La reconnaissance de la légalité des implantations par Washington les Etats-Unis s’inscrit dans la continuité de la diplomatie de l’administration au Proche-Orient.

 

Sur certains dossiers de politique étrangère, l’administration souvent brouillonne de Donald Trump procède avec méthode. Le conflit israélo-palestinien en fait partie. Lundi 18 novembre, le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, a porté un nouveau coup à la position défendue des années durant par les Etats-Unis en assurant que « l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international ». Une déclaration aux allures de provocation pour la partie palestinienne.

Mike Pompeo s’est réfugié derrière l’ancien président Ronald Reagan qui avait estimé au cours d’une rencontre avec des journalistes peu de temps après son arrivée à la Maison Blanche, le 2 février 1981, que ces colonies « n’étaient pas illégales ». Ronald Reagan avait alors pris le contre-pied de la précédente administration démocrate de Jimmy Carter dont le conseiller juridique, Herbert Hansell, avait considéré que ce transfert de population dans un territoire occupé constituait une violation de la quatrième convention de Genève.

Le secrétaire d’Etat s’est gardé lundi de rappeler ce qu’avait ajouté à l’époque le président républicain, à savoir que la poursuite de la colonisation des territoires palestiniens occupés à partir de la guerre de 1967 était « peu judicieuse » et « inutilement provocatrice ». Ronald Reagan avait même appelé à un gel. De fait, la position des administrations américaines successives, démocrates comme républicaines, a toujours été de considérer la colonisation comme un « obstacle à la paix ».

Cette réserve n’a pas enrayé la croissance exponentielle d’une population passée en Cisjordanie, à l’exclusion de Jérusalem-Est, de 16 200 personnes lors de la déclaration de Ronald Reagan, à 427 800 en 2018, selon l’organisation israélienne Peace Now. Cette croissance a rendu de plus en plus difficile la création d’un Etat palestinien à côté d’Israël.

Source : Le Monde

MaliwebInternational
La reconnaissance de la légalité des implantations par Washington les Etats-Unis s’inscrit dans la continuité de la diplomatie de l’administration au Proche-Orient.   Sur certains dossiers de politique étrangère, l’administration souvent brouillonne de Donald Trump procède avec méthode. Le conflit israélo-palestinien en fait partie. Lundi 18 novembre, le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo,...