Un homme de 23 ans habitant Argenteuil, dans le Val-d’Oise, et se présentant comme “nationaliste”, a été mis en examen samedi pour entreprise individuelle terroriste, selon des informations de RMC. Il voulait s’en prendre au président de la République lors du défilé du 14 juillet.

emmanuel macron president francais discours

Il comptait s’en prendre à Emmanuel Macron. Un homme de 23 ans habitant à Argenteuil dans le Val-d’Oise, et proche de l’idéologie d’extrême-droite, a été mis en examen samedi pour entreprise individuelle terroriste. Il voulait s’en prendre notamment au président de la République lors du défilé du 14 juillet, sur les Champs-Elysées. C’est un signalement sur Internet qui a permis l’interpellation de cet homme. Lors d’une conversation sur un site de jeux vidéo, il avait écrit qu’il cherchait à acheter une arme de type kalachnikov pour commettre un attentat. Des propos signalés sur la plateforme internet-signalement.gouv.fr. Lorsque les policiers du Val-d’Oise sont venus l’interpeller mercredi, il les a menacés avec un couteau de cuisine. Les enquêteurs ont également retrouvé deux autres armes blanches dans sa voiture.
Déjà condamné en 2016 pour apologie du terrorisme
En garde à vue, l’homme a déclaré vouloir faire un geste politique en tuant le président de la République lors du défilé du 14 juillet, sur les Champs-Elysées. Il voulait aussi s’en prendre “aux noirs, aux arabes, aux juifs ou aux homosexuels”, selon ses déclarations. Lui-même se décrit comme un “nationaliste”. Ce jeune homme sans emploi, instable psychologiquement mais conscient et déterminé, a déjà été condamné en 2016 pour apologie du terrorisme. Le 14 juillet 2002, Maxime Brunerie, un militant d’extrême-droite néonazi avait tenté d’assassiner le président de la République Jacques Chirac, lors du défilé militaire, à l’aide d’une carabine 22 Long Rifle.

http://rmc.bfmtv.com

MaliwebInternational
Un homme de 23 ans habitant Argenteuil, dans le Val-d’Oise, et se présentant comme “nationaliste”, a été mis en examen samedi pour entreprise individuelle terroriste, selon des informations de RMC. Il voulait s’en prendre au président de la République lors du défilé du 14 juillet. Il comptait s’en prendre à...