Elu nouveau président des Etats-Unis d’Amérique pour 4 ans, Joe Biden a livré son premier discours, samedi 7 novembre dernier, où il s’est engagé à être un président rassembleur. 

Mes chers compatriotes américains, le peuple de cette nation a parlé. Il nous a offert une victoire claire. Une victoire convaincante. Une victoire pour Nous, le peuple. Nous avons remporté la victoire avec le plus grand nombre de votes jamais exprimés pour un ticket présidentiel dans l’histoire de cette nation – 74 millions. Je suis honoré de la confiance que vous m’avez accordée. Je m’engage à être un président qui ne cherche pas à diviser, mais à unifier. Qui ne voit pas d’Etats rouges et bleus, mais des Etats-Unis. Et qui travaillera de tout son cœur pour gagner la confiance de tout le peuple. Car c’est cela, l’Amérique : Le peuple.

Et c’est de cela qu’il s’agira pour notre administration.

J’ai sollicité cette fonction pour restaurer l’âme de l’Amérique. Pour reconstruire l’épine dorsale de la nation – la classe moyenne. Pour que l’Amérique soit à nouveau respectée dans le monde entier et pour nous unir ici chez nous. C’est l’honneur de ma vie que tant de millions d’Américains aient voté pour cette vision. Et maintenant, la tâche de concrétiser cette vision est la tâche de notre temps. Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, je suis le mari de Jill. Je ne serais pas ici sans l’amour et le soutien inlassable de Jill, Hunter, Ashley, de tous nos petits-enfants et de leurs conjoints, et de toute notre famille. Ils sont mon cœur. Jill est une mère – une mère de militaire – et une éducatrice.

Elle a consacré sa vie à l’éducation, mais l’enseignement n’est pas seulement ce qu’elle fait, c’est ce qu’elle est. Pour les éducateurs américains, c’est un grand jour : Vous allez avoir l’un des vôtres à la Maison Blanche, et Jill va devenir une grande Première Dame.

Et je serai honoré de servir aux côtés d’une fantastique vice-présidente – Kamala Harris – qui entrera dans l’Histoire en tant que première femme, première femme noire, première femme d’origine sud-asiatique et première fille d’immigrants jamais élue à une fonction nationale dans ce pays. Cela aurait dû être fait depuis longtemps, et cette soirée nous rappelle tous ceux qui se sont battus si dur pendant tant d’années pour que cela se produise. Mais une fois de plus, l’Amérique a plié l’arc de l’univers moral vers la justice.

Kamala, Doug – que cela vous plaise ou non – vous êtes de la famille. Vous êtes devenus des Bidens honoraires et il n’y a pas de débat. A tous ceux qui se sont portés volontaires, qui ont travaillé dans les bureaux de vote au milieu de cette pandémie, aux responsables des élections locales – vous méritez un remerciement particulier de la part de cette nation. A mon équipe de campagne, et à tous les bénévoles, à tous ceux qui ont donné tant d’eux-mêmes pour rendre ce moment possible, je vous dois tout.

Et à tous ceux qui nous ont soutenus : Je suis fier de la campagne que nous avons construite et menée. Je suis fier de la coalition que nous avons mise en place, la plus large et la plus diverse de l’histoire.

Démocrates, Républicains et Indépendants. Progressistes, modérés et conservateurs. Jeunes et vieux. Urbains, banlieusards et ruraux. Homosexuels, hétérosexuels et transsexuels. Blancs. Latino. Asiatiques. Amérindien. Et surtout dans les moments où cette campagne était au plus bas – la communauté afro-américaine s’est à nouveau levée pour moi. Ils me soutiennent toujours. Je vous soutiendrai.

J’ai dit dès le début que je voulais une campagne qui représente l’Amérique, et je pense que c’est ce que nous avons fait. Maintenant, c’est à cela que je veux que l’administration ressemble. Et à ceux qui ont voté pour le président Trump, je comprends votre déception.

