Les dirigeants des pays riches du « Groupe des Sept » arrivent à partir de jeudi au Canada pour un sommet annuel exceptionnellement tendu, en raison des taxes douanières imposées récemment à ses alliés par Donald Trump, resté sourd aux protestations. 

Après des mois de vaines rencontres bilatérales, le président américain se confrontera vendredi et samedi à La Malbaie, au Québec, directement aux dirigeants du Canada, de trois pays européens, France, Allemagne et Royaume-Uni, ainsi que du Japon, des pays amis qui craignent que la politique de « l’Amérique d’abord » ne se révèle coûteuse pour la croissance mondiale.

Dans les capitales, le sommet s’est préparé comme un match à six contre un. Après le retrait unilatéral de Washington de l’accord sur le nucléaire iranien, l’escalade tarifaire est vécue comme la négation même de la raison d’être du G7, la garantie de l’ordre international.

« Pour nous, les taxes sont illégales, ce qui complique l’élaboration d’un texte commun », grinçait cette semaine un haut responsable européen. La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé des « controverses ».

Avec Emmanuel Macron, arrivé en avance mercredi au Canada, l’hôte du sommet Justin Trudeau n’a rien cédé sur le vocabulaire, défendant dans une déclaration conjointe « un multilatéralisme fort, responsable, transparent », une formule qu’on voit mal Washington adopter.

Le conflit sur les taxes est tel que le sommet pourrait ne pas accoucher d’une déclaration finale commune, au-delà de parties consensuelles sur la pollution des océans ou l’égalité hommes-femmes.

« Si la résistance américaine va trop loin, il ne faudra pas sacrifier nos principes, nos intérêts à une unité de façade », dit l’Elysée. Pas question, donc, de ne pas mentionner l’accord de Paris, ou d’accuser l’Iran de ne pas respecter le texte nucléaire.

Sur le commerce, la France veut aussi dire « que le commerce doit être ouvert, libre, équitable entre les Etats du G7 ».

L’Elysée a noté après un long dîner entre les dirigeants français et canadien qu’ils s’étaient accordés « pour dire que s’il n’y avait pas d’autre option ils n’hésiteraient pas à isoler les Etats-Unis ».

– « Querelle familiale » –

Mais Donald Trump n’a démontré aucune intention de mettre de l’eau dans son vin, trop heureux d’être passé à la vitesse supérieure dans sa politique néo-protectionniste, après une première année hésitante.

Il est persuadé qu’en tant que première puissance économique mondiale, il domine le rapport de force et obligera ses partenaires à céder à ses injonctions et à importer plus de produits américains. Même si pour l’instant, Canada et Union européenne résistent et ont répliqué avec des contre-tarifs.

« Il y a peut-être des désaccords, je préfère parler de querelle familiale », dit le conseiller économique du président, Larry Kudlow, qui assure que son patron exige seulement de la « réciprocité ».

Le discours officiel américain est que Donald Trump est le sauveur, et non le fossoyeur d’un ordre international désormais faussé par les tricheurs, la Chine en tête. Mais l’Allemagne et ses voitures, le Canada et son acier sont aussi jetés, à leur grande incompréhension, dans le lot des profiteurs…

Au point que le sommet de Singapour du 12 juin, entre l’Américain et le dictateur Kim Jong Un, s’annonce paradoxalement comme plus chaleureux qu’avec les « amis » du G7.

– Le bilatéralisme d’abord –

Ce n’est pas le premier différend du groupe, dont la première réunion fut organisée par Valéry Giscard d’Estaing à Rambouillet en 1975. En 2014, la Russie de Vladimir Poutine avait été exclue du « G8 », élargi pour elle en 1998.

Mais cette fois, les Etats-Unis cherchent une réponse en dehors du système multilatéral, ne faisant plus confiance à l’Organisation mondiale du commerce et autres institutions. Il tente aussi de contourner l’Union européenne, premier bloc économique mondial pour l’instant uni.

« Trump va utiliser toutes les ficelles pour fissurer les six autres, pour qu’ils craquent, et fassent ce que veut Trump, à savoir des négociations bilatérales », dit Laurence Nardon, de l’Institut français des relations internationales. « Jusqu’à présent les six ont tenu bon, mais Trump n’en a pas terminé ».

Le duo Trudeau-Macron aura l’occasion d’afficher ce front commun lors d’une conférence de presse jeudi matin, un jour avant le début du sommet vendredi.

Mais l’auteur de « The Art of the Deal » a démontré, en plus de 500 jours au pouvoir, qu’il était peu enclin à se laisser attendrir.

« La tendance du président, quand il est critiqué, est de contre-attaquer », rappelle William Alan Reinsch, du centre de réflexion CSIS à Washington.

AFP

MaliwebInternational
Les dirigeants des pays riches du « Groupe des Sept » arrivent à partir de jeudi au Canada pour un sommet annuel exceptionnellement tendu, en raison des taxes douanières imposées récemment à ses alliés par Donald Trump, resté sourd aux protestations.  Après des mois de vaines rencontres bilatérales, le président américain se...