Des milliards de cigarettes, la plupart fabriquées par BAT, sont passées en contrebande au nord du Mali chaque année en route vers les marchés gris du Sahel et de l’Afrique du Nord.

Principales conclusions

-Les profits de la contrebande de cigarettes alimentent la lutte sanglante entre les djihadistes, les milices armées et les officiers militaires corrompus qui a transformé le nord du Mali en une zone de guerre sans loi.
-BAT a commencé à surprendre le Mali peu de temps après que le nord soit tombé aux mains des militants, sachant que son produit serait du fourrage pour les trafiquants, selon des dizaines d’entretiens.
-Des documents internes montrent que BAT a utilisé des informateurs en Afrique de l’Ouest pour se tenir au courant du commerce illicite.
-Le gouvernement malien a ignoré des années de chiffres fiscaux manifestement faux de Imperial Brands, actionnaire de la société nationale de tabac qui distribue des Dunhills dans les zones dirigées par des militants.

Cachées dans des camionnettes et gardées par des milices armées et des djihadistes, des milliards de cigarettes illicites sillonnent chaque année les déserts anarchiques du nord du Mali à destination du Sahel et de l’Afrique du Nord.

Les bénéfices de leur long voyage alimentent les nombreux conflits armés dans le nord du Mali, tapissant les poches des ramifications d’al-Qaida et du soi-disant groupe État islamique (EI), ainsi que des milices locales et des responsables étatiques et militaires corrompus. Cette violence se répand maintenant à travers l’Afrique de l’Ouest, déplaçant plus de deux millions de personnes au Burkina Faso, au Tchad, au Mali et au Niger.

Les cigarettes fabriquées par l’une des plus grandes sociétés de tabac au monde, British American Tobacco (BAT) et distribuées avec l’aide d’une autre grande entreprise, Imperial Brands, par l’intermédiaire d’une société détenue en partie par l’État malien, dominent ce commerce sale et dangereux.

Désormais, une enquête de l’OCCRP peut montrer qu’il ne s’agit pas d’un accident.

Secrets contenus dans les documents divulgués, étayé par des données commerciales et des dizaines d’entretiens avec les insurgés, les anciens employés de BAT, les experts et les responsables, montrent BAT a commencé à une offre excédentaire Mali avec propre marqué les cigarettes peu après, le nord est tombé aux mains des militants, sachant que son produit serait du fourrage pour les trafiquants.

Pendant des années, la société s’est associée à la société de tabac soutenue par l’État du Mali, une filiale d’Imperial Brands, pour distribuer des cigarettes dans les régions contrôlées par les milices rebelles et dans tout le pays. Des sources affirment que ces cigarettes, acheminées vers le nord avec l’aide de l’armée et de la police, tombent ensuite aux mains des djihadistes et des milices. Un document interne suggère que BAT a utilisé des informateurs en Afrique de l’Ouest pour se tenir au courant du fonctionnement du commerce illicite.

Le sale boulot va bien au-delà du désert. Les rapports de l’OCCRP ont révélé que le gouvernement malien aidait non seulement à distribuer les cigarettes BAT, mais fermait apparemment les yeux sur des irrégularités comptables flagrantes chez son partenaire Imperial et même sur une possible fraude commerciale.

Et cela continue aujourd’hui. Les données sur le commerce public et les analyses d’experts montrent que BAT et Imperial continuent de fournir au pays des milliards de cigarettes de plus que ce dont il a besoin. Pendant ce temps, les revenus annuels de BAT pour la seule année 2019 ont dépassé le PIB total du Mali et du Burkina Faso.

Le cas malien est le dernier à montrer que les plus grandes sociétés de tabac du monde ne respectent pas toujours les conditions énoncées dans une série d’accords historiques entre 2004 et 2010 avec l’Union européenne (UE), dans lesquels elles ont accepté d’empêcher leurs cigarettes de tomber entre les mains de criminels en ne répondant qu’à une demande légitime. Les accords ont été conclus à la suite de litiges juridiques entre trois entreprises et l’UE concernant la contrebande de cigarettes.

«C’est leur terrain de jeu», a déclaré Hana Ross, une économiste de l’Université du Cap qui étudie le tabac, à propos de l’industrie.