J’ai moi-même perdu quelques élections. Mais maintenant, donnons-nous une chance. Il est temps de mettre de côté la rhétorique dure. De faire baisser la température.

De se revoir. De s’écouter à nouveau.

Pour progresser, nous devons cesser de traiter nos adversaires comme nos ennemis.

Nous ne sommes pas des ennemis. Nous sommes des Américains.

La Bible nous dit qu’il y a une saison pour tout – un temps pour construire, un temps pour récolter, un temps pour semer. Et un temps pour guérir. C’est le temps de guérir en Amérique. Maintenant que la campagne est terminée, quelle est la volonté du peuple ? Quel est notre mandat ? Je crois qu’il est le suivant : Les Américains nous ont demandé de mobiliser les forces de la décence et les forces de l’équité. De rassembler les forces de la science et les forces de l’espoir dans les grandes batailles de notre temps. La bataille pour contrôler le virus.

La bataille pour construire la prospérité.

La bataille pour assurer les soins de santé de votre famille.

La bataille pour obtenir la justice raciale et éradiquer le racisme systémique dans ce pays.

La bataille pour sauver le climat.

La bataille pour restaurer la décence, défendre la démocratie et donner à chacun dans ce pays une chance équitable.

Notre travail commence par la maîtrise du Covid.

Nous ne pouvons pas réparer l’économie, restaurer notre vitalité ou savourer les moments les plus précieux de la vie – embrasser un petit enfant, les anniversaires, les mariages, les remises de diplômes, tous les moments qui comptent le plus pour nous – tant que nous n’aurons pas maîtrisé ce virus.

Je nommerai un groupe de scientifiques et d’experts de premier plan comme conseillers de transition pour reprendre le plan Biden-Harris Covid et le convertir en un plan d’action qui débutera le 20 janvier 2021. Ce plan s’appuiera sur des bases scientifiques. Il sera fondé sur la compassion, l’empathie et la préoccupation. Je ne ménagerai aucun effort – ni aucun engagement – pour inverser la tendance de cette pandémie. Je me suis présenté comme un fier démocrate. Je serai désormais un président américain. Je travaillerai aussi dur pour ceux qui n’ont pas voté pour moi – que pour ceux qui l’ont fait.

Que cette sinistre ère de diabolisation de l’Amérique commence à s’achever – ici et maintenant. Le refus des démocrates et des républicains de coopérer entre eux n’est pas dû à une force mystérieuse qui échappe à notre contrôle. Il s’agit d’une décision. C’est un choix que nous faisons. Et si nous pouvons décider de ne pas coopérer, alors nous pouvons décider de coopérer. Et je crois que cela fait partie du mandat du peuple américain. Ils veulent que nous coopérions. C’est le choix que je vais faire. Et j’invite le Congrès – les démocrates comme les républicains – à faire ce choix avec moi.

L’histoire américaine est celle d’un élargissement lent mais constant des possibilités. Ne vous y trompez pas : Trop de rêves ont été reportés pendant trop longtemps. Nous devons faire en sorte que la promesse du pays devienne une réalité pour tout le monde – quelle que soit sa race, son origine ethnique, sa foi, son identité ou son handicap.

L’Amérique a toujours été façonnée par des points d’inflexion – par des moments où nous avons pris des décisions difficiles sur qui nous sommes et ce que nous voulons être.

Lincoln en 1860 – venu pour sauver l’Union. FDR en 1932 – promettant un New Deal à un pays assiégé. JFK en 1960 – promettant une Nouvelle Frontière. Et il y a douze ans, quand Barack Obama a écrit l’Histoire et nous a dit : “Oui, nous le pouvons”. Nous nous trouvons à nouveau à un point d’inflexion. Nous avons la possibilité de vaincre le désespoir et de construire une nation prospère et déterminée.

