Les États-Unis, la Chine et la Russie travaillent séparément à la conception de missiles capables de voler à plus de 5 000 km/h. La course à l’armement est toujours en marche. Et les plus grandes puissances militaires mondiales sont clairement dans une fuite en avant qui fait froid dans le dos. Ce n’est pas pour rien que le prix Nobel de la paix 2017 a été attribué à la Campagne pour l’abolition des armes nucléaires.

missiles hypersoniques arme bombe

La RAND Corporation, un think tank californien lié à l’armée américaine, estime que de nouveaux missiles volant à cinq fois la vitesse du son font planer la menace sur l’équilibre du monde. L’étude, repérée par Motherboard, indique que les États-Unis, la Russie et la Chine développent tous séparément ce type d’armes hypersoniques, notamment des missiles de croisière air-sol tirés depuis des avions et des rampes de lancement pour des tirs sol-sol.

Un temps de réponse réduit pour les armées des pays pris pour cible

“Les missiles hypersoniques représentent un nouveau genre de menace car ils sont capables de voler à plus de 5 000 kilomètres par heure”, avertit RAND. “Cette capacité permet à de tels missiles d’enfoncer la plupart des défenses anti-missiles”, ajoute le think tank. Et c’est là que cela devient encore plus inquiétant.

Un missile hypersonique se comporte comme une fusée équipée d’une tête nucléaire

Dans sa première phase de lancement, un missile hypersonique se comporte comme une fusée équipée d’une tête nucléaire. Aussi, un pays qui craint une attaque nucléaire pourrait répondre au signal du lancement d’un missile hypersonique non-nucléaire en lançant pour le coup une vraie bombe nucléaire. Vous imaginez ? Plus largement, “la prolifération de missiles de ce type au-delà des États-Unis, de la Russie et de la Chine pourrait pousser d’autres puissances à compresser leur temps de réponse au point de placer leurs forces stratégiques dans un état d’alerte extrême – type “lancement-sur-alerte”, avertit RAND.

La France en médiatrice

“Plus il y aura de pays et groupes armés à posséder des armes hypersoniques, plus le risque de voire l’une de ces super-armes déclencher une guerre nucléaire sera grand”, écrit Motherboard.

RAND préconise donc que “les États-Unis, la Russie et la Chine doivent s’accorder sur une politique de non-prolifération de ces armes. Le think tank américain ajoute que la France “pourrait avoir un rôle-clé en amenant les autres gouvernements à un accord sur une régulation globale”. Ainsi, pour commencer, Washington, Pékin et Moscou pourraient déjà s’engager de façon tripartite à ne jamais exporter des armes hypersoniques ou leurs composants pour éviter que la technologie ne se diffuse à travers le monde.

“Il reste probablement moins d’une décennie si l’on vous considérablement empêcher la prolifération des missiles hypersoniques et des technologies associées”, avertit RAND. Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, c’est à vous.

SourceFrance 24

MaliwebInternational
Les États-Unis, la Chine et la Russie travaillent séparément à la conception de missiles capables de voler à plus de 5 000 km/h. La course à l'armement est toujours en marche. Et les plus grandes puissances militaires mondiales sont clairement dans une fuite en avant qui fait froid dans...