En vue de renforcer la réglementation sur la consommation des stupéfiants dans sa circonscription, le conseil communal de la Commune IV du district de Bamako a décidé, le mercredi 3 juillet d’interdire la consommation du narguilé (chicha), du Tramadol et d’autres produits assimilés frauduleux sur le territoire de sa commune. Une décision salué par la Cour Constitutionnelle et crédibilise la décision du maire.

Cette décision de la mairie de la Commune IV faisait suite à une lettre du conseil communal de la jeunesse sur les méfaits du tabac et du tabagisme passif surtout la consommation du narguilé communément appelé chicha à laquelle les jeunes filles et garçons s’adonnent à cœur joie. La décision de la mairie de la Commune IV, strictement appliquée, permettra, nul doute, de réduire la consommation des stupéfiants.

Le narguilé (chicha) traditionnellement utilisé dans certains pays d’Orient (arabes) sous forme de pipe composée d’un flacon rempli d’eau parfumée que la fumée traverse avant d’arriver à la bouche, est devenu aujourd’hui, l’un des modes de consommation les plus répandus des stupéfiants à Bamako. On trouve partout à travers la ville des clubs.

Il a été constaté qu’à la place de l’eau aromatisée, les jeunes mettent des produits dopants qui sont jugés cancérigènes. En plus du narguilé, la décision du conseil communal de la Commune IV interdit également la consommation du Tramadol, un produit dopant qui, actuellement, fait des ravages au sein de la jeunesse.

Au vu de tous ces constats, la Cour Constitutionnelle, qui avait accusé une lettre de la mairie de la commune IV sur le sujet, vient de répondre en lui adressant une lettre de félicitation. “Au nom des membres de la Cour Constitutionnelle et au mien propre, je vous félicite et adresse mes encouragements pour l’initiative prise dont l’objectif est de contribuer à la lutte contre la délinquance juvénile”, indique le président de la Cour Constitutionnelle, Manassa Danioko. Pour la présidente de la Cour Constitutionnelle, ces produits dangereux nuisent gravement à la santé humaine et à la dégradation de l’environnement dont nous avons l’obligation de préserver, conformément aux articles 15 et 17 de la Constitution de la République du Mali.

La Cour Constitutionnelle par la voix de sa présidente encourage l‘extension de ces mesures d’interdiction courageuses à toute l’étendue du territoire national. Un appel qui revient au ministre de la Sécurité intérieure.…Lire la suite sur Aumali

O.D.

Source: L’indicateur du Renouveau

MaliwebInsoliteSociété
En vue de renforcer la réglementation sur la consommation des stupéfiants dans sa circonscription, le conseil communal de la Commune IV du district de Bamako a décidé, le mercredi 3 juillet d’interdire la consommation du narguilé (chicha), du Tramadol et d’autres produits assimilés frauduleux sur le territoire de sa...