Nous pouvons le faire. Je sais que nous pouvons le faire. J’ai longtemps parlé de la bataille pour l’âme de l’Amérique. Nous devons restaurer l’âme de l’Amérique. Notre nation est façonnée par la lutte constante entre nos meilleurs anges et nos pulsions les plus sombres. Il est temps que nos meilleurs anges l’emportent. Aujourd’hui, le monde entier regarde l’Amérique. Je crois qu’à son meilleur niveau, l’Amérique est un phare pour le monde entier. Et nous ne dirigeons pas par l’exemple de notre puissance, mais par la puissance de notre exemple.

J’ai toujours cru que nous pouvons définir l’Amérique en un mot : Possibilités. Qu’en Amérique, chacun devrait avoir la possibilité d’aller aussi loin que ses rêves et que la capacité donnée par Dieu le lui permettra. Vous voyez, je crois en la possibilité de ce pays.

Nous sommes toujours tournés vers l’avenir. Vers une Amérique plus libre et plus juste. Une Amérique qui crée des emplois avec dignité et respect. Une Amérique qui guérit les maladies, comme le cancer et la maladie d’Alzheimer. Une Amérique qui ne laisse jamais personne derrière. Face à une Amérique qui n’abandonne jamais, qui ne cède jamais. C’est une grande nation. Et nous sommes un bon peuple. Il s’agit des Etats-Unis d’Amérique.

Et il n’y a jamais rien eu que nous n’ayons pu faire quand nous l’avons fait ensemble.

Dans les derniers jours de la campagne, j’ai pensé à un hymne qui signifie beaucoup pour moi et pour ma famille, en particulier pour mon fils Beau, décédé. Il capture la foi qui me soutient et qui, je crois, soutient l’Amérique. Et j’espère qu’il pourra apporter un peu de réconfort et de réconfort aux plus de 230 000 familles qui ont perdu un être cher à cause de ce terrible virus cette année. Je suis de tout cœur avec chacun d’entre vous. J’espère que cet hymne vous apportera aussi du réconfort. ” Et il vous élèvera sur les ailes de l’aigle, Vous porter au souffle de l’aube, Vous faire briller comme le soleil. Et te tenir dans la paume de Sa main ” (passage de la Bible – Ndlr).

Et maintenant, ensemble – sur des ailes d’aigle – nous nous lançons dans l’œuvre que Dieu et l’Histoire nous ont demandé d’accomplir. Le cœur plein et les mains fermes, avec la foi en l’Amérique et les uns dans les autres, avec l’amour de la patrie – et une soif de justice – soyons la nation que nous savons pouvoir être.

Une nation unie. Une nation renforcée.

Une nation guérie.

Les Etats-Unis d’Amérique.

Que Dieu vous bénisse.

Et que Dieu protège nos troupes”.

XXXXX

Qui est Joe Biden ?

Joe Biden est né le 20 novembre 1942 à Scranton, en Pennsylvanie. Il a occupé pendant 36 ans le poste de sénateur du Delaware, de 1973 à 2009, avant d’entrer dans la lumière en devenant le vice-président de Barack Obama. Il restera à ce poste pendant les deux mandats du 44e président des Etats-Unis, jusqu’en 2017. De confession catholique et d’origine modeste, Joe Biden étudie l’histoire et les sciences politiques dans le Delaware, où sa famille s’est installée. Il poursuit ses études de droit à New York et devient juriste.

Agé aujourd’hui de 77 ans, il débute sa carrière en politique en 1970, lorsqu’il devient élu au conseil du comté de New Castle avant, deux ans plus tard, de devenir sénateur. Il décide de se présenter à la primaire démocrate de 2020 en vue de la présidentielle face, notamment, à Bernie Sanders. Ce dernier, issu de l’aile gauche du parti, débute fort et Joe Biden essuie plusieurs déconvenues, avant de rééquilibrer les débats grâce aux soutiens nombreux des candidats de l’aile centriste. La pandémie de coronavirus aura raison de la candidature de Bernie Sanders, qui abandonnera la course.