«Ils savent qu’ils peuvent s’en tirer avec des trucs. C’est beaucoup plus facile de soudoyer. Il est beaucoup plus facile de tromper le système », a-t-elle déclaré. «Les gouvernements ici sont généralement faibles. C’est là qu’ils font des choses qu’ils n’osent plus faire en Europe. »

Un porte-parole a déclaré que BAT était opposé au commerce illégal du tabac, que la société a qualifié de «crime grave et hautement organisé».

«Chez BAT, nous avons mis en place des équipes de lutte contre le commerce illicite opérant aux niveaux mondial et local. Nous avons également mis en place des politiques et des procédures solides pour lutter contre ce problème et soutenir pleinement les régulateurs, les gouvernements et les organisations internationales dans leur quête d’élimination de toutes les formes de commerce illicite.

L’Impériale a déclaré qu’elle s’était engagée à garantir des normes élevées de gouvernance d’entreprise et «totalement opposée à la contrebande qui ne profite à personne d’autre qu’aux criminels impliqués».

Le gouvernement malien n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur cette histoire.

Les gens du tabac

Publicités

Dans les déserts du nord du Mali, les trafiquants de cigarettes sont appelés «kel tabac», les gens du tabac.

Des cigarettes illicites en provenance de la capitale, Bamako, et des ports de Guinée, du Bénin et du Togo sont chargées dans des convois avec des gardes armés et conduites vers le nord le long de milliers de kilomètres de routes sinueuses et de pistes désertiques vers la Libye et l’Algérie, et aussi loin à l’est que le Soudan.

La contrebande fait depuis longtemps partie de la vie dans la vaste région du Sahel, vaste et largement vide, où les insurgés armés revendiquent un patchwork de territoires en constante évolution. Les mouvements djihadistes liés à Al-Qaida et à l’EI, les forces séparatistes touaregs et les milices ethniques locales contrôlent à tour de rôle les routes et les points de contrôle en cours de route.

Le transport de tabac illégal est un travail difficile et dangereux, avec des voyages de trois à 10 jours. De nombreux camionneurs sont tués par des groupes militaires ou armés en cours de route. Mais c’est bien payé: dans un pays où la plupart des gens vivent avec moins de 1,90 dollar par jour, les conducteurs peuvent s’attendre à gagner entre 6 000 et 10 000 euros pour transporter un chargement de cigarettes de contrebande.

C’est aussi un commerce lucratif pour les barons de la drogue et les fonctionnaires locaux corrompus dans les régions agitées du nord du Mali.

Hama Ag Sid Ahmed, porte-parole du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), un mouvement d’indépendance touareg armé qui a contrôlé une grande partie du nord du Mali de temps en temps, a déclaré que les responsables de l’État et le crime organisé travaillaient ensemble pour tirer profit de la contrebande.

«Certains officiers militaires, membres des services de renseignement, chefs de zones militaires dans les régions du nord sont approchés par des barons de la drogue», a-t-il dit.

«Des sommes importantes sont payées pour un contrat lié à un service rendu ou à rendre.»

Un ancien initié de l’industrie du tabac a déclaré que divers groupes militants, des séparatistes touareg qui combattent l’État malien depuis des décennies aux ramifications plus récentes des djihadistes de l’EI, prennent également une coupe en cours de route.

«Le produit est escorté vers le nord par l’armée malienne ou la gendarmerie [police], pour le protéger des soi-disant bandits», a déclaré l’ancien responsable, qui ne s’exprimerait que sous couvert d’anonymat pour des raisons de sécurité. «Il serait donné aux Touareg pour le voyage en avant près de Tombouctou, puis les Touareg s’occupaient du paiement de l’EI au Sahel.»

Avec la violence et l’anarchie persistantes, les coutumes maliennes ont abandonné une grande partie du nord. Samba Ousmane Touré, un ancien employé du distributeur de BAT au Mali qui est maintenant membre du comité de lutte antitabac du pays, a déclaré que les groupes armés sont devenus les gardiens des routes de contrebande vers l’Algérie, la Libye et le Niger.

«Les groupes armés jouent le rôle des douanes», a-t-il déclaré à l’OCCRP. «Oui, [BAT] le sait.»

M. Marlboro
L’un des djihadistes les plus en vue du nord du Mali, un membre d’Al-Qaida connu sous le nom de M. Marlboro, aurait financé son jihad en faisant la contrebande de cigarettes.

Le borgne Mokhtar Belmokhtar aurait orchestré des attaques terroristes, dont une en Algérie en janvier 2013 qui a tué plus de 35 personnes. Il a dirigé le soi-disant bataillon de ceux qui signent dans le sang. En juin 2013, les autorités américaines ont offert une récompense pouvant aller jusqu’à 5 millions de dollars pour les informations menant à l’emplacement de Belmokhtar.

