de bloquer la route tant que leurs doléances ne seront pas satisfaites qui sont entre autres : l’évacuation immédiate des eaux stagnantes, et la fermeture totale  du dépôt des ordures de Lafiabougou (Kilimandjaro).

A en croire un manifestant, la mairie de la commune IV nous a clairement fait savoir de son incompétence face à cette situation. Donc nous avons décidé de prendre notre initiative et nous allons continuer jusqu’au bout.

Ibrahima Ndiaye

Source: Mali Tribune

MaliwebEnvironnementInsolite
Très remontés face à l’odeur des déchets  et des eaux polluées stationnées à la devanture  de leurs maisons, les riverains  de la rue menant au dépotoir des déchets  de Lafiabougou  ont  bloqué la route mercredi soir,  pour manifester leur mécontentement contre les autorités de la commune. Pour eux pas...