Le Président français, Emmanuel Macron, sur invitation de son homologue de la Mauritanie, Abdoul Aziz,  a pris part, hier, lundi, aux travaux du Sommet de l’Union Africaine (UA). À sa descente d’avion, le Président français n’a pas mis de gants pour condamner les attaques « lâches et odieuses»  qui ont, en l’espace de 72 heures, frappé le PC du G5 Sahel et les forces barkhane.

Le terrorisme s’invite au Sommet de l’Union Africaine. Si la question du maintien de la paix était prévue au menu des échanges entre le Chef de l’État français et ses homologues africains au cours de ce Sommet, il faut dire que ces deux attaques à Sévaré et à Gao vont bouleverser les calendriers et faire de la question du terrorisme la question centrale des débats.

Le 30 juin,  juste après la prière du vendredi, les populations de la vie de Sévaré ont été affolées par de grosses déflagrations. Il s’agissait d’une attaque terroriste qui a visé le PC opérationnel de la force conjointe du G5 Sahel. Cette attaque serait occasionnée par un Kamikaze qui s’est fait exploser au sein du camp. Dans un communiqué, le Ministère de la Défense affirme que le camp avait été infiltré avant le passage des terroristes à l’action. L’armée malienne a payé le plus lourd tribut de cette attaque avec, selon le Ministère de la Défense, trois morts et huit blessés. D’autres sources font état de six morts, dont trois terroristes. On apprend aussi que les forces armées sont parvenues à neutraliser quatre terroristes. Les dégâts matériels sont quant à eux très conséquents avec des bâtiments complètement détruits.

À peine les Maliens se remettent du traumatisme de cette attaque qu’une autre est perpétrée, cette fois-ci, au Nord du pays dans la Région de Gao. Une attaque qui, selon le Ministère de la Sécurité, a fait une vingtaine de civils blessés et quatre autres de tués. Une source que nous avons eue sur place nous indique que, parmi les victimes, il y avait une dizaine d’enfants et une femme enceinte.

Un fait qui n’a pas échappé au Président de la République française, Emmanuel Macron, présent en Mauritanie pour prendre part au Sommet de l’Union Africaine. À sa descente d’avion, il n’a pas caché son émotion pour les civils victimes de cette attaque « lâche et odieuse » des barbares. « Les civils sont les premières victimes du terrorisme », a-t-il dit la gorge serrée. Il n’a pas passé sous silence le courage des forces armées maliennes qui, avec les moyens de bord, font vaillamment face au terrorisme. Il a rendu hommage aux militaires tombés lors de l’attaque du PC opérationnel du G5 Sahel à Sévaré.

Occasion pour lui d’annoncer qu’au terme de leurs travaux qui doivent les conduire à visiter l’un des centres de formation du G5 dans la capitale mauritanienne, ils vont songer au prochain redéploiement des forces du G5 et prendront des décisions fortes.

Si les promesses du Président français donnent de l’espoir, il faut noter que la question du financement de la force conjointe du G5 Sahel qui s’élève à 423 millions d’euros est toujours le goulot d’étranglement.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO

LE COMBAT

MaliwebInternational
Le Président français, Emmanuel Macron, sur invitation de son homologue de la Mauritanie, Abdoul Aziz,  a pris part, hier, lundi, aux travaux du Sommet de l’Union Africaine (UA). À sa descente d’avion, le Président français n’a pas mis de gants pour condamner les attaques « lâches et odieuses»  qui ont, en l’espace...