Son bataillon avait des liens avec les principaux groupes armés maliens, fournissant une assistance militaire cruciale au groupe terroriste MUJAO contre le MNLA pendant les batailles de Gao et de Tombouctou. Un haut responsable américain a déclaré en juillet 2013 que M. Marlboro «s’était engagé à kidnapper et à assassiner des diplomates occidentaux et d’autres civils». L’un de ces otages était l’ancien envoyé de l’ONU au Niger, Robert Fowler.

Sid Ahmed, le porte-parole du MNLA, a déclaré que de nombreux terroristes comme Belmokhtar ont commencé le trafic de cigarettes avant de passer à des substances plus dures, puis au djihad violent.

«Les barons arabes de la drogue ont créé des milices armées pour protéger leurs drogues et qui sont ensuite devenues les organisations terroristes présentes aujourd’hui dans la région du Sahel», a-t-il déclaré.

Les recherches de l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée soutiennent que les réseaux de contrebande établis de longue date au Mali et au Sahel ont évolué «d’abord pour transporter des cigarettes illicites, plus tard du haschich et ensuite, de manière plus rentable, de la cocaïne».

Un rapport de 2017 de KPMG est d’accord, notant que le commerce de la cocaïne dans la région recouvre les routes utilisées à l’origine pour la contrebande de cigarettes, et que le commerce illicite «peut également recouper les opérations de groupes terroristes». Le commerce illicite est «une composante importante des économies politiques locales» de Le Mali et d’autres pays du Maghreb, a indiqué le rapport, qui a été parrainé par Philip Morris, bien qu’il affirme que le commerce est alimenté par des cigarettes illicites en provenance des zones de libre-échange des Émirats arabes unis.

Raoul Setrouk, qui poursuit une action en justice contre le concurrent de BAT Philip Morris dans l’État de New York pour vol de propriété intellectuelle, a déclaré que le tabac illicite dans la région avait des conséquences qui vont bien au-delà des problèmes sanitaires et fiscaux.

«J’espère que nous n’aurons pas à attendre un nouveau M. ‘Marlboro’ comme le terroriste Mokhtar Belmokhtar pour élever notre conscience», a-t-il déclaré à l’OCCRP.

De multiples sources, des soldats et des employés de l’ONU aux hommes d’affaires et aux membres de milices armées, ont déclaré à l’OCCRP que les marques fabriquées par BAT et Philip Morris dominent le commerce illicite.

Les plus courants sont les Dunhills, produits dans les usines de BAT en Afrique du Sud, et la marque phare de Philip Morris, Marlboros, qui sont confiées à des passeurs liés à des groupes armés par le représentant politiquement connecté de PMI au Burkina Faso, avec American Legends.

«Celles qui transitent sont principalement trois marques: Dunhill, American Legend et Marlboro», a déclaré Hama du MNLA. «C’est la même chose aussi dans le nord du Niger et non loin aussi dans le sud de l’Algérie.»

Mohamed Ag Alhousseini, chercheur indépendant dans la région, a dit à peu près la même chose: «Même en Algérie, le trafic est encouragé par le besoin de Marlboro et Dunhills, car ils ont d’autres marques dans le pays.»

Il est difficile de déterminer exactement combien de cigarettes illicites sont passées en contrebande au Mali.

Les données commerciales, les informations des douaniers, les fuites de documents sur les MTD et les experts du secteur indiquent qu’il pourrait y avoir jusqu’à 4,7 milliards de cigarettes en surplus au Mali chaque année – l’équivalent d’environ 470 conteneurs d’expédition de cigarettes supplémentaires. Certains d’entre eux sont produits dans le pays, mais d’autres sont importés, presque tous d’Afrique du Sud.

Il est également difficile de déterminer le bénéfice réalisé par BAT, car l’entreprise ne sépare pas les chiffres par pays dans ses rapports annuels. Une présentation de l’entreprise datant d’environ 2007 estime la valeur marchande de BAT sur 18 «marchés opérationnels» en Afrique de l’Ouest à 201 millions de livres britanniques (environ 394 millions de dollars EU) et sa part de marché au Mali à 61%. Un autre document, datant de 2012, donne un chiffre d’affaires brut pour le Mali de 52,06 millions de livres britanniques (84,6 millions de dollars).