Le candidat à l’élection présidentielle de 2020 a connu plusieurs moments dramatiques dans sa vie privée. Après avoir rencontré sa femme Neilia Hunter très jeune, à l’université, le couple donnera naissance à trois enfants. En 1972, ces derniers et son épouse sont victimes d’un grave accident de la route, provoquant la mort de sa fille Naomi Christina, treize mois, et de Neilia Hunter, âgée de 30 ans. Le démocrate se retrouve avec ses deux fils, Beau, décédé en 2015 des suites d’un cancer au cerveau, et Hunter, qu’il éduque seul, jusqu’à son remariage avec Jill Tracy Jacobs en 1977 et avec qui il partage encore sa vie aujourd’hui. Le couple a donné naissance à une fille, Ashley, née en 1981.

xxxxxxx

Kamala Harris élue Vice-présidente des USA :

“Joe Biden est un guérisseur. Un rassembleur…”

Colistière de Joe Biden, Kamala Harris va devenir la toute première femme et personne noire à être élue vice-présidente des Etats-Unis. Elle sera aussi la première personne noire, fille d’un père jamaïcain et d’une mère indienne, à entrer à la Maison Blanche en tant que deuxième personnalité de l’Etat. Kamala Harris, sénatrice démocrate emblématique et colistière de Joe Biden lors de la campagne aux USA, a elle aussi vécu une consécration ce samedi 8 novembre 2020, à l’annonce des résultats du scrutin. Elle a prononcé un discours particulièrement marquant, juste avant celui de Joe Biden. Nous vous proposons de retrouver sa traduction en intégralité ci-dessous :

Photo: Jeff Kowalsky Agence France-Presse La sénatrice Kamala Harris

Bonsoir.

Le membre du Congrès John Lewis, avant son décès, a écrit : «La démocratie n’est pas un Etat. C’est un acte». Et ce qu’il voulait dire, c’est que la démocratie américaine n’est pas garantie. Elle est seulement aussi forte que notre volonté de nous battre pour elle, de la protéger et de ne jamais la considérer comme acquise. Et la protection de notre démocratie nécessite une lutte.

Il faut faire des sacrifices. Il y a de la joie et il y a du progrès. Parce que nous, le Peuple, avons le pouvoir de construire un avenir meilleur. Et lorsque notre démocratie même était en jeu dans cette élection, avec l’âme même de l’Amérique en jeu et le monde qui la regardait, vous avez inauguré un nouveau jour pour l’Amérique.

A notre personnel de campagne et à nos bénévoles, cette équipe extraordinaire – merci d’avoir fait participer plus de gens que jamais au processus démocratique et d’avoir rendu cette victoire possible.

Aux membres du personnel électoral et aux responsables des élections dans tout notre pays, qui ont travaillé sans relâche pour s’assurer que chaque vote soit compté – notre nation vous doit une dette de gratitude car vous avez protégé l’intégrité de notre démocratie.

Et au peuple américain qui constitue notre beau pays – merci d’être venus en nombre record pour faire entendre votre voix. Je sais que les temps ont été difficiles, surtout ces derniers mois.

Le chagrin, la tristesse et la douleur. Les soucis et les luttes.

Mais nous avons également été témoins de votre courage, de votre résilience et de la générosité de votre esprit. Pendant 4 ans, vous avez marché et vous vous êtes organisés pour l’égalité et la justice, pour nos vies et pour notre planète.

Et puis, vous avez voté. Vous avez délivré un message clair. Vous avez choisi l’espoir, l’unité, la décence, la science et, oui, la vérité.

Vous avez choisi Joe Biden comme prochain président des Etats-Unis d’Amérique. Joe est un guérisseur. Un rassembleur. Une main éprouvée et stable.

