Les forces russes ont continué, le mardi 5 juillet, d’avancer dans le Donbass, bassin industriel de l’est de l’Ukraine qu’elles veulent finir de conquérir, avec dans le viseur la ville de Sloviansk.

 

Après la chute dimanche de Lyssytchansk, ville stratégique pour la conquête du Donbass, les forces russes progressent vers l’ouest et Sloviansk.

Et « de violents combats ont lieu (…) près de Lyssytchansk », a précisé mardi soir le gouverneur de la région de Lougansk Serguiï Gaïdaï, cité par l’AFP.

Les forces russes « essaient constamment de construire des passages pour transférer encore plus de matériel » vers la région de Donetsk, qui forme le Donbass avec celle de Lougansk.

Les troupes russes ont progressé mardi vers l’ouest en direction de Sloviansk et de Kramatorsk, les deux plus grandes villes de la province de Donetsk, encore sous contrôle ukrainien.

En matinée, elles se trouvaient à une dizaine de kilomètres de Siversk, qu’elles pilonnent depuis plusieurs jours, et donc à une cinquantaine de kilomètres de Sloviansk.

L’armée russe a affirmé mardi avoir bombardé deux postes de commandement ukrainiens à Donetsk.

La Russie a par ailleurs déclaré mardi enquêter sur des tortures qu’avaient subies des soldats russes capturés par les forces ukrainiennes et libérés lors d’un échange de prisonniers avec l’Ukraine.

Le ministère russe de la Défense a aussi affirmé mardi soir que dans la région de Donetsk, des « nationalistes » ukrainiens préparaient « une provocation avec l’utilisation de substances toxiques » –de grandes quantités de chlore amenées dans une station de filtration minée, selon le ministère.

Il a ajouté que l’armée ukrainienne utilisait des infrastructures chimiques pour y baser ses hommes et ses armes, créant « les conditions préalables à des accidents pouvant entraîner la mort de milliers de civils ».

C’est dans ce contexte que s’est achevé mardi soir une conférence internationale de deux jours à Lugano (Suisse) organisée pour tenter de dessiner les contours de la reconstruction de l’Ukraine, dont Kiev évalue le coût à 750 milliards de dollars.

La déclaration adoptée mardi indique que les signataires « s’engagent pleinement à soutenir l’Ukraine tout au long de son parcours ».

Entre-temps à Bruxelles, les trente pays membres de l’Otan ont lancé mardi le processus de ratification pour les adhésions de la Suède et de la Finlande, qui permettra à l’Alliance d’organiser une ligne de défense unie de l’Arctique à la Méditerranée face aux menées russes, mais dépendra aussi du bon vouloir d’Ankara.

« A 32, nous serons encore plus forts (…) au moment où nous faisons face à la plus grave crise sécuritaire depuis des décennies », a estimé le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg. « Mais cela va prendre plusieurs mois ».

Source : Almanar.com

MaliwebInternational
Les forces russes ont continué, le mardi 5 juillet, d’avancer dans le Donbass, bassin industriel de l’est de l’Ukraine qu’elles veulent finir de conquérir, avec dans le viseur la ville de Sloviansk.   Après la chute dimanche de Lyssytchansk, ville stratégique pour la conquête du Donbass, les forces russes progressent vers...