Une source BAT, en revanche, a estimé que l’entreprise avait réalisé un chiffre d’affaires brut de plus de 160 millions de dollars au Mali rien qu’en 2019.

L’Impériale a déclaré que les ventes de SONATAM sont «à la mesure de la demande légitime de la population malienne» et que la société dispose d’un système de suivi des ventes strict.

«Toutes les cigarettes importées par la SONATAM au Mali le sont légalement dans le cadre de contrats synallagmatiques avec d’autres opérateurs commerciaux», a déclaré la société dans un communiqué.

Calcul de l’offre excédentaire
Comprendre le commerce illicite de cigarettes au Mali est une affaire compliquée – et cela inclut les données qui le sous-tendent. Parce que le marché illicite est si opaque, de nombreux calculs reposent sur des hypothèses éclairées.

Euromonitor International, une société d’études de marché stratégique, a estimé le volume de vente au détail du pays à 3 milliards de cigarettes en 2016, passant à près de 3,2 milliards en 2020.

Des documents divulgués obtenus par l’Université de Bath et partagés avec l’OCCRP montrent qu’en 2007, BAT a estimé que le pays avait une demande de 1,9 milliard de cigarettes. En 2011, la société a augmenté l’estimation à 2,4 milliards. Ces deux chiffres sont inférieurs aux projections indépendantes pour les mêmes années.

Cependant, après que le nord du Mali est devenu une zone de guerre, les calculs de BAT ont changé, avec des documents de 2013, 2014, 2015 et 2017 estimant le marché comme étant nettement plus grand que les chiffres d’Euromonitor, entre 3 et 3,8 milliards de bâtons.

La raison de ces chiffres élevés n’est pas claire, car les mêmes documents contiennent des estimations de la prévalence du tabagisme au Mali qui sont inférieures à celles de l’OMS. Les experts ont des estimations variables pour les taux de tabagisme. En 2011, BAT l’a fixé à 9,5%. L’Organisation mondiale de la santé, en revanche, affirme que 12% ont fumé en 2017, un taux qui est resté stable au cours de la dernière décennie.

Pourtant, les données montrent que chaque année depuis 2016, la première année après la rébellion du Mali en 2012 pour laquelle les chiffres du commerce sont disponibles, il peut y avoir eu jusqu’à près de 8 milliards de cigarettes au Mali.

Les chiffres exacts sont difficiles à déterminer. Un douanier malien a estimé un total annuel de 4,6 milliards de cigarettes sur la base des importations additionnelles (2,6 milliards en 2018 et en 2019 chaque année) avec une production locale (environ 2 milliards en 2018 et en 2019 chaque année).

Cependant, les données de UN Comtrade montrent qu’entre 3,4 et 5,9 milliards de cigarettes ont été exportées au Mali par an de 2016 à 2019, presque toutes depuis le centre régional de BAT, en Afrique du Sud. En ajoutant la production locale, cela pourrait signifier que jusqu’à 7,9 milliards de cigarettes sont disponibles au Mali chaque année.

Les responsables au Mali et en Afrique du Sud ont confirmé l’exactitude des chiffres Comtrade, qui correspondent étroitement aux rapports réguliers sur la valeur des importations de tabac publiés par le gouvernement malien.

Poinçons d’un commerce illicite
A Gao, une ville du nord du Mali qui a longtemps été sous le contrôle de groupes armés, un entrepôt qui distribue les cigarettes BAT fait un commerce dynamique.

Ahmoudou Ag Attiane, un concessionnaire automobile local, a déclaré à l’OCCRP que des semi-remorques de 20 tonnes remplies de cigarettes arrivent généralement à l’entrepôt. La plupart des cartons sont ensuite transportés par camion à 10 heures au nord de Kidal, qui est contrôlée par al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

«La loi est le [groupe AQMI] qui a le plus de pouvoir – les terroristes, les djihadistes – et ils ont interdit le tabagisme et aussi l’alcool. Donc, vous voyez, quelqu’un ne peut pas trop se montrer en ouvrant un endroit où tout le monde sait que c’est là que les cigarettes sont stockées, c’est là que les cigarettes sont vendues.

