Dans l’entretien qu’elle a bien voulu accorder au Journal du Mali, l’Ambassadrice de France, Mme Evelyne Decorps, évoque les difficultés liées à la mise en œuvre de l’Accord et du rôle de la communauté internationale et de la France dans la paix au Mali.

evelyne decorps ambassadeur france mai discours

Concrètement, que fait la France pour accompagner le Mali dans le processus de paix ?

Nos armées travaillent ensemble dans la lutte contre le terrorisme. Nous avons également, à travers le Conseil de paix et de sécurité, joué un rôle important dans les deux dernières résolutions : celle sur la force conjointe et celle sur le mandat de la MINUSMA. Nous sommes présents quotidiennement sur l’application de l’Accord de paix. Nous parlons avec le gouvernement, avec les différents représentants des mouvements, à l’intérieur et en dehors du CSA. Nous sommes engagés dans le financement d’actions de développement. Nous avons dépensé depuis 2013 plus de 100 millions d’euros uniquement dans le Nord et dans le Centre en actions d’urgence.

Deux ans après la signature de l’Accord de paix, on est toujours dans l’impasse. Selon vous, à quoi est-elle due et que peut faire la communauté internationale ?

Moi je ne parlerai pas d’impasse, c’est un mot que je refuse. L’Accord est un processus et nous savons très bien que les processus prennent du temps. Il y a eu des avancées fortes et puis, ensuite, on est revenu en arrière. Je crois que le vrai fondement pour l’avancée de l’Accord, c’est la confiance entre les interlocuteurs, c’est-à-dire la confiance des mouvements vis-à-vis du gouvernement et la confiance entre les mouvements eux-mêmes. Quels que soit les reproches que les parties peuvent se faire, chacune d’elles a ses propres responsabilités. Les conditions de la paix sont liées au DDR, qu’il va falloir mettre en place. Elles sont liées à la décentralisation accrue et poussée. Que les gens fassent ce qu’ils se sont engagés à faire, qu’ils se désarment, parce qu’à l’heure actuelle nous avons des mouvements armés signataires qui se promènent avec des armes. Il faut vraiment la bonne volonté de tout le monde.

Au sujet des armes justement, nous sommes dans une explosion d’insécurité depuis la signature de cet Accord…

Là aussi je voudrais que les gens se souviennent de ce que c’était avant, quand Tombouctou, Gao étaient sous la coupe des djihadistes. Il faut faire attention aux phrases toutes faites. Il y a eu les autorités intérimaires, la Charte pour la paix. Il y a des négociations quotidiennes entre les mouvements et le gouvernement. La médiation internationale est là, mais il y a des forces contraires qui sont là aussi. Il y a encore une vague terroriste résiduelle importante moralement. Les mouvements entre eux n’ont pas encore réglé leurs problèmes. Je réfute le mot explosion mais c’est vrai qu’il y a encore de l’insécurité.

Il y a également un problème de sanctions. Comment faire en sorte que les mesures de l’Accord soient réellement appliquées par des groupes qui ne s’y conforment pas vraiment lorsque personne ne leur tape sur les doigts ?

Les sanctions sont importantes. Simplement, personne ne sait qui sera touché. Nous sommes là pour apporter des éléments de sécurité, mais nous ne sommes pas là pour remplacer l’action ni du gouvernement ni des représentants des mouvements. Nous ne sommes pas des pompiers.

C’est pourtant comme ça que vous êtes considérés.

Nous essayons tout le temps d’éteindre des feux, mais nous n’avons pas la main sur ceux qui les allument. On nous demande tout le temps de jouer le pompier alors même qu’on ne maîtrise pas tous les éléments. Nous sommes là pour accompagner un processus, non pour le diriger. Les directives et les mesures à prendre dépendent du gouvernement du Mali et des groupes. Il faut que les mouvements et leurs leaders soient de bonne foi.

Il y a des affrontements entre les groupes signataires, alors que nous sommes à quelques jours du 20 juillet, date prévue pour le retour de l’administration et de l’installation des autorités intérimaires à Kidal qui suivra. Selon vous, ce chronogramme est-il tenable ?

Nous ne pouvons pas faire la paix à la place de tous les Maliens. Si les gens qui ont signé ce chronogramme, que je trouve un peu optimiste, ne se mettent pas d’accord pour l’appliquer, comment voulez-vous que nous le fassions ? Ce sont des problèmes intra Maliens que nous ne pouvons pas régler. La contrainte par la force ne peut pas être le moyen de la mise en œuvre de l’Accord. Nous ne pouvons que faire pression politiquement. Pour que les choses s’arrangent, il faut une volonté réelle de trouver les voies et moyens de régler les problèmes.

La plateforme estime que la France favorise la CMA à Kidal. Quelles relations entretenez-vous avec ce mouvement armé ?

Moi, j’entretiens des relations avec tous. Ils ont tous accès à mon bureau. Simplement il a été décidé en CTS que les groupes armés pouvaient circuler avec des armes de petits calibres, les armes lourdes ne sont pas autorisées. On confisque ces armes, surtout si elles montent à Kidal. On le fait autant pour la Plateforme que pour la CMA, mais cette dernière ne dit rien. Quand on contribue au processus de paix, ce sont toujours les mêmes groupes qui protestent.

Y a-t-il une sorte de lassitude de la communauté internationale ?

S’il y a une certaine lassitude, elle vient du fait qu’on a été peut être un peu optimiste sur la mise en œuvre de l’Accord. Mais je dirais qu’on n’a pas le droit à la lassitude. Il y a les populations du Nord, il y a le terrorisme à combattre. Si on abandonne, c’est le terrorisme qui va gagner. Je n’oublie jamais une chose, c’est que quand on se concentre sur des choses qui à mon avis pourraient être réglées beaucoup plus vite, les autres font ce qu’ils veulent et ça c’est le plus grave. Ce n’est pas de savoir si le chronogramme va être appliqué le 20 juillet à Kidal qui est important mais de savoir comment on applique l’Accord dans tout le pays et comment on lutte contre le terrorisme et là-dessus les mouvements ont une vrai responsabilité.

 

 

Source: journaldumali

MaliwebInterviews
Dans l’entretien qu’elle a bien voulu accorder au Journal du Mali, l’Ambassadrice de France, Mme Evelyne Decorps, évoque les difficultés liées à la mise en œuvre de l’Accord et du rôle de la communauté internationale et de la France dans la paix au Mali. Concrètement, que fait la France pour...