La création d’un nouveau groupe axé sur l’écologie et le social fait descendre La République en marche sous la barre symbolique des 289 députés.

 

Ils refusaient de croire à un tel scénario. Fin 2019, alors que les députés continuaient de quitter les uns après les autres le groupe macroniste à l’Assemblée nationale, un cadre de La République en marche (LRM) s’alarmait, sous le couvert de l’anonymat : « En cas de perte de la majorité absolue, les médias titreront “la fin du pouvoir Macron”. Ce n’est pas possible ! » L’hypothèse semblait tellement catastrophique aux yeux du président du groupe LRM, Gilles Le Gendre, qu’il ne voulait pas l’envisager. « Arithmétiquement, c’est toujours possible, mais je n’en vois pas le risque », assurait-il, en octobre 2019, avant d’affirmer : « L’érosion a eu lieu il y a quelque temps, mais elle est finie. »
La prédiction ne s’est pas vérifiée : mardi 19 mai, le parti présidentiel est descendu sous la barre symbolique des 289 députés, qui lui permettait, depuis trois ans, de disposer à lui seul de la majorité absolue. Sept de ses membres sont partis constituer un nouveau groupe − le neuvième au Palais-Bourbon, un record − baptisé « Ecologie, démocratie, solidarité ». Arrivés triomphants à l’Assemblée nationale en 2017, avec un effectif de 314 membres, les députés LRM ne sont plus aujourd’hui que 288..

Source: Le Monde

MaliwebInternational
La création d’un nouveau groupe axé sur l’écologie et le social fait descendre La République en marche sous la barre symbolique des 289 députés.   Ils refusaient de croire à un tel scénario. Fin 2019, alors que les députés continuaient de quitter les uns après les autres le groupe macroniste à...