« Tous ces gros commerçants ont des relations avec le grand patron de Kidal », a-t-il dit, « ce qui signifie qu’ils sont protégés. »

Sid Ahmed, le porte-parole du MNLA, a ajouté sur ce point: «Les trafiquants passent une commande importante auprès d’un marchand à Gao ou à Tombouctou. Les commerçants transportent [le produit] de Bamako à Gao et / ou Tombouctou. De Gao, il va en Algérie [et] en Libye et de Tombouctou en Mauritanie et en Algérie. »

La société qui gère l’entrepôt, SONATAM – la société d’État du tabac dont les actionnaires comprennent l’Impériale et la Libyan Arab African Investment Company – est le distributeur de BAT au Mali depuis des années. La plupart des cigarettes qui transitent par son entrepôt à Gao sont des Dunhills de l’usine BAT à Heidelberg, près de Johannesburg, qui ont représenté jusqu’à 37% des exportations totales de cigarettes de l’Afrique du Sud ces dernières années.

Contrairement aux marques produites localement, les Dunhills sud-africains sont livrés dans des emballages couverts d’avertissements sanitaires dans une langue européenne majeure, le français, connu dans l’industrie sous le nom de «label propre», ce qui signifie qu’ils peuvent être vendus sur le marché gris.

David Reynolds, qui a construit le programme de Japan Tobacco International sur la lutte contre le commerce illicite du tabac, a déclaré que BAT en Afrique du Sud est «notoire» pour sa surproduction dans la région.

«La règle est toujours la même: l’offre excédentaire et l’absence de contrôles locaux conduisent au commerce gris. Cela fait partie intégrante du modèle commercial de BAT – et d’autres fabricants de cigarettes – depuis des années », a-t-il déclaré.

«Si vous combinez une grande marque internationale haut de gamme, ainsi qu’une offre excédentaire sur un marché marginal, comme le Mali, avec un label propre, vous avez toutes les caractéristiques d’un détournement intentionnel vers le commerce parallèle [illicite].»

Des documents obtenus par l’OCCRP ont permis de mieux comprendre comment les Dunhills de BAT tombent aux mains de groupes armés dans le nord du Mali.

Un document de 2013 montre que la SONATAM distribue entre 25% et 75% des trois marques de cigarettes BAT vendues au Mali. Trois de ses entrepôts et points de distribution se trouvent dans des zones contrôlées par les rebelles, notamment Gao, ainsi que Tombouctou et Mopti dans le nord du pays.

Une présentation de BAT de 2013 qualifie le nord du Mali de «zone de guerre», mais note que BAT a néanmoins identifié les futurs stockistes et réseaux à Gao, Tombouctou et Kidal. Un autre de 2017 met en lumière «l’insurrection extrémiste» dans huit des régions du Mali, notant que trois d’entre elles «restent complètement dangereuses à opérer en raison d’activités terroristes».

Cependant, une note de stratégie interne datant de 2015 montre que BAT prévoit d’augmenter ses activités dans ces régions. Le plan, appelé «Tempête du désert» dans une référence apparente à l’opération militaire dirigée par les États-Unis pendant la guerre du Golfe, explique comment atteindre le «plein potentiel» de leurs marques au Mali en incitant la SONATAM à atteindre ses objectifs de vente dans des domaines tels que l’insurrection Régions.

«Comme nous le savons, dans un marché sombre, la guerre est gagnée sur le champ de bataille sans pitié pour nos concurrents», indique le mémo.

Une présentation de 2007 fait écho au langage de la ruée vers l’Afrique de l’époque coloniale de l’Europe pour décrire le concours des «joyaux de la couronne» du Mali et du Ghana, faisant de l’Afrique de l’Ouest un champ de bataille et parlant de «combattre à mort l’ITG [Imperial Tobacco Group]» et une «attaque PMI [Philip Morris International]».

«Le Mali était un marché si important que BAT a entrepris une stratégie à deux volets», a déclaré Andy Rowell, un chercheur de l’Université de Bath travaillant avec le chien de garde anti-tabac STOP.

«La société a entrepris d’obtenir une« licence d’exploitation »en bavardant des fonctionnaires du gouvernement. Dans le même temps, la société a cherché à «retarder et perturber» les opérations de l’opposition. »

D’autres documents BAT exposent sa stratégie pour augmenter sa part de marché contre les cigarettes à bas prix à Bamako et «UPC» – jargon pour «Up Country» – y compris une analyse détaillée de la concurrence. Ils montrent également la capacité fine de l’entreprise à cartographier et suivre la contrebande en Afrique de l’Ouest: une présentation datant d’environ 2006 répertorie les «informateurs» de BAT au Mali et au Niger.

