La tâche s’annonce ardue pour les Etats-Unis qui souhaitent devenir le premier partenaire économique et commercial de l’Afrique, place aujourd’hui occupée par la Chine. Un pays comme le Cameroun illustre bien le retard que Washington doit combler.

Aujourd’hui, la Chine est à la fois premier client et fournisseur de ce pays pivot du golfe de Guinée, déclaré « zone d’intérêt vital » par les Etats-Unis. Selon l’Institut national de la statistique (INS), en 2018, le pays le plus peuplé du monde a acheté des biens et services pour plus de 469 milliards FCFA au Cameroun. Il en a vendu pour plus de 628 milliards. Pékin contrôle donc 22,2% du volume total des exportations et 18,5% de celui des importations du Cameroun.

Selon l’INS, malgré les facilités commerciales offertes aux pays africains, notamment à travers l’Agoa, les Etats-Unis arrivent respectivement à la 12e et 6e place avec 2,6% des exportations et 3,6% des importations du pays. En 2018, Washington revendique des achats et ventes des biens et de services au Cameroun d’une valeur respective de plus de 122 et 107 milliards FCFA.

Investissements

Le pays de Xi Jinping est aussi le premier bailleur de fonds du Cameroun. Selon les chiffres de la Caisse autonome d’amortissement (CAA), gestionnaire de la dette publique du pays, en avril 2019, sur un encours de la dette extérieure de 5772,8 milliards FCFA, la créance due à l’Etat chinois se chiffrait à 1627,7 milliards FCFA, soit près de 30% de la dette extérieure totale.

En mars 2018, la présidence de la République du Cameroun indiquait que le pays « est le deuxième grand bénéficiaire africain des financements chinois ». Les Etats-Unis, pour leur part, sont absents de la liste des créanciers bilatéraux du Cameroun.

Selon les mêmes sources, la Chine est, en plus, devenue le premier investisseur au pays de Paul Biya. Citant les données de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), Yaoundé indiquait qu’« entre 2000 et 2014, le Cameroun a capté 2750 milliards FCFA d’investissements directs étrangers (IDE), dont 1850 milliards FCFA provenant de la Chine. Ce qui représente environ 67% des IDE entrant au Cameroun ».

« Les autres IDE provenaient des pays tels que la France, les Etats-Unis, le Nigéria », précisait la présidence de la République du Cameroun.

En 2018, Washington a revendiqué un stock d’IDE au Cameroun de 14 millions de dollars (7,8 milliards FCFA). Selon le département américain du Commerce, ce chiffre est en progression de 55,6% par rapport à 2017. Pour cette seule année-là, la Chine affirme avoir investi 88 millions de dollars (51 milliards FCFA), dans le pays d’Afrique centrale.

Aboudi Ottou

Agence Ecofin

MaliwebInternational
La tâche s’annonce ardue pour les Etats-Unis qui souhaitent devenir le premier partenaire économique et commercial de l’Afrique, place aujourd’hui occupée par la Chine. Un pays comme le Cameroun illustre bien le retard que Washington doit combler. Aujourd’hui, la Chine est à la fois premier client et fournisseur de ce...