L’interdiction de la consommation du narguilé (chicha), du tramadol et produits assimilés, annoncée par le maire de la Commune IV, vient de prendre d’autres tournures. Suite au communiqué du maire bannissant la consommation de ces produits par la population de sa sphère territoriale, la Cour constitutionnelle a adressé une correspondance en date du 8 juillet 2019.

Dans laquelle, elle encourage les autorités initiatrices de cet acte. En outre, la cour a décidé de soutenir le maire et ses conseillers dans cette lutte. « Au nom des membres de la cour, nous encourageons et félicitons cette initiative, dont l’objectif est de contribuer à la lutte contre la délinquance juvénile », lit-on dans cette correspondance qui précise : « Ces produits, dangereux, nuisent gravement à la santé humaine. Ils dégradent l’environnement dont nous avons l’obligation de préserver, conformément aux articles 15 et 17 de la constitution malienne ».Sur la base de l’article 24 de cette constitution qui stipule que tout citoyen, voire toute personne habitant le territoire malien a le devoir de respecter en toute circonstance cette loi fondamentale, la cour s’est dite fière de l’initiative avant d’ajouter qu’elle soutient,  en tant que garant des droits et libertés des personnes les autorités communales,  dans ce combat.

Source: Le Pays

MaliwebInsoliteSociété
L’interdiction de la consommation du narguilé (chicha), du tramadol et produits assimilés, annoncée par le maire de la Commune IV, vient de prendre d’autres tournures. Suite au communiqué du maire bannissant la consommation de ces produits par la population de sa sphère territoriale, la Cour constitutionnelle a adressé une...