Telita Snyckers, avocate qui occupait auparavant des postes de direction au South African Revenue Service et auteur du livre Dirty Tobacco: Spies, Lies and Mega-Profits, a qualifié l’opération de «truc d’espionnage d’entreprise».

Les diapositives de la présentation de 2007 traitent de la stratégie de BAT pour l’Afrique de l’Ouest, y compris le Mali, soulignant la nécessité de «développer la VFM sur les marchés de la liberté et au Mali». Snyckers a déclaré que VFM, ou «Value For Money», est un euphémisme pour la contrebande et les canaux illicites.

Dans une autre présentation de 2009, un groupe de responsables juridiques et de sécurité de BAT a appris que «le Mali, en tant que principal marché qui a le plus grand volume de commerce illicite, est celui où nous avons le plus à gagner en augmentant l’espace commercial contestable.»

Un porte-parole de BAT a refusé de commenter les documents sans les voir avant la publication de cet article, mais a ajouté: «Nous ne sommes pas au courant des expressions« marché noir »ou« marques de bon rapport qualité-prix »liées au commerce illicite.»

Erreurs extraordinaires ou mensonges à visage nu

La contrebande de tabac endémique au Mali n’est pas seulement due aux fabricants de cigarettes. Les rapports de l’OCCRP indiquent qu’il y a peu de surveillance de l’État sur l’industrie.

D’une part, le gouvernement a négligé les inexactitudes flagrantes dans les chiffres du partenaire de distribution de BAT, Imperial, qui a déclaré pendant deux années consécutives dans ses comptes publics que la SONATAM versait chaque année 5,5 millions d’euros d’impôts de plus que son chiffre d’affaires total.

L’analyste financier ouest-africain Oumar Ndiaye a qualifié les chiffres d ‘«impossibles». Certains anciens dirigeants du tabac au Mali ont rejeté les chiffres du chiffre d’affaires de la SONATAM comme des mensonges délibérés aux autorités fiscales.

L’Impériale les a attribués à une erreur de conversion monétaire, les francs CFA d’Afrique de l’Ouest n’ayant pas été convertis par erreur en euros. La société a cependant refusé de fournir des documents et a renvoyé les journalistes au gouvernement malien, qui n’a pas répondu à plusieurs demandes de commentaires.

Alex Cobham, directeur général du Tax Justice Network et expert en évasion fiscale des multinationales, a déclaré que l’explication de l’Impériale «ne tient pas debout» et que répéter les mêmes chiffres sur plusieurs années est «invraisemblable».

«Quiconque a écrit ces chiffres pensait que personne ne les regarderait jamais», a-t-il déclaré. «Soit ils font des erreurs extraordinaires, année après année, soit ils vous disent des mensonges, ou les deux.

Il a également reproché au vérificateur de la société, PricewaterhouseCoopers, d’avoir apparemment accepté la comptabilité de mauvaise qualité.

«L’idée que l’un des plus grands cabinets comptables au monde, qui se targue de l’audit des multinationales pour s’assurer qu’elles se comportent comme elles le devraient, n’aurait rien retenu de tout cela dans leur processus d’audit annuel rigoureux est difficile à concilier. toute affirmation selon laquelle l’impôt sur les sociétés est payé ou vérifié sur une base appropriée », a-t-il déclaré.

On ne sait pas qui a rassemblé les chiffres «impossibles».

L’histoire de l’Impériale en Afrique de l’Ouest
L’Impériale a hérité d’une grande partie des activités du tabac en Afrique de l’Ouest du Groupe Bolloré, un géant des anciennes colonies françaises qui exploite un certain nombre de ports en Afrique et des sociétés de logistique dans le monde entier.

L’achat de tabac a acheté à l’Impériale une pile de connexions d’élite. Parmi les administrateurs de SITAB, filiale impériale en Côte d’Ivoire, figurait un proche de l’ancien président Félix Houphouët-Boigny. Lassine Diawara, président du conseil d’administration de MABUCIG, un fabricant de cigarettes burkinabé. Sa biographie en ligne indique qu’il est chevalier de l’Ordre national du mérite en France. Il a voyagé avec Blaise Compaoré, l’ex-président du Burkina Faso. La SONATAM a été dirigée pendant plusieurs années par Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, devenu Premier ministre du Mali pour une courte période en 2011.

