Le Far West continue à Bamako. Les Bamakois doivent désormais intégrer le braquage dans leur quotidien. En effet, ces derniers temps, il ne se passe de semaine où on ne signale un cas de braquage dans la capitale, une ville pourtant fortement militarisée. Les opérateurs économiques, les commerçants, bref les populations vivent dans la peur permanente, puisque les autorités sécuritaires semblent être dépassées par le phénomène.

Pour preuve, le samedi 27 mars 2021, aux environs de 14heures, l’entreprise Sangaré, située au quartier Hamdallaye ACI 2000 de Bamako, qui fait des transactions monétaires, a été attaquée par les bandits armés. Même s’il n’y a pas eu de perte en vie humaine, les malfrats ont pu vider la caisse. « Ils étaient au nombre de trois sur deux motos. Ils portaient des casques. En s’échappant, les bandits armés ont fait des tirs à balle réelle. Heureusement que personne n’a été touchée. Mais ces tirs à balle réelle ont provoqué des accidents sur la route non loin du dépôt d’ordure de Lafiabougou contigüe au cimetière de Lafiabougou», précise un témoin. Avant d’ajouter que ce n’est pas la première fois que cette entreprise fait l’objet d’attaque. Selon lui, il y a environ  5 mois de cela que le gardien de cette entreprise a reçu une balle au pied. Quelques minutes après le forfait des bandits armés, un responsable de l’entreprise, sous le choc, nous informe que les bandits armés ont emporté à peu-près la somme de 5 millions de FCFA.

L’insécurité dans la capitale malienne (Bamako) a atteint une proportion très inquiétante qui mérite l’attention des autorités maliennes. Il est quasiment difficile de passer 24 heures ou 48 heures sans voir ou entendre un cas de banditisme. A l’allure où vont les choses, les autorités maliennes doivent à tout prix mettre un terme à ces cas de banditisme non seulement à Bamako, mais partout au Mali pour la sécurité des personnes et de leurs biens.

A.S

  Source: Le Républicain- Mali

 

 

MaliwebFaits diversFaits divers maliensInsoliteInsolite mali
Le Far West continue à Bamako. Les Bamakois doivent désormais intégrer le braquage dans leur quotidien. En effet, ces derniers temps, il ne se passe de semaine où on ne signale un cas de braquage dans la capitale, une ville pourtant fortement militarisée. Les opérateurs économiques, les commerçants, bref...