Une personne dont la propre expérience a donné un but qui nous aidera, en tant que nation, à retrouver notre propre but.

Et un homme au grand cœur qui aime avec abandon. C’est son amour pour Jill, qui sera une incroyable Première Dame. C’est son amour pour Hunter, Ashley, ses petits-enfants et toute la famille Biden. Et si j’ai connu Joe pour la première fois en tant que vice-président (de Barack Obama – Ndlr), j’ai vraiment appris à le connaître comme le père qui aimait Beau, mon cher ami, dont nous nous souvenons ici aujourd’hui (Beau Biden, le fils de Joe Biden est mort en 2015 d’une tumeur au cerveau – Ndlr).

A mon mari Doug, à nos enfants Cole et Ella, à ma sœur Maya et à toute notre famille, je vous aime tous plus que je ne peux l’exprimer. Nous sommes très reconnaissants à Joe et Jill d’avoir accueilli notre famille dans la leur pour ce voyage incroyable. Et à la femme la plus responsable de ma présence ici aujourd’hui – ma mère, Shyamala Gopalan Harris, qui est toujours dans nos cœurs.

Lorsqu’elle est arrivée d’Inde à l’âge de 19 ans, elle n’imaginait peut-être pas ce moment. Mais elle croyait si profondément en une Amérique où un tel moment est possible. Alors, je pense à elle et aux générations de femmes – les femmes noires.

Des femmes asiatiques, blanches, latines et amérindiennes qui, tout au long de l’histoire de notre nation, ont ouvert la voie à ce moment. Des femmes qui se sont battues et ont tant sacrifié pour l’égalité, la liberté et la justice pour tous, y compris les femmes noires, qui sont trop souvent négligées, mais qui prouvent si souvent qu’elles sont l’épine dorsale de notre démocratie.

Toutes les femmes qui ont travaillé pour garantir et protéger le droit de vote pendant plus d’un siècle : il y a 100 ans avec le 19e amendement, il y a 55 ans avec la loi sur le droit de vote, et maintenant, en 2020, avec une nouvelle génération de femmes dans notre pays qui ont voté et ont continué à se battre pour leur droit fondamental de voter et d’être entendues.

Ce soir, je réfléchis à leur combat, à leur détermination et à la force de leur vision – pour voir ce qui peut être libéré de ce qui a été – je me tiens sur leurs épaules.

Et quel beau témoignage Joe a-t-il donné de la personnalité en ayant eu l’audace de briser l’un des obstacles les plus importants qui existent dans notre pays et de choisir une femme comme vice-présidente. Mais si je suis la première femme à occuper cette fonction, je ne serai pas la dernière. Parce que chaque petite fille qui nous regarde ce soir voit qu’il s’agit d’un pays de possibilités.

Et aux enfants de notre pays, quel que soit votre sexe, notre pays vous a envoyé un message clair : Rêvez avec ambition, dirigez avec conviction, et regardez (le monde) d’une manière que les autres ne vous verront peut-être pas, simplement parce qu’ils ne l’ont jamais vu auparavant. Et nous vous applaudirons à chaque étape du chemin.

Au peuple américain : Peu importe pour qui vous avez voté, je m’efforcerai d’être le vice-président que Joe était pour le président Obama – loyal, honnête et préparé, me réveillant chaque jour en pensant à vous et à vos familles. Car c’est maintenant que le vrai travail commence.

Le dur labeur. Le travail nécessaire. Le bon travail. Le travail essentiel pour sauver des vies et vaincre cette pandémie. Pour reconstruire notre économie afin qu’elle fonctionne pour les travailleurs. Pour éradiquer le racisme systémique dans notre système judiciaire et notre société. Pour combattre la crise climatique. Pour unir notre pays et guérir l’âme de notre nation.

Le chemin à parcourir ne sera pas facile.

Mais l’Amérique est prête. Tout comme Joe et moi.

