Tiré le jour de la fête nationale américaine, pouvant frapper la ville de Seattle, le missile tiré mardi par la Corée du Nord est une adresse directe aux États-Unis. En réponse, Washington a mené des exercices militaires dans la péninsule coréenne.

Kim Jong un president nord coreen armee militaire

Les forces sud-coréennes et américaines ont tiré mercredi 5 juillet des missiles balistiques lors d’un exercice simulant une attaque contre la Corée du Nord, a annoncé l’agence sud-coréenne Yonhap. “Un fort message d’avertissement” après l’essai mené mardi par Pyongyang d’un missile balistique intercontinental.

Cet exercice à tir réel a été effectué sur ordre du président sud-coréen Moon Jae-in. “Le président Moon a déclaré que la sérieuse provocation de la Corée du Nord nécessitait que nous réagissions avec davantage qu’un communiqué et que nous devions montrer clairement à la Corée du Nord notre capacité de défense en matière de missiles”, a indiqué la présidence sud-coréenne.

“C’est une démonstration de force pour le principe” qui n’aura “aucun effet sur la détermination de Pyongyang”, estime le correspondant de RFI en Corée du Sud, Frédéric Ojardias.

>> À lire sur France 24 : “Missile intercontinental nord-coréen : Washington demande une réunion d’urgence au Conseil de sécurité”

La Corée du Nord a procédé dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 juillet à son premier lancement d’un missile balistique intercontinental (ICBM), supervisé personnellement par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Il s’agit d’un “cadeau” aux “salauds d’Américains”, a-t-il ironisé, selon l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Avec AFP

MaliwebInternational
Tiré le jour de la fête nationale américaine, pouvant frapper la ville de Seattle, le missile tiré mardi par la Corée du Nord est une adresse directe aux États-Unis. En réponse, Washington a mené des exercices militaires dans la péninsule coréenne. Les forces sud-coréennes et américaines ont tiré mercredi 5 juillet...