Beyrouth – Au moins 65 jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Syrie ont été tués depuis lundi dans l’est de la Syrie, principalement dans des raids aériens de la coalition internationale menée par Washington, a rapporté mercredi une ONG.

Ces frappes interviennent alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde partenaire clé de la coalition au sol, ont annoncé fin octobre la suspension de leurs opérations anti-EI, après des bombardements turcs visant des positions militaires kurdes dans le nord syrien.

Mercredi soir, au moins 20 jihadistes ont été tués dans la province de Deir Ezzor par des raids aériens de la coalition, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les combattants de l’EI ont été visés lors d’un assaut qu’ils ont lancé contre le champ pétrolier d’Al-Tanak, en état d’activité mais aussi utilisé comme position militaire par les FDS, a précisé l’Observatoire.

Ce champ pétrolier est situé à quelques km au nord de Hajine, un village qui constitue avec ses alentours le dernier réduit des jihadistes en Syrie.

Ces nouvelles frappes interviennent après la mort de 28 jihadistes de l’EI, lundi et mardi, dans des raids similaires, a précisé à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Sollicité par l’AFP, un porte-parole de la coalition n’a pas réagi dans l’immédiat.

L’OSDH, qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, détermine les auteurs des raids à partir du type d’avion utilisé, du lieu de la frappe, des plans de vol et des munitions utilisées.

– “Opérations de défense” –

Ces pertes s’ajoutent à celles essuyées lundi par le groupe jihadiste, lorsque 17 de ses membres ont été tués dans des affrontements avec les FDS, d’après l’OSDH.

L’alliance kurdo-arabe a été contrainte de répliquer à une attaque jihadiste en dépit de l’arrêt de ses opérations dans le secteur, a précisé l’ONG.

Un porte-parole des FDS, Kino Gabriel, avait récemment expliqué à l’AFP que malgré la suspension de l’offensive contre l’EI, les “opérations de défense” n’étaient pas interrompues.

Dimanche, l’EI avait tué 12 membres des FDS dans une attaque à la voiture piégée contre une position de l’alliance kurdo-arabe, selon l’OSDH.

En septembre, celle-ci avait lancé avec le concours de la coalition internationale une offensive contre les localités de Hajine, Soussa et Al-Chaafa, non loin de la frontière avec l’Irak.

Après avoir progressé, les FDS ont subi fin octobre un dur revers en raison de contraintes climatiques et de contre-attaques meurtrières jihadistes.

La coalition kurdo-arabe a annoncé le 31 octobre interrompre son offensive quand la Turquie a bombardé à l’artillerie des positions militaires kurdes, notamment dans les régions de Kobané et de Tal Abyad (nord).

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’implication de pays étrangers et de groupes jihadistes.

Il a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

(©AFP / 07 novembre 2018 18h21)

MaliwebInternational
Beyrouth - Au moins 65 jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Syrie ont été tués depuis lundi dans l'est de la Syrie, principalement dans des raids aériens de la coalition internationale menée par Washington, a rapporté mercredi une ONG. Ces frappes interviennent alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS),...