Ross Delston, un avocat basé aux États-Unis et expert en conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent qui a travaillé en Afrique de l’Ouest, a déclaré que le gouvernement malien pourrait bien être incité à ignorer des années d’erreurs évidentes.

«Toute autorité gouvernementale qui détient un monopole sur un produit donné présente également un risque élevé de corruption», a-t-il déclaré après avoir discuté des chiffres de la SONATAM avec l’OCCRP. «Il est tout simplement trop facile d’écumer un peu, ou plus d’un peu, pour les personnes au sommet.»

Touré, l’ex-employé de l’agent de BAT au Mali, a accepté, affirmant que l’État partageait la responsabilité des mauvais comptes, ajoutant: «Je pense que [dans] des États corrompus comme le nôtre, l’industrie du tabac a beaucoup de pouvoir sur leurs dirigeants. »

Le gouvernement malien a refusé de commenter.

Les chiffres du commerce de l’ONU indiquent également des années d’écarts équivalant à des millions de dollars dans le prix des importations de cigarettes du pays.

Le Mali a importé plus de 3 millions de kilogrammes de cigarettes d’Afrique du Sud chaque année en 2016 et 2017, ce qui représente environ 95% des importations de cigarettes du pays. Un ancien responsable de BAT a déclaré que les seules cigarettes importées par le Mali en provenance d’Afrique du Sud sont les cigarettes Dunhill de BAT, un point confirmé dans un précédent document BAT.

Si l’ancien employé a raison, BAT a déclaré au gouvernement sud-africain qu’il vendait les cigarettes à moins de 7 dollars le kilogramme, tandis que la SONATAM a déclaré avoir acheté les cigarettes à 15 dollars le kilogramme en 2016 et 2017, les années pour lesquelles les données commerciales de l’ONU sont disponibles. pour le Mali. L’écart se situe entre 29,1 millions de dollars et 32,8 millions de dollars par an, et semble s’être poursuivi par la suite, selon les données du gouvernement malien disponibles pour 2018.

On ne sait pas exactement ce qui se cache derrière la différence.

Un fonctionnaire des douanes maliennes a rejeté les chiffres comme un retard probable dans la déclaration des expéditions.

Deux anciens initiés de l’industrie du tabac ont déclaré à l’OCCRP que la fausse facturation commerciale, une méthode de transfert d’argent à travers les frontières qui implique une falsification délibérée du volume ou du prix des marchandises, est une pratique courante dans les relations de l’entreprise avec le Mali.

«La facturation erronée, la sous-facturation et la surfacturation, et la facturation directe au Royaume-Uni plutôt que dans le pays de livraison ont toutes été utilisées à un moment ou à un autre», a déclaré l’un d’eux.

Cobham, du Tax Justice Network, a déclaré que le trop-payé de la SONATAM est «tout à fait conforme à la longue histoire de la manipulation des prix du commerce des produits de base à des fins de transfert de bénéfices».

Ce n’est apparemment pas inhabituel pour BAT. En 2019, l’organisation de Cobham a rédigé un rapport selon lequel BAT utilisait diverses méthodes pour transférer les bénéfices hors des pays plus pauvres, à une échelle qui pourrait priver huit pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud de près de 700 millions de dollars américains de recettes fiscales jusqu’en 2030.

«L’essentiel est que BAT manipule le prix du même produit et de la transaction d’une manière qui ne peut être justifiée par d’éventuels frais de transport, et tout auditeur digne de ce nom aurait dû s’en emparer», a-t-il déclaré.

SONATAM n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

L’Impériale n’a pas répondu à plusieurs demandes de clarification de l’OCCRP, affirmant seulement que l’entreprise «était attachée à des normes élevées de gouvernance d’entreprise» et «totalement opposée à la contrebande qui ne profite à personne d’autre qu’aux criminels impliqués».

Un porte-parole de BAT a déclaré que les prix de son tabac «sont conformes à ce que les parties externes et indépendantes factureraient», ce qui est documenté dans la stratégie fiscale de l’entreprise.

«Les entités BAT… se conforment à toutes les lois et réglementations fiscales applicables dans les pays où nous opérons», a-t-il déclaré.

PricewaterhouseCoopers et son partenaire français Xavier Belet, qui audite les comptes de la SONATAM, ont ignoré plusieurs demandes de commentaires de l’OCCRP.

Amis sur le terrain

Depuis les entrepôts de Gao, Tombouctou et Mopti, les Dunhills coulent vers le nord sans être contrôlés par les régulateurs maliens.

«Avec l’insécurité, les douanes ont abandonné une partie importante du nord à cause des narcotrafiquants», a déclaré Aboubacar Sidiki Kone, un douanier malien.

Même si les douanes occupaient les postes désertiques isolés du Mali dans le nord, on ne sait pas ce qu’elles feraient. Un document interne obtenu par l’OCCRP montre que les douanes et la police maliennes étaient parrainées par BAT.

Dans une présentation de 2013, BAT présente un «plan d’action» pour une série de raids programmés à effectuer par les douanes et la police maliennes en collaboration avec des agents de l’entreprise, comptant les saisies de cigarettes illicites effectuées par ses concurrents. Un ordre de mission et un protocole d’accord dans la présentation montrent que BAT était censé payer pour ces raids.

Un ancien employé de BAT a décrit des employés au Mali fournissant des renseignements sur la contrebande aux agents des douanes, les aidant à saisir les marques d’autres fabricants.

Sory Coulibaly, ancien responsable des ventes pour un distributeur de BAT au Mali, a ajouté que BAT avait adouci l’accord, équipant les agents des douanes et la police de motos et de petits bateaux de patrouille. Touré a ajouté que BAT a donné à la douane plusieurs nouvelles voitures chaque année.

tabac / AIT-Monthly-Report-Octobre-2013.jpg
Crédit: OCCRP
Une diapositive montrant le plan d’action 2013 de BAT pour les raids à effectuer par les douanes et la police maliennes en collaboration avec les agents de l’entreprise.
La coopération entre les douanes maliennes et BAT a été officialisée en 2019, lorsque les médias locaux ont rapporté l’annonce par les douanes maliennes d’un protocole d’accord avec la société de tabac.

Les accords avec les agences douanières sont une stratégie de longue date de l’industrie du tabac, détaillée dans un article publié par la revue Tobacco Control du BMJ la même année. Eric Crobie, Stella Bialous et Stanton A. Glantz ont constaté qu’il existe plus de 100 protocoles d’accord de ce type dans le monde, qu’ils violent les traités internationaux de lutte antitabac de l’Organisation mondiale de la santé et sont inefficaces pour réduire la contrebande.

Les protocoles d’accord (PE) ont été considérés par les sociétés transnationales de tabac comme «utiles pour donner accès aux décideurs et promouvoir l’image [des sociétés de tabac] en tant que partenaires gouvernementaux», ont écrit les auteurs.

Dans le cas du Mali, les détails de ni son accord avec BAT ni un protocole d’accord qu’il a signé avec SONATAM sont faciles à trouver. Abdel Kader Sangho, directeur du centre de formation des douanes, a ignoré plusieurs demandes de journalistes.

Touré, l’expert malien de la lutte antitabac, a déclaré que les lois sur le tabac du pays sont faibles et qu’elles sont peu appliquées sur le terrain. «Nos textes anti-tabac ne sont pas forts et la plupart de nos dirigeants sont corrompus», a déclaré Touré. «Les textes existent, mais il reste à les appliquer sur le terrain.»

Aujourd’hui, les statistiques de la SONATAM affirment que les niveaux de contrebande au Mali sont à un niveau record, tandis que BAT continue d’inonder le pays avec des cigarettes dépassant de loin la demande.

Des preuves anecdotiques suggèrent que les flux de tabac de contrebande pourraient même augmenter. Touré a déclaré qu’il avait observé que le nombre de Dunhills se déplaçant vers le nord avait récemment augmenté.

«Je suis sûr que ces cigarettes sont destinées à d’autres pays, au Niger, à l’Algérie et à d’autres», a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, BAT et le gouvernement malien prévoient de fabriquer plus de cigarettes dans le pays. En 2017, ils se sont associés pour construire une nouvelle usine de 18,2 millions de dollars, selon les médias locaux. Il devrait ouvrir cette année avec la capacité de produire 3 milliards de Dunhills par an.

Sandrine Gagné-Acoulon a contribué au reportage.

Source : Organized crime and corruption reporting project, 26 fév 2021

MaliwebInternational
Des milliards de cigarettes, la plupart fabriquées par BAT, sont passées en contrebande au nord du Mali chaque année en route vers les marchés gris du Sahel et de l’Afrique du Nord. Principales conclusions -Les profits de la contrebande de cigarettes alimentent la lutte sanglante entre les djihadistes, les milices armées...