Nous avons élu un président qui représente ce qu’il y a de meilleur en nous.

Un leader que le monde respectera et que nos enfants pourront admirer.Un commandant en chef qui respectera nos troupes et assurera la sécurité de notre pays.

Et un président pour tous les Américains”.

xxxxx

Qui est Kamala Harris ?

Kamala Harris a donc été propulsée à la vice-présidence des Etats-Unis en ce début du mois de novembre 2020. Candidate à l’investiture démocrate face à Joe Biden il y a quelques mois, Kamala Harris avait un souhait, devenir la première femme présidente des Etats-Unis.

“Battue” lors de ces primaires démocrates des élections américaines (elle s’est retirée se disant à court de fonds), elle a tout de même été choisie par l’ancien vice-président pour devenir sa colistière, malgré les critiques assez virulentes qu’elle a pu formuler sur les positions exprimées par Joe Biden concernant les politiques de déségrégation raciale dans les années 1970. Plusieurs médias américains l’ont d’ores et déjà présentée comme la successeure naturelle à Joe Biden en 2024, ce dernier aura en effet 81 ans à l’issue de son mandat.

Troisième femme sélectionnée comme vice-présidente potentielle, Kamala Harris est une pionnière aux Etats-Unis et assure être prête pour exercer cette fonction. Ses combats politiques ? Les droits civiques, la défense des jeunes issus de l’immigration illégale. Elle milite aussi pour que l’Etat fédéral accorde plus de moyens à la résolution des crimes et des délits.

Procureure du côté de San Francisco durant deux mandats entre 2004-2011, elle devient ensuite la première femme et personne noire à gérer les services judiciaires de l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis en étant élue procureure générale en Californie.

Après deux mandats (2011-2017), nouvelle consécration pour la candidate démocrate qui, le 3 janvier 2017, prête serment au Sénat à Washington pour devenir la première femme originaire d’Asie du Sud et seulement la deuxième sénatrice noire dans l’histoire américaine après Carol Moseley-Braun à exercer cette fonction.

Malgré son appartenance et ses convictions, Kamala Harris ne fait pas l’unanimité là où elle est passée, Donald Trump disant même en meeting, dans un ton provocateur, que “personne ne l’aime” et qu’elle est “méchante”. Une partie des électeurs noirs et progressistes de Californie déplorent également son image de dureté, acquise lors de son mandat de procureure.

“En Californie, Kamala Harris avait la réputation d’une procureure qui attendait plutôt qu’elle ne montrait le chemin, qui ne bougeait sur les sujets polémiques que lorsqu’elle voyait qu’ils étaient politiquement viables”, indiquait en septembre le quotidien Sacramento Bee, cité par le Figaro.

Quelles sont les origines de Kamala Harris ?

Née en octobre en 1964, Kamala Harris est d’origine indo-caribéenne avec un père né en Jamaïque et une mère indienne. Sa mère, fille d’un haut fonctionnaire indien, est venue aux Etats-Unis pour terminer un doctorat à l’université Berkeley, là où était également son père, et entamer une carrière dans la recherche médicale (décédée, elle était devenue spécialiste du cancer du sein). Quelques années plus tard et suite au divorce de ses parents, Kamala Harris a vécu son adolescence au Canada avec sa mère alors que son père officiait comme professeur d’économie à Stanford. Après cette période et avant de lancer sa carrière en politique, elle deviendra avocate en 1990 après avoir été diplômée à Washington au Howard University, surnommée le “Harvard noir”.

 

Source: Aujourd’hui Mali
MaliwebInternational
Elu nouveau président des Etats-Unis d’Amérique pour 4 ans, Joe Biden a livré son premier discours, samedi 7 novembre dernier, où il s’est engagé à être un président rassembleur.  Mes chers compatriotes américains, le peuple de cette nation a parlé. Il nous a offert une victoire claire. Une victoire convaincante....