Les homicides volontaires ou involontairement commis tuent beaucoup plus de personnes que les conflits armés. Selon une publication des Nations-Unies en date du lundi 8 juillet 2019, des chercheurs onusiens ont homologué la teneur de leur rapport d’étude sur des crimes commis dans le monde. Lequel rapport révèle qu’en 2017, il y a eu plus de personnes mortes d’homicides que de conflits armés.

 

Plus de confusion au sujet du nombre de victimes provenant d’homicides et de conflits armés. Pour cause, près de 464 000 personnes dans le monde ont été victimes de violences meurtrières en 2017.Soit plus de cinq fois le nombre de personnes tuées dans les conflits armés courant la même période, annonçaient les chercheurs onusiens le lundi dernier. Dans ce présent rapport d’étude de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), il est précisé que l’Amérique centrale est la région la plus dangereuse à vivre avec un nombre d’homicide ayant augmenté dans certains « points chauds » pour atteindre 62,1 pour 100.000 personnes. Quant à l’étude mondiale sur les homicides 2019 de l’ONU, les endroits les plus sûrs se trouvent en Asie, en Europe et en Océanie (Mélanésie, Micronésie-Polynésie), où les taux d’homicides sont en dessous de la moyenne mondiale de 6,1.Pour le continent africain, 13,0 est retenu par l’ONUDC comme le taux d’homicide qui est inférieur à celui de l’Amérique dont le nombre a déjà atteint 17,2.Suivant les propos du directeur exécutif de l’ONUDC,Yury Fedorov, le crime à lui seul est responsable de 19 pour cent des homicides en 2017,et a causé « beaucoup plus de morts dans le monde que les conflits armés et le terrorisme réunis ».A en croire les auteurs du rapport, la criminalité organisée déstabilise les pays, sape le développement socioéconomique, et mine l’état de droit. Pour M.Fedotov, si des mesures idoines ne sont pas prises par la communauté internationale, les objectifs de «  l’objectif 16 du développement durable, à savoir réduire sensiblement d’ici 2030 toutes les formes de violence et le taux de mortalité y affèrent », ne pourront pas être atteints. Suivant les données provenant de 41 pays, le nombre de victimes des hommes représente plus de 50% dans ces cas d’homicides, lit-on dans ce rapport qui souligne aussi que les filles tout comme les garçons âgés de neuf ans et moins sont aussi concernés par ce phénomène. « Dans toutes les régions, la probabilité que les garçons deviennent victimes d’homicides augmente avec l’âge, tandis que ceux qui ont entre 15 et 29 ans sont les plus exposés au risque d’homicide dans le monde », expliquent les auteurs du rapport qui ajoutent : « En Amérique par exemple, le taux de victimes parmi les jeunes de 18 à 19 ans est estimé à 46 pour 100 000, bien plus élevé que dans les autres régions. Tandis que les armes à feu sont également impliquées dans les homicides en Amérique qu’ailleurs ». A lire le rapport, plus de neuf suspects sur dix hommes sont victimes d’homicides dans des affaires. Bien que leur nombre soit peu important par rapport aux hommes, les données onusiennes attestent que les femmes et les jeunes filles continuent d’être victimes d’homicides. Pour ainsi pallier ce problème, le rapport onusien a identifié plusieurs défis à relever : la lutte contre la corruption, la résolution du problème de chômage, la criminalité, la consommation des stupéfients, la prolifération et l’usage des armes ….Aux dires du directeur exécutif, Fedotov, les meurtres sont souvent concentrés dans des Etats, provinces et des villes spécifiques. « Il faut s’attaquer à la violence meurtrière dans ces points chauds pour baisser le taux global d’homicide », dit-il. Bien que cette étude onusienne indique que le nombre d’homicide est passé de près de 400 000 en 1992 à plus de 460 000 en 2017, elle exprime aussi que le taux mondial réel d’homicide a diminué de 7,2 en 1992 à 6,1 en 2017, en raison de la croissance démographique.

Mamadou Diarra

Le Pays

MaliwebInternational
Les homicides volontaires ou involontairement commis tuent beaucoup plus de personnes que les conflits armés. Selon une publication des Nations-Unies en date du lundi 8 juillet 2019, des chercheurs onusiens ont homologué la teneur de leur rapport d’étude sur des crimes commis dans le monde. Lequel rapport révèle qu’en...