Le Royaume d’Arabie Saoudite pratique une xénophobie pire que les pays occidentaux dans la gestion des étrangers vivant sur cette terre d’islam, une religion de tolérance et d’entraide. Foulant aux pieds les valeurs islamiques, le pays du roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud mène actuellement une chasse aux sorcières contre les ressortissants étrangers dont de nombreux Maliens.

 

massoud-bin-ali-alarabi-alhari-ambassadeur-consul-diplomate-arabie-saoudite-lettre-creance-president-malien-ibk-ibrahim-boubacar-keita

Le royaume d’Arabie Saoudite est sans doute un champion en matière de traitements inhumains et dégradants infligés aux étrangers vivant sur le sol saoudien. La vaste campagne d’expulsion en cours visant les étrangers déclarés en situation irrégulière, positionne l’Arabie Saoudite parmi les nations sur lesquelles les défenseurs des droits de l’homme, notamment des droits des migrants, peuvent coller l’étiquette de pays xénophobe. Le Mali entretient d’excellentes relations avec ce pays frère et ami. Et de nombreux ressortissants maliens vivent sur le sol saoudien.

ibrahim boubacar keita ibk mali majeste roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud arabie saoudite

De façon régulière, le royaume de Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud expulse des ressortissants maliens parmi lesquels des personnes vulnérables. Du 1er janvier au 10 octobre 2016, l’Arabie Saoudite a expulsé 56 maliens dont 35 femmes.

Selon une responsable de l’Association Malienne des Expulsés (AME), les femmes expulsées d’Arabie Saoudite sont les plus nombreuses. Pis, les services saoudiens n’hésitent pas à mettre dans l’avion des mineurs ou des femmes allaitantes sans leurs bébés. Paradoxalement, certaines filles nées et ayant grandi en Arabie Saoudite sont expulsées alors que leurs parents y vivent toujours.

Récemment, l’Association malienne des expulsés, présidée par Ousmane Diarra, a accueilli un garçon âgé de moins de 5 ans, renvoyé manu militari de cette monarchie arabe. Un cadre du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur nous racontait le cas pathétique de cette dame qui fut expulsée sans son bébé de quelques semaines. Peu après son arrivée, elle a accueilli son nouveau-né dans une atmosphère émouvante à l’aéroport international de Bamako-Senou.

De telles pratiques sont interdites dans des pays occidentaux, à plus forte raison dans un pays de référence islamique abritant deux mosquées saintes.

Des témoignages concordants, les femmes qui migrent vers ce pays abritant des symboles forts de l’islam, subissent une exploitation égale à l’esclavage. Les conditions de travail et de vie des femmes de ménage, dont certaines sont réduites en esclaves sexuelles, sont exécrables. Et cela dans un silence et une impunité totale. Comme si les mallettes de dollars distribués à tour de bras par le Royaume d’Arabie Saoudite à travers ses représentations diplomatiques, notamment celle du Mali dirigée par Son Excellence Massaoud Al Arabie Al Ali, servent à clouer le bec à toutes les voix susceptibles de dénoncer de telles pratiques indignes d’un pays islamique.

Affaire à suivre !

Chiaka Doumbia

Challenger 

MaliwebCoopérationDiaspora & ImmigrationInternational
Le Royaume d’Arabie Saoudite pratique une xénophobie pire que les pays occidentaux dans la gestion des étrangers vivant sur cette terre d’islam, une religion de tolérance et d’entraide. Foulant aux pieds les valeurs islamiques, le pays du roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud mène actuellement une chasse aux sorcières...