Du 2 au 4 février, le Conseil supérieur des Imghads et Alliés tiendra à Gao une rencontre autour de la cohésion sociale et du vivre ensemble. La question sécuritaire sera aussi au cœur des échanges, avant une autre rencontre, plus large, sur les mêmes sujets. Alhamdou Ag Illyene,  Vice-président du Conseil et ancien ambassadeur du Mali au Niger, répond aux questions de Journal du Mali sur cette initiative.

 

Pourquoi cette rencontre ?

La cohésion sociale, le vivre ensemble, mais aussi la sécurité, dans le cadre de l’Accord.

Quels sont les thèmes qui seront traités ?

D’abord la réconciliation. Par choix politiques et options diverses, les personnes ont été amenées à se dissocier. Cela a dégénéré par endroits et a même conduit à des conflits. Il y a des antagonismes et des conflits d’intérêts et de leadership qui ont fait que les gens se sont retrouvés de part et d’autre. Certains dans la République, certains dans les mouvements, certains dans des mouvements opposés et d’autres dans des groupes armés non signataires. Tout cela a amené des tensions qui aujourd’hui causent énormément de préjudices à la population. Il y a eu des morts d’hommes. Maintenant, il faut une normalisation. Il est important que les gens s’acceptent dans leur diversité. Certains vivent sur le même espace et sont dans des mouvements différents, à la CMA, à la Plateforme, dans des partis de l’Opposition ou de la Majorité. De 2012 à nos jours, il y a eu trop de conflits. Il faudra panser toutes ces plaies et revivre les uns aux côtés des autres.

C’est une rencontre des Imghad et Alliés uniquement ?

Pas seulement. Il y a des Imghad qui sont à la CMA et d’autres qui ne sont dans aucun mouvement, même si c’est rare. Il s’agit essentiellement de communautés des deux côtés du fleuve, Haoussa et Djerma, et de Ménaka et Kidal. Nous essayerons d’identifier les foyers de tensions pour les assainir.

D’autres communautés vivent les mêmes situations, pourquoi ne pas les associer ?

Cela est prévu lors de la grande rencontre que le comité de pilotage va organiser plus tard. Nous l’avons reportée pour des problèmes de logistiques et de calendrier. Il nous semblait plus intelligent de régler les conflits à petite échelle d’abord.  

Quelle lecture faites-vous des attaques contre la coalition MSA / GATIA à Ménaka et Gao ?

Le MSA et le GATIA sont des mouvements qui ont pris des positions, adopté une certaine ligne de conduite. La question est pourquoi ces deux mouvements seulement sont attaqués? L’Accord est très clair. Il a des principes, la paix, la réconciliation et la sécurisation, ce que le MSA et le GATIA font. Quand vous vous attaquez à ceux qui créent l’insécurité, attendez-vous à des réactions.

Journal du mali

MaliwebInterviews
Du 2 au 4 février, le Conseil supérieur des Imghads et Alliés tiendra à Gao une rencontre autour de la cohésion sociale et du vivre ensemble. La question sécuritaire sera aussi au cœur des échanges, avant une autre rencontre, plus large, sur les mêmes sujets. Alhamdou Ag Illyene